Acheter vélo Japon

Acheter un vélo au Japon: le guide

 

Le vélo est un moyen de transport très populaire au Japon, en particulier à Osaka. Vous aurez l’occasion de vous en rendre compte très rapidement: attention si vous êtes piéton à ne pas rester au milieu du trottoir ! car à Osaka les piétions et les vélos se le partage.

Vous verrez toute sortes de vélo à Osaka: VTT, vélos de course, mini-vélo, et les bicyclettes qui sont les plus courantes.

Rouler à vélo fait partie des 10 trucs que j’aime le plus au Japon.

Où acheter un vélo ?

En japonais, vélo se dit ‘Jitensha’ mais à Osaka on emploi le mot ‘chali’, parfois ‘mamachali’ pour désigner les bicyclettes avec un panier à l’avant (des vélos de mémères en gros).

Vous n’aurez aucun mal à trouver des magasins de vélo d’occasions, surtout si vous traînez au Sud de Namba. Ils plutôt très bon marché: environ 6000 yen avec la registration. En effet, vous aurez besoin de vous enregistrer auprès de la police: votre vélo aura alors un autocollant orange avec un numéro attribué à votre nom. En général c’est le magasin qui s’occupe de la registration, ça prend deux minutes le temps de remplir une fiche avec vos coordonnées (utilisez l’adresse de votre hôtel et son téléphone). Il vous faudra aussi votre passeport, et 600 yen.

Vous pourrez également acheter des vélos neufs à Bic Camera à Namba.

Où louer un vélo ?

Vous trouverez des magasins de location de vélo dans les lieux touristiques, généralement près des gares. Les hôtels de style auberge/backpacker en propose à la location (parfois gratuitement).

En général la location coûte autour de 500 yen de l’heure, 800 yen la journée. Ce sont les prix pratiqué à Kyoto par exemple. Il vous faudra également présenter votre passeport, et il faut parfois payer une caution.

Customiser son vélo

Si vous avez la bonne idée d’acheter un vélo, je vous recommande d’opter pour le mamachali. Ce sont des vélos avec une seule vitesse mais c’est suffisant ici, car c’est très plat. Ils disposent d’un panier, très pratique, ainsi que d’un porte bagage qui vous permettra de transporter quelqu’un (de préférence pas trop lourd!).

Vous pourrez ensuite le customiser avec des accessoires qu’ils vendent à Daizo ou dans les 100 Yen shops, à commencer par l’accessoire ultime: le porte boisson. Très pratique pour mettre votre café ou votre bière.

acheter vélo au Japon

Un truc aussi à avoir tout le temps sur son vélo est un petit chiffon que vous coincerez sous la selle, pour l’essuyer s’il a plu.

Si vous pensez ramener quelqu’un sur le porte bagage, mettez un morceau de carton par dessus. Ça sera plus confortable pour votre passager.

Enfin, je vous recommande aussi d’acheter un cadenas pour attacher votre vélo afin que la fourrière ne vous l’embarque pas.

Les lois à respecter en vélo

Vous verrez rapidement que c’est l’anarchie en vélo à Osaka: les piétons et les vélos se partagent le trottoir, personne ne porte de casque, les gens roulent à contresens, à 20 centimètres des voitures en checkant facebook sur leur smartphones…

Vous verrez aussi que personne ne tend le bras pour indiquer ou il tourne, et ils n’utilisent jamais leur sonnette de vélo.

Attention où vous vous garez: même si vous verrez beaucoup de vélo garé à l’arrache méfiez vous car la fourrière circule souvent ! l’idéal est d’éviter les grandes routes pour se garer dans les petites rues parallèles, et pensez à attacher votre vélo à quelque chose de fixe avec un cadenas. Plutôt que de prendre votre vélo ils mettront un papier de rappel à l’ordre dessus.

Attention aussi, certaines rues sont interdites au vélo: c’est le cas à Kyoto et dans certaines rues commerçantes d’Osaka (vous devrez marcher à côté).

Même si la circulation en vélo semble bordélique, faites attention au flics car ils n’hésiteront pas à vous embêter à la moindre occasion ! donc gardez les yeux ouverts. D’après ce que j’ai compris il faut obligatoirement avoir une lumière d’allumée le soir et c’est interdit d’avoir quelqu’un sur son porte bagage (mais tout le monde le fait).

Malheureusement vous ne pourrez pas prendre votre vélo dans le métro, à condition que ça soit un mini-vélo pliable.

Les endroits à visiter en vélo à Osaka

Tous les coins d’Osaka sont accessibles en vélo, mais certains endroit sont particulièrement fun à faire en deux-roues:

  • Le château d’Osaka et son parc
  • Vers Sakuranomiya (au Nord du Chateau), le long de la rivière
  • Vers Nakanoshima
  • Jusqu’à Nagai Park (un peu loin mais sympa)
  • Explorer le Sud de Namba (vers Dobutsuen mae/Shinimamiya)
  • Le long de la rivière Yodogawa, au Nord d’Umeda.
Dernier conseils
  • Un truc que je recommande si vous avez l’intention de vivre à Osaka: acheter un vélo à Kyoto et le laisser sur place pour quand vous déciderez d’y aller en week-end. En effet, les transports en commun sont compliqué à Kyoto et ça vous fera économiser de l’argent. Il faut juste trouver un endroit sur ou le laisser à chaque fois.
  • En un an, mon vélo a été embarqué une seule fois par la fourrière. Pour le retrouver, regardez les panneaux à côté de là où vous l’avez laissé. Il devrait y avoir une carte avec une adresse vous indiquant ou aller. Si vous n’êtes pas sure, demandez à des potes japonais. En général les parking de fourrières se trouvent sous les ponts. J’ai du payer 2500 yen pour récupérer le mien.
  • Si votre vélo n’est plus à l’endroit où vous l’avez laissé, ne paniquez pas: regardez un peu plus loin. Parfois les vendeurs de conbini ou les boutiques les changent de place pour avoir de la place devant leur magasin.
  • Louez ou acheter un vélo à Kyoto. C’est vraiment le meilleur moyen de découvrir la ville et ses endroits cachés.
Liens

2 commentaires

  1. J’ai tellement ri en lisant l’article! C’est vraiment le gros bordel à Osaka! Je me suis fait engueuler par les flics une fois parce que j’étais sur le porte-bagage, ou parce que j’essayais de me protéger de la pluie avec mon parapluie…. et il ne faut pas oublier qu’Osaka, c’est la ville des voleurs de vélos! Je m’en suis fait voler un.. et un autre est parti à la fourrière (pas de chance, moi qui pensais avoir trouvé un petit endroit bien tranquille -et gratuit- juste à côté du monorail…) Les piétons se prennent aussi pour les rois, ils ne se décalent tout simplement JAMAIS pour laisser passer un vélo! Une fois j’ai failli rouler sur un ossan qui était plus têtu que moi…

    J’ai aussi au moins 4 ou 5 potes qui ont fini à l’hôpital (dont une avec une clavicule cassée)… Apparemment, le vélo au Japon, c’est mauvais pour la santé… et les gens en voiture sont horribles. Sur ce plan-là, Osaka c’est le Marseille japonais…

    Bref, que de bons souvenirs!

    PS : tout Osaka n’est pas plat, surtout vers les campus de Handai ;)

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *