Catégorie : Working Holiday Visa

5 raisons de faire son Working Holiday Visa à Osaka

Vous hésitez entre Osaka et Tokyo pour vous installer durant votre année de Working Holiday Visa au Japon ?

C’est vrai que c’est un choix assez difficile à faire et vous êtes nombreux à me demander pourquoi j’ai choisi de venir à Osaka. Il y a trois raisons à cela:  j’y suis venu il y a deux ans et j’ai bien aimé, j’ai des amis japonais qui pouvaient m’aider ici au début, et c’est plus éloigné de Fukushima (je n’ai pas trop envie de traîner au Nord du Japon…).

C’est donc un choix bien personnel, mais voilà cinq raisons en plus pour venir faire son année de Working Holiday Visa à Osaka:

1 – Osaka est proche de Kyoto, Nara, Kobe, Himeji…

Pour moi c’est un très gros plus comparé à Tokyo: vous pourrez très facilement partir à Kobe, Nara ou Kyoto pour une journée ou une week-end, surtout que ça demande pas mal de temps si vous voulez bien visiter Kyoto.

En plus, si vous restez à Osaka ça veut dire que vous pourrez aller visiter Kyoto durant les quatre saisons ! Et voir les cerisiers en fleurs à Kyoto, où y admirer les feuilles d’automne, c’est plutôt cool.

Osaka est donc une bonne base si vous voulez visiter le kansai, mais d’ici vous pourrez trouver également des vols pas chers vers le reste du Japon (Fukuoka, Okinawa) et des pays comme la Corée du Sud ou Taiwan.

2 – Les gens sont plus cool

Il faut dire aussi qu’on y est moins serré… mais tous ceux que j’ai rencontré et qui sont allés à Tokyo avant m’ont dit que les gens étaient plus sympa ici, et beaucoup plus relax. Je veux bien les croire.

Tokyo ou Osaka

3 – La vie y est moins chère

Loyer et nourriture y sont abordables, comparé à Tokyo… comptez au minimum 35000 Yen par mois pour un petit apart.

4 – Une ville à taille humaine, faisable à vélo

Un gros avantage par rapport à Tokyo: vous pouvez vous déplacer en vélo facilement (il faut faire attention quand même) car c’est plat, et moins grand qu’à Tokyo. Pratique si vous sortez en boîte et que vous êtes bourré ! De Shinimamiya (le quartier des hôtels pour gaijin), comptez environ 40-45 minutes en vélo pour aller au Nord jusqu’à Umeda ou 10-15 minutes pour aller jusqu’à Dotombori.

Ici, un vélo d’occasion coûte autour de 6000 Yen, et en plus vous ferez des économies phénoménales sur les transports (à ajouter au point 3).

5 – Moins de Gaijin

Vous aurez davantage un statut ‘spécial’ ici: vous vous ferez abordez par des personnes âgées (parfois en état d’ébriété) qui vous raconterons leur vie, les gamins vous feront ‘hello’, les gens n’hésiteront pas à vous aider si vous êtes perdu et vous parlerons plus facilement.

Bien sûr, il y a peut-être moins de boulot qu’à Tokyo mais Osaka est une ville super et je ne regrette pas du tout d’avoir passé un an ici !

5 choses essentielles à apporter avec soi en working holiday visa au Japon … et les choses à laisser à la maison !

Vous vous demandez quoi emmener en voyage au Japon, en particulier si vous venez pour un an en working holiday visa ?

Voici cinq choses à mettre absolument dans vos bagages:

1 – Un costume/tailleur

Pourquoi ? car vous en aurez besoin pour chercher du travail et donner des cours de langues, si c’est ce que vous comptez faire.

Même si vous trouverez ici de nombreux magasins de vêtements où vous pourrez acheter des costumes, vous gagnerez du temps et économiserez de l’argent si vous apportez votre propre costume/tailleur ainsi que des chaussures classes. Surtout si vous êtes grand, car ici vous aurez du mal à trouver des grandes tailles.

2 – Des médicaments

Les médicaments japonais n’étant pas super efficaces, faites un bon stock de médicaments avant de partir, en particulier pour le mal de crâne, des antibiotiques, des médicaments pour la toux et pour le rhume (du genre actifed).

3 – Cosmétiques

Pensez à prendre votre shampoing, gel douche ou anti-transpirant préféré ainsi que les produits cosmétiques que vous utilisez régulièrement et que vous ne trouverez pas ici, genre produits spéciaux pour se laver le visage (cela dit vous trouverez du gel douche sans problème ici – Dove, Axe etc…)

Prenez aussi votre parfum préféré avec vous car vous aurez certainement du mal à le trouver au Japon (les japonais ne se parfument quasiment pas de toute manière).

Pour les filles: ma copine me dit que vous devriez prendre votre propre fond de teint car ceux qu’ils vendent ici sont trop blancs et la majorité des autres produits cosmétiques sont trop blanchissants.

4 – Des livres de cours de français

Ça, c’est vraiment LE truc que je regrette de ne pas avoir emmené avec moi: un Bescherelle pour apprendre la grammaire et la conjugaison française, des cahiers de vacance pour enseigner le français, des bouquins avec des exercices et leçons de grammaire française…

Des flashcard en français m’auraient aussi été bien utiles pour les cours (cartes en couleur avec des dessin et explications en français genre ‘Le restaurant’, ‘L’avion’ etc…).

Prenez au moins un mini livre de grammaire comme celui-là et un mini-bescherelle (cliquez-ici), ils ne coûtent pas cher et sont faciles à transporter. On en a des exemplaires à l’école où je bosse.

Si vous avez besoin d’exercices de grammaire je vous recommande de prendre ce livre avec vous. Il est très pratique si vous chercher des exercices à faire faire à vos étudiants (j’ai pu m’en procurer une copie ici).

Je reviendrais sur le sujet des cours de français très bientôt !

5 – Un dictionnaire franco-japonais ou un guide de conversation

A moins que vous ne maîtrisiez parfaitement le japonais, prenez un guide de conversation avec vous (comme celui du routard ou celui fait par harraps) ou un dictionnaire franco-japonais dans vos bagages.

Et le reste:

  • Un guide de voyage Lonely Planet: ne vous attendez pas à trouver des brochures en français partout !
  • Des omiyage à offrir à vos amis japonais
  • Les trucs évidents: votre appareil photo (sinon vous pourrez trouver du matériel photo d’occasion ici), votre PC portable, une tablette (peut s’avérer utile pour les cours de français, parfois…).
  • Une mini-boussole car il est très facile de se perdre en ville ! (vous en trouverez aussi dans les 100yen shops)
  • Du saucisson (si vous êtes accro): car il est impossible d’en trouver ici ! Je recommande les mini bâtons de berger, faciles à transporter et qui se cachent facilement dans un sac. A garder sous la main en cas de nostalgie ou pour faire goûter à vos amis japonais. Par contre gardez à l’esprit que les douanes pourront vous l’embarquer en cas de fouille de votre sac.

Les trucs à laisser à la maison:

  • Votre téléphone portable: il ne fonctionnera pas à moins que vous ne l’utilisiez pour aller sur internet via WIFI
  • Trois tonnes de vêtements: car il y a beaucoup de magasins de fringues pas cher au Japon et vous pourrez en acheter ici (merci Uniqlo).
  • Les appareils ménagers du genre fer à repasser, bouilloires électriques ou autres…
  • La nourriture française: Voilà ce que vous pourrez trouver au Japon sans problème (ça sera un poil plus cher mais bon): Nutella, moutarde Maille, vin rouge et blanc français (Bourgogne, Bordeaux… pas trop cher d’ailleurs), vache qui rit, fromage, jambon sec, confiture bonne maman, Orangina (il y en a dans tous les distributeurs), gâteaux sablés, madeleines, bonbons Haribo…
  • Votre chat ou votre poisson rouge.

Dites-moi s’il y a des choses que j’ai oublié !

Tags: quoi emmener au Japon, quoi apporter au Japon, quoi emmener en voyage au Japon, apporter de la nourriture au japon, qu’apporter au japon, quel cadeau apporter au japon, emmener nourriture au Japon, emmener fromage au Japon, que emmener au japon

5 conseils pour réussir son working holiday visa au Japon

Voilà presque neuf mois que je suis au Japon, il est temps de donner mes conseils à ceux qui s’apprêtent à venir ici un an en visa working holiday. N’hésitez pas à laisser un com’ si vous avez d’autres astuces à partager.

1/ Parler anglais, ou avoir de solides bases en japonais

do you speak françaisLe conseil number one: apprendre à parler anglais, surtout si vous ne maîtrisez pas le japonais. Au début de votre séjour, vous séjournerez probablement en backpacker hostel/guesthouse: appelez ça comme vous voulez, il s’agit tout simplement d’auberge bon marché ou séjournent des voyageurs de tout pays. Si vous parlez anglais, vous pourrez communiquer avec des taïwanais, coréens, thaïlandais, anglophone bien sûr (il y a beaucoup d’australiens et de canadiens ici), allemands et autres nationalités.

Donc, à moins que vous ne parliez japonais ou que vous souhaitiez ne rester qu’entre français, je vous conseille grandement de parler un minimum anglais.

Il y a deux autres raisons à cela: ça vous permettra de lire les petites annonces en anglais pour trouver du boulot, comme dans le magasine gratuit ‘Kansai Scene’. Même les annonces pour du travail de professeur de français sont écrites en anglais (‘french teacher’ ou ‘french tutor’).

Ensuite, si vous maîtrisez assez bien l’anglais vous pourrez donner des cours d’anglais à des japonais: pas besoin non plus d’avoir un accent parfait, l’important est de maîtriser suffisamment bien la grammaire et d’avoir assez de vocabulaire, les japonais n’étant pas des bêtes en anglais votre niveau sera probablement meilleur.

Ainsi je vous recommande de faire un working holiday visa dans un pays anglophone AVANT de venir au Japon: ça vous permettra d’apprendre l’anglais et de voir si vous arrivez à vous débrouiller seul dans un pays étranger.

Enfin, parler anglais vous permettra de lire les menus et panneaux en anglais.

2/ Partir avec suffisamment d’argent

budget JaponPartez avec assez d’argent pour tenir au moins trois mois. Je dirais que 3000 € est le minimum pour tenir le temps de trouver un boulot. Surtout, ne vous attendez pas à revenir plus riche que quand vous êtes parti au Japon, à moins que vous ne trouviez un bon taf ici ainsi qu’un logement pas cher.

Autre conseil dans une catégorie un peu à part: même si vous pouvez  trouver un vol pas cher sur internet, le billet d’avion pour le Japon coûte assez cher mais si vous envisagez de rester plus longtemps qu’un an au Japon, prenez juste un aller-simple ! Ainsi vous aurez la possibilité de rallonger votre séjour ici (visa touriste: 3 mois en plus) et si vous ne voulez pas rentrer en France directement après le Japon il y a plein de pays à visiter autour: Corée du Sud, Chine, Taiwan, Asie du Sud-Est…

3/ Vivre en backpacker hostel au début de son séjour

Ne pas commettre l’erreur d’aller vivre seul en apart au début de votre séjour: les backpacker hostel sont les endroits parfaits pour commencer votre working holiday visa, surtout si vous comptez vous installer dans une ville comme Osaka pour un long moment.

Soirée Takoyaki

Déjà, vous pourrez y rencontrer d’autres voyageurs et vous faire des amis de toutes nationalités, voire même d’autres français en working holiday visa avec qui sortir ou qui vont donneront des conseils au début pour trouver du boulot ou économiser de l’argent sur la bouffe, les bars, etc… Le staff de l’auberge pourra aussi vous aider au début pour les démarches administratives, en vous indiquant où aller, ainsi que les bons plans de visite (à condition de parler anglais ou japonais bien sûr, on en revient au point n°1). Des soirées et barbecue sont organisés et ils offrent parfois des réductions pour diverses activités. Par exemple, grâce à mon hôtel j’ai payé mon trip à Koyasan 5000 Yen au lieu de 15000 Yen.

Enfin, certains hôtels proposent des tarifs spéciaux pour ceux qui veulent rester sur le long terme ainsi que du travail comme réceptionniste, homme/femme de ménage en échange du logement.

4/ Ne pas snober les autres français

Erreur fatale: vouloir à tout prix éviter les autres français (‘gné je suis au Japon cé pas pour voir dé françaaay !’). Déjà car je trouve que les français à l’étranger sont beaucoup plus ouvert que ceux qui n’ont jamais voyagé, et vous vous ferez de très bons potes, mais aussi car ils pourront vous aider pour du boulot, vous refiler des étudiants à qui donner des cours, et vous indiquer où trouver du saucisson, vin et fromage.

soirée france japon

Je vous recommande aussi d’aller aux événements français tels que les soirées france-kansai, ça vous permettra de rencontrer des japonais qui parlent français et ainsi trouver de futurs étudiant(e)s (il y a surtout une majorité de japonaises dans ce genre de soirée).

Enfin, en rencontrant d’autres expatriés français au Japon ils pourront vous faire part de leurs expériences et leur ressenti sur le pays, et vous conseiller sur les démarches pour obtenir un visa de travail ou autre visa pour séjourner plus longtemps au Japon.

5/ Acheter un vélo et autres conseils pour économiser de l’argent

Acheter un vélo dès votre arrivée, et à condition que vous souhaitiez vous installer pour une longue durée au même endroit, vous permettra d’économiser énormément sur les transports qui coûtent cher au Japon.

Un vélo vous fera gagner du temps pour aller en course, vous rendre à vos cours, rentrer de boîte… comptez 6000 Yen pour en acheter un d’occasion.

vélo japon

Derniers conseils pour économiser de l’argent au Japon:

  • Ne pas tout dépenser son fric à Family Mart: faites vos courses en supermarché et cuisinez vos repas
  • Allez faire vos courses vers 20h, lorsque les bentos et certains produits sont à moitié prix
  • Utiliser les pass genre kansai buss
  • Faites du woofing
  • Faites du stop

Bien sûr j’aurais un tas d’autres conseils en plus à vous donner, mais j’y reviendrais plus tard. Bonne chance à vous si vous venez au Japon en working holiday visa !

Comment avoir son adresse au dos de sa Residence Card ?

Une des premières formalités à remplir lors de votre arrivée au Japon, dès que vous avez un logement fixe. Pas la plus simple je dois l’avouer, et qui mérite donc un petit article.

Lorsqu’on vous donnera la Residence Card à l’aéroport on vous donnera également un papier en anglais disant qu’il faut faire enregistrer son adresse au dos de la carte sous 90 jours après votre arrivée au Japon, et sous 14 jours à partir du moment où vous avez une adresse fixe.

Si vous changez d’adresse au cours de votre WHV (par exemple si vous déménagez au bout de six mois de Tokyo à Osaka ou ailleurs), il faudra aller mettre votre nouvelle adresse à jour.

Voilà comment j’ai fait:

Honnêtement, je dois dire que ce n’est pas une procédure très claire car je n’ai pas saisi ce qu’ils appellent « public office ». Est-ce la mairie ? Le bureau de l’immigration ? Le plus simple est donc de demander à quelqu’un en WHV dans votre auberge comment il a fait ou à la réception de votre auberge/hôtel.

J’ai demandé à un Néo-Zélandais de mon hôtel où il l’avait fait faire et il m’a dit d’aller dans le bâtiment gris collé au dos de la Kishinosato Station (Y18) à Osaka. Peut-être que ce n’est pas le seul endroit où aller à Osaka pour faire ça.

Je m’y suis donc rendu à pied depuis mon hôtel. Le bâtiment est bien situé au dos de la station Kinishinsato, facile à repérer donc. A l’intérieur, il n’y avait quasiment que des vieux et des jeunes femmes japonaises avec des bébés.

Au rez-de-chaussé, il y a plusieurs guichets. Au moment ou une japonaise qui avait l’air de travailler ici passait devant moi, je lui explique que je viens pour l’adresse au dos de la Residence Card et elle m’amène à un guichet ou quelqu’un s’occupe de mon cas.

Pour le coup, j’étais vraiment un gros boulet car j’avais oublié de prendre l’adresse de mon hôtel…

Heureusement, le gars avait une carte et j’ai pu lui montrer où j’habite. Il m’a donné un papier à remplir (nom, adresse en Romaji, date d’arrivée au Japon), puis il m’a donné un numéro et j’ai du attendre 15 minutes avant qu’il me rappelle à nouveau et me demande d’aller au 6ème étage avec deux papiers tout écrit en japonais.

immi

Je prend l’ascenseur avec que des vieux japonais, dont une en fauteuil roulant qui paraissait vieille de 150 ans et un autre sur un mini- scooter de vieux (vous voyez ce que je veux dire) qui prenait toute la place. Arrivé au sixième, encore des guichets. Je prend un numéro et en attendant mon tour le gars du premier vient me voir avec ma Residence Card. Là, je ne pense pas l’avoir oublié, c’est plutôt lui qui aurait zappé de me la remettre avec les autre papiers je pense, mais bref, passons.

Lorsque mon numéro arrive, je donne les papiers à la fille au guichet qui me remet un livret bleu sur Osaka:

guide

…ainsi qu’un papier écrit en japonais qui apparemment ne sers à rien. Elle m’explique que dans une semaine de dois recevoir un courrier que je devrais rapporter avec ma Residence Card au même endroit. C’était drôle car vu que je galérais à communiquer je pouvais voir la fille devenir toute rouge derrière son masque. D’ailleurs  presque tout le personnel portait des masques blanc pour les microbes. Peut-être que je devrais en porter aussi tiens.

Suite et fin dans une semaine.

En résumé, pour avoir son adresse au dos de la Residence Card il faut:

  • Avoir une adresse fixe (l’adresse de votre auberge fait l’affaire)
  • Avoir une heure ou deux devant vous
  • Aller dans un bâtiment public (mairie, immigration) où on marquera au stylo au dos de votre Residence Card votre adresse actuelle
  • Y retourner avec le courrier que vous aurez reçu au bout de deux-trois jours ainsi que votre Residence Card. On vous donnera un papier pour l’assurance santé japonaise et il faudra payer 3500 Yen pour en bénéficier (pas utile si vous avez déjà une assurance santé, d’après ce que m’a dit d’autres personnes en WHV. Si vous avez plus d’infos là-dessus merci de laisser un commentaire.
  • Enfin, mieux vaut parler anglais ou comprendre un minimum de japonais pour faciliter la tâche.

Vocabulaire à connaître

  • Juusho: adresse
  • Tegami: courrier
  • Denwa bango: numéro de téléphone

Tags: resident card japon, adresse au dos resident card, carte de résident japon, japon comment avoir adresse resident card, où aller pour adresse resident card japon,

F.A.Q. sur le PVT Japon (ou visa vacances-travail)

C’EST QUOI LE WORKING HOLIDAY VISA ?

Le working holiday visa (WHV) ou visa vacance travail, aussi connu sous le nom de PVT (programme vacance travail) est un visa permettant de rester un an au Japon et d’y chercher du travail.

QUELLES SONT LES CHOSES A FAIRE AVANT DE PARTIR UN AN EN WHV AU JAPON ?

Dans l’ordre:

COMMENT FAIRE UNE DEMANDE DE WHV ?

Jetez un oeil à cet article.

COMBIEN DE TEMPS JE PEUX RESTER AU JAPON AVEC UN WHV ?

Un an maximum à partir du moment où vous entrez sur le territoire japonais.

EST-CE QU’IL FAUT UNE ASSURANCE AVANT DE PARTIR ?

Une assurance n’est pas obligatoire pour faire votre demande de WHV mais grandement conseillée pour la durée de votre séjour au Japon. Lisez cet article pour savoir quelle assurance choisir.

EST-IL POSSIBLE DE QUITTER LE JAPON ET D’Y REVENIR DURANT UN WHV ?

Oui, depuis la mise en place de la Resident Card, qui remplace l’ancienne Alien Card, il est possible de sortir et de revenir autant de fois que vous voulez du Japon durant la période de validité de votre WHV sans avoir à demander une autorisation spéciale. Pensez juste à garder votre Resident Card sur vous tout le temps.

QUELLES SONT LES PREMIÈRES CHOSES A FAIRE EN ARRIVANT ?
  • Obtenir une Resident Card au bureau de l’immigration, soit en arrivant à l’aéroport soit en ville dans un bureau de l’immigration (cliquez-ici pour plus d’infos)
  • Obtenir un numéro de téléphone
  • Ouvrir un compte en banque
  • Une fois la Resident Card obtenue, vous avez 14 jours pour aller faire enregistrer votre adresse au dos de la carte dans un des bureau de l’immigration
  • Aller s’inscrire au service consulaire de l’ambassade de France au Japon (pas obligatoire mais recommandé)
QUELS SONT LES SECTEURS OU J’AI LE PLUS DE CHANCES DE TROUVER DU TRAVAIL ?

Malheureusement si vous ne parlez pas japonais et si vous n’avez pas de compétences recherchées (cuisiner/pâtisserie) vous aurez du mal à trouver du boulot, mais à coeur vaillant rien d’impossible. Voici une liste des métiers qu’il vous sera possible de faire au Japon en WHV:

  • Prof de français
  • Prof d’anglais
  • Serveur en restaurant
  • Plongeur (laveur d’assiettes, pas plongeur sous-marin)
  • Chef/pâtissier
  • Travailler dans les stations de ski (anglais nécessaire)
  • Figurant pour des spot TV ou drama (il y a de nombreuses agences de modeling à Tokyo)
  • Distribuer des flyers dans la rue pour le compte d’écoles de langue
  • Pour un logement gratuit: faire le ménage ou travailler à la réception d’auberges/backpacker hostel
  • Faire du Woofing ou HelpX (pas payé mais gîte et couvert sont offerts)
QUEL EST LE SALAIRE MINIMUM AU JAPON ?

Le salaire minimum est différent selon les régions, secteurs et préfectures. Pour info, la moyenne pondéré nationale du salaire minimum est de 730 yen de l’heure. Le minimum national est de 642 yen pour les préfectures de Miyazaki, Nagasaki, Okinawa, Kagoshima, Kochi, Shimane, Toottori et de Saga. Le maximum national est de 821 yen pour la préfecture de Tokyo.

EST-CE QU’IL FAUT PARLER JAPONAIS ?

Mieux vaut avoir quelques bases de japonais, mais aussi d’anglais afin de pouvoir se débrouiller là-bas. Parler japonais couramment sera un très gros plus pour trouver un travail.

EST-CE QUE JE DOIS PAYER DES IMPÔTS AU JAPON ?

Les impôts sont prélevés directement sur la salaire.

COMBIEN COÛTE LA VIE AU JAPON ?

Tout dépend de la où vous habitez, mais la vie est plutôt très chère dans l’ensemble, en particulier les transports, logement et sortie. Pour info, dans le classement des villes les plus chères au monde Tokyo est en première position et Osaka en troisième. A noter que la nourriture n’est pas aussi chère que ça et il est possible de manger à l’extérieur dans des restaurants bon marchés.

Comment obtenir votre Residence Card (F.A.Q.)

Depuis le 9 juillet 2012, il est désormais obligatoire pour tout français arrivant au Japon en Working Holiday Visa d’avoir une Residence Card, une carte qui remplace l’ancien système d’Alien Registration Card et qui fonctionne sous l’autorité du Bureau d’Immigration du ministère de la Justice.

Deuxième chose: il vous faudra aussi vous faire enregistrer sur un « Residence Record » ou « juminhyo » en japonais sous 14 jours après avoir obtenu votre Residence Card. Cliquez-ici pour voir comment faire.

*Note: il est important de conserver votre Residence Card tout le temps avec vous quand vous voyagez au Japon car elle peut vous être demandée par la police pour vérifier votre statut.

resident card

1- C’EST QUOI LA RESIDENCE CARD ?

La Residence Card est une carte contenant votre photo d’identité, votre nom, statut de résident et la durée durant laquelle vous êtes autorisé à rester sur le territoire japonais.

Elle sert à l’immigration japonaise à enregistrer tous les individus étrangers résident sur le territoire.

2- OU OBTENIR LA RESIDENCE CARD ?

Il est possible d’obtenir cette carte le jour même où vous arrivez au Japon, c’est-à-dire lorsque vous passez l’immigration dès que vous déscendez de l’avion à l’aéroport de Tokyo (Narita et Haneda), Nagoya (Centrair) ou Osaka (Kansai Airport).

Toutefois si vous demandez la Residence Card depuis l’un de ces aéroport elle ne contiendra pas toutes vos infos, vous devrez ensuite aller sous 14 jours vous rendre dans un bureau du Gouvernement pour compléter votre « Residence Record » (juminhyo). Votre adresse sera alors ajoutée au dos de votre Residence Card.

3- ET SI JE N’ENTRE PAS AU JAPON VIA UN DE CES AÉROPORTS ?

Si vous débarquez au Japon ailleurs qu’à l’un des aéroports mentionnés ci-dessus, on vous mettra un coup de tampon dans votre passeport indiquant que la carte vous sera posté plus tard par courrier. Vous devrez alors vous rendre dans un des bureaux locaux du gouvernement (Local Government Office) sous 14 jours, puis le bureau de l’immigration régional (Regional Immigration Office) vous enverra la Residence Card par courrier sous 2 ou 3 semaines.

4- AI-JE BESOIN DE PHOTOS D’IDENTITÉS ?

Non. La photo que vous avez donné dans le dossier pour faire votre demande de WHV est dans le système informatique du Bureau de l’Immigration. Lorsque vous passerez à l’immigration à l’aéroport votre Residence Card sera imprimé dans une machine et on vous la donnera directement.

5- COMBIEN DE TEMPS ÇA PREND POUR OBTENIR LA RESIDENCE CARD ?

Une à deux minute grand maximum, le temps de l’imprimer. Pour moi, cinq minutes car ils avaient un problème avec leur machine qui a du en imprimer plusieurs avant d’avoir la bonne.

6- QUELLE EST L’AVANTAGE DE CETTE NOUVELLE CARTE PAR RAPPORT A L’ANCIENNE ?

Avec cette nouvelle carte vous n’avez désormais plus besoin d’aller au bureau de l’immigration pour faire une demande de re-entry permit si vous voulez quitter le Japon, par exemple pour faire un voyage en Corée du Sud puis revenir au Japon par exemple.

LIEN
Tags: faire demande residence card japon, carte de résident japon, formalités japon whv, pvt japon, formalités pvt japon, papiers à faire pvt japon, visa vacance travail japon, comment avoir residence card japon, faire demande residence card japon,
pvt japon assurance

Quelle assurance choisir pour un PVT (working holiday visa) au Japon ?

MAJ: bénéficiez de 5% de réduction sur les assurances PVT avec Chapka Assurance et Japanoob.fr !!!

C’est une indispensable lors de la préparation de votre PVT au Japon: il vous faudra une assurance spéciale Working Holiday Visa avant de partir.

Une assurance est vitale si vous tombez malade ou s’il vous arrive un accident stupide du genre ‘glissade subite dans la douche’. Ça veut dire que vous pourrez être remboursé si vous devez aller chez le médecin ou à l’hôpital, et dans la pire des situation vous pourrez être rapatrié en France sans devoir payer des sommes hallucinantes.

Si vous êtes prêt à partir en Working Holiday Visa et que vous en êtes à l’étape ‘choisir une assurance’, je vous recommande CHAPKA qui propose des prix intéressants pour tous les pays du Working Holiday Visa, dont le Japon. Cliquez sur le lien suivant pour souscrire en ligne (MAJ: 5% de réduction !!!)

Leurs avantages:

  • Souscription en ligne rapide, paiement par carte, pas de formulaire médical à remplir
  • Pas de paperasse ou formulaire à renvoyer par courrier
  • Ils couvrent la plongée et le surf, le Woofing et les activités professionnelles
  • Frais médicaux sont remboursés à 100%
  • Possibilité de prolonger sa couverture santé via leur site internet
  • La responsabilité civile a un plafond de 4.500.000 Euros
  • Vous êtes assuré aussi pendant vos déplacements dans d’autres pays
  • Frais de recherche et de secours sont inclus
  • Prise en charge du retour anticipé de l’assuré
  • Dispos 24h/24 et 7j/7

Ce que Chapka ne couvre pas:

  • le vol des bagages : les bagages sont assurés uniquement lorsqu’ils sont remis au transporteur. Si un assuré se fait voler son sac dans une auberge de jeunesse ils ne peuvent pas intervenir.
  • La casse des objets
  • Les sports aériens (saut en parachute par exemple)

Quelques conseils avant de partir au Japon

  • N’attendez pas la dernière minute pour souscrire une assurance: lisez les conditions générales de vente dans leur totalité, afin d’éviter les surprises si jamais il vous arrive un accident de base-jump ou autre activité folklorique qui n’est pas couverte.
  • Si vous avez des interrogations téléphonez à l’assurance qui vous intéresse et posez leurs les questions qui vous turlupinent pour ne pas être dans le doute et avoir des précisions.
  • Vérifiez quelles activités sont couvertes et que vous êtes susceptible de faire durant votre WHV, et si il faut payer un supplément: surf, plongée (Australie) / saut en parachute ou a l’élastique (Nouvelle-Zélande) / ski, snowboard, trekking (Canada/Japon) etc…
  • Si vous avez une condition médicale particulière antérieure à votre voyage (épilepsie, diabète etc…) vérifiez si l’assurance qui vous intéresse peut vous couvrir, donc mieux vaut commencer vos recherches le plus rapidement possible. Vous trouverez certainement une assurance capable de vous couvrir, mais ça vous prendra un peu plus de temps pour vos recherches.
  • Faites un check-up complet chez le toubib et chez un dentiste afin d’éviter les mauvaises surprises une fois sur place (carries ou autre).
  • Familiarisez-vous avec le processus de remboursement et prévoyez ce que vous devrez faire en cas de problème.
  • Photocopiez tous les documents nécessaires à fournir en cas de problème: numéro d’assistance, carte d’assuré, RIB (pour être remboursé). Prenez les aussi en photos et envoyez-les sur votre boîte mail.
  • Imprimez votre attestation d’assurance et gardez-la avec vous au moment de passer la douane, elle peut vous être demandée pour prouver que vous êtes assuré.
  • Evitez de faire des trucs débiles et dangereux que vous pourriez regretter car vous voulez amuser la galerie, vous êtes bourré ou venez de perdre un pari…
  • Même si beaucoup de backpackers souscrivent à une assurance pour couvrir leurs affaires en cas de perte/vol, c’est certainement le point le moins important: votre Ipod peut être remplacé, mais pas votre santé. Cela dit, prenez un minimum soin de vos affaires avant de venir réclamer un remboursement: ne les laissez pas traîner à la vue de tous (les dortoirs en backpacker hostel sont des lieux où il vaut mieux faire attention, de même que les campervan mal fermés ou garés sur un parking isolé).
  • Faites preuve de bon sens et respectez les consignes si il y a un risque évident, par exemple nager là où la baignade est interdite, ne pas nourrir les crocodiles, etc…

Comment se faire rembourser ?

  • Si vous devez allez voir un médecin ou dentiste, vous devrez avancer les frais puis envoyer les factures à votre assurance (mieux vaut avoir de l’argent de côté au cas-ou).
  • Si vous avez gagné un aller simple pour l’hôpital, vous serez normalement pris en charge immédiatement et vous n’aurez rien à payer.
  • Gardez une copie de tout ce que vous avez payé, les reçus, rapports de police, courriers officiels – tout cela vous aidera à obtenir un remboursement plus rapide. Toutefois, ne soyez pas pressé car même les meilleures compagnies d’assurance peuvent traîner les pieds.
  • Vu l’importance des réseaux sociaux ces temps-ci, vous pourrez obtenir un contact plus rapide si vous vous adressez directement aux compagnies d’assurance via Twitter ou Facebook. Certaines réagissent rapidement dès lors qu’un de leur client se plaint sur les forums de discussion. Ce n’est pas une garantie de succès, mais si vous devez en arriver là ça peut aider. Cela dit, vérifiez quand même que votre type d’accident ou vol n’est pas exclu des garanties avant de vous plaindre, d’où l’importance de bien  lire les conditions générales de vente.

Ne soyez pas irresponsable et assurez-vous

Jusqu’à présent, rien ne m’est arrivé et je suis tout le temps parti assuré (je touche du bois). Pourtant j’ai rencontré des voyageurs et amis a qui il est arrivé des sales histoires qui m’ont fait réaliser que même en faisant super attention, personne n’est à l’abri d’un accident ou d’une maladie en cours de route.

Ce n’est pas parce que rien ne vous est arrivé durant vos précédents voyages qu’il ne vous arrivera rien dans le futur. On ne peut pas empêcher une infection à l’oreille en faisant de la plongée ou une crise d’appendicite, donc partez assuré !

Comment obtenir un visa vacances-travail (ou PVT) pour le Japon ?

Le Working Holiday Visa (visa vacance travail, aussi appelé ‘pvt’ pour ‘programme vacance-travail’) permet aux jeunes de 18 à 30 ans de rester un an au Japon et d’y trouver un travail, sous quelques conditions.

Je vais vous expliquer la marche à suivre pour obtenir ce visa avec quelques conseils:

  • Il faut se rendre soit à Paris, soit à Lyon. Impossible de faire la demande par courrier ou par internet. Ne cherchez pas, c’est infaisable. Donc si vous êtes à l’étranger, vous devez revenir en France.
  • SAUF si vous êtes déjà au Japon (par exemple avec un visa étudiant), vous pourrez y faire une demande de WHV. Pour plus d’infos cliquez ici.
  • Vous avez jusqu’à la veille de vos 31 ans pour en faire la demande. Après, c’est fini, dead, peau de zob.
  • Le visa est gratuit MAIS: il faut payer le trajet jusqu’à Paris ou Lyon si vous n’y habitez pas, donc billet de train + hôtel à payer si personne ne peut vous héberger. Il faut aussi payer 23 euros pour une enveloppe chronospost si vous ne pouvez pas rester pour le récupérer et pour que l’ambassade vous l’envoie directement chez vous (celle de 500 grammes max).
  • Il ne faut pas avoir d’enfant.

Documents nécessaires pour la demande de visa

  1. Un passeport valide
  2. Une photocopie de la page d’identité du passeport (là où il y a votre photo)
  3. Le formulaire de demande de visa (dispo sur le site de l’ambassade – cliquez ici)
  4. Une photo d’identité datant de moins de six mois
  5. Un relevé de compte bancaire qui prouve que vous avez 4500 euros minimum si vous n’avez pas encore acheté votre billet d’avion, ou alors 3100 euros minimum avec un billet aller-retour ainsi qu’un preuve qui montre que le prix du billet a déjà été retiré de la somme requise (facture par exemple). Si vous n’avez pas assez d’argent, demandez à vos parents ou amis de vous faire un virement puis rendez leur l’argent plus tard.
  6. Une lettre de motivation expliquant pourquoi vous voulez aller au Japon
  7. Un programme de séjour avec les lieux, dates et job que vous comptez faire (dispo ici)
  8. Un CV (cliquez ici pour l’imprimer)
  9. Un certificat médical qui prouve que vous êtes en bonne santé
  10. N’oubliez pas l’enveloppe Chronopost si vous ne pouvez pas venir récupérer le passeport avec le visa !

Conseils

  • Le site de l’ambassade propose des modèles explicatifs pour vous aider à remplir la formulaire de demande de visa ainsi que le programme du séjour, servez-vous en.
  • Attention, le formulaire de demande de visa est à remplir en anglais. Suivez bien le modèle explicatif. S’il y a une case que vous ne comprenez pas, téléphonez à l’ambassade, ils pourront vous aider.
  • Dans ce formulaire, à la case « Names and adress of hostel or persons with whom applicant intends to stay »: mettez n’importe quelle adresse d’hôtel, que vous trouverez sur hostelworld.com dans votre ville d’arrivée.
  • A « Date of arrival », mettez n’importe quelle date si vous n’avez pas pris votre billet d’avion. Par contre il faut qu’elle corresponde avec la date sur le programme du séjour.
  • Imprimez plusieurs formulaire et programme de séjour vierges au cas où vous devriez tout refaire, ça vous évitera de trouver un endroit ou imprimer ça en speed et vous pourrez la refaire tranquillement à l’ambassade (à moins qu’ils en aient à disposition).
  • Le certificat médical est juste un mot signé du médecin qui dit que vous êtes en bonne santé. Pas de prises de sang ou autres analyses à faire.
  • Ne mettez pas de photo d’identité imprimée ou photocopiée sur le formulaire de demande de visa, il faut que ça sorte d’un photomaton.
  • Cette photo doit être collée sur le formulaire de demande de visa (pas d’agraphe !).
  • Le relevé de compte bancaire doit être un papier officiel tamponné et signé. Pas de RIB ou de relevé de compte imprimé via votre banque en ligne. Prenez RDV avec votre banquier ou allez directement au guichet. Expliquez leur pourquoi vous avez besoin de ça et qu’il vous faut un coup de tampon dessus. Si ils refusent de vous faire ce papier… changez de banque.

La lettre de motivation

N’en tartinez pas deux pages, c’est pas le sujet de philo du Bac. Voici ce que j’ai mis:

Madame, Monsieur

Je souhaiterais aller au Japon dans le cadre du programme vacance-travail, pour une durée d’un an.

En effet, j’ai eu la chance de vivre deux ans en Australie et un an en Nouvelle-Zélande avec ce même visa qui permet de travailler et de voyager et ce fut une expérience fortement enrichissante, notamment au niveau de l’apprentissage d’une langue étrangère ainsi que de la découverte d’autre culture et mode de vie.

J’ai eu l’occasion d’aller deux fois au Japon pour du tourisme, mais seulement durant de courtes périodes. Ce visa me permettrait de vraiment m’immerger dans la culture japonaise sur une longue durée et d’expérimenter le style de vie japonais.

Je travaille aussi sur un blog de voyage et je souhaiterais partager cette expérience via des articles et vidéos qui montrent le quotidien et l’adaptation d’un étranger au Japon.

Enfin, y rester un an me permettrait d’apprendre la langue, mon objectif étant de pouvoir tenir une conversation en japonais d’ici 3 mois maximum.

En espérant une réponse positive de votre part, je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes sentiments distingués.

N’oubliez pas de signer et de mettre la date et la formule de politesse à la fin. Il est possible d’écrire la lettre de motivation à la main si vous préférez ou si jamais vous devez la réécrire.

Je met ma lettre en exemple pour vous montrer qu’il ne faut pas faire un truc ultra compliqué, mais ne la recopiez pas mot pour mot sinon vous allez vous faire griller ! Évitez juste de dire que vous souhaitez aller au Japon pour serrer des japonaises, ou parce que vous êtes fan de Naruto ou de mangas.

Par exemple, vous pouvez mettre que vous n’y êtes jamais allé et que le PVT est une bonne opportunité de pouvoir découvrir la culture japonaise. Vous pouvez aussi dire que vous vous intéressez à la cuisine japonaise, ou que vous voulez apprendre une nouvelle langue.

Dernière chose: si vous avez des connaissances ou amies filles au Japon, ne le marquez pas. Ils pourraient vous suspecter d’y aller pour rejoindre votre petite amie ou aller chasser la japonaise, donc mieux vaut ne rien dire (même si on se doute bien pourquoi vous y allez bande d’otaku pervers ;-).

Le CV

Rien à signaler, imprimez celui du site de l’ambassade et remplissez le, il n’y a pas de question piège.

Le programme de séjour

(ou ‘projet de vos activités au Japon’)

Là ça devient un poil plus compliqué. En fait l’ambassade préfère voir que vous avez bien organisé votre séjour pour ne pas que vous ayez à rentrer sans un sous au bout de 3 mois. Ils préfèrent aussi voir que vous allez passer autant de temps à voyager qu’à travailler (il est possible de mitonner, vous n’avez pas besoin de suivre ce programme à la lettre une fois que vous êtes au Japon). Il faut que le tout soit cohérent donc ne mettez pas que vous comptez devenir mangaka ou host pour gagner votre vie, surtout si vous ne parlez pas japonais.

Voilà ce que j’ai mis:

Du 01/01/13 au 01/05/13

Osaka; Logement: couchsurfing et auberge de jeunesse, 1500Yen/jour soit 45000/mois (source: hostelworld.com)

Activités: Travail en auberge de jeunesse contre hébergement (ménage, réception…); Cours de français/anglais: 28 heures/semaine à 1200 Yen/heure soit 134400Yen/mois  OU  serveur: 30 heures/semaine à 900Yen/heure soit 108000Yen/mois.

-Apprentissage du japonais via rencontres/meetup, couchsurfing; photographie; travail sur internet (blog, création de sites).

-Visites selon mon budget.

Du 01/05/13 au 01/07/13

Hiroshima; hébergement contre travail bénévole.

Activités: un mois de woofing: travail bénévole dans des fermes biologiques en échange de l’hébergement et nourriture (9 fermes dans la préfecture d’Hiroshima, woofers acceptés toute l’année).

Du 01/07/13 au 01/10/13

Kochi/Kagoshima: auberges de jeunesse et camping (1000Yen à 1500 Yen).

Activités: visite de Kyushu et Shikoku, voyages en bus et camping. Visites de la vallée d’Iya, Ishizuchi San, etc…

Du 01/10/13 au 01/12/13

Naha (Okinawa); logement en auberges de jeunesse (prix des dortoirs entre 1000Yen-1500Yen)

Activités: visites et plongée selon mon budget; Yakushima, visite des îles, etc…

Vous devez être le plus précis possible, surtout concernant le travail et les salaires. Quand la dame s’occupant des dossier a vu mon programme, elle m’a demandé de rajouter au dos de la feuille comment j’allais m’y prendre pour chercher du travail, donc pensez à le faire avant. Voilà ce que j’ai mis en gros (j’en ai pas mis trois tonnes, si vous avez plus d’idées n’hésitez pas à les marquer sur le programme):

  • Recherche de travail via annonce dans les universités pour chercher des étudiants
  • Porte-à-porte
  • Contacts au préalable via internet

Se rendre à l’ambassade à Paris

L’Ambassade du Japon à Paris n’est pas bien difficile à trouver. Il y a un plan dispo sur leur site web à cette adresse.

Jetez aussi un oeil sur google map si vous voulez être sur de ne pas vous tromper d’endroit.

Les dépôts de dossier se font uniquement de 9h30 à 12h, du lundi au vendredi et sans rendez-vous.

Ne mettez pas d’objets dangereux dans votre sac genre couteaux, feux d’artifice ou pétards (ça arrive ne rigolez pas) car ils scannent vos affaires à l’entrée, comme dans un aéroport… ou dans le hall dans Matrix.

Pas de panique au moment de déposer le dossier, si il manque des infos ou que vous deviez en rajouter vous aurez le temps de rectifier ça, il y a des tables et des chaises pour se poser tranquilou.

Recevoir son visa

Normalement vous recevrez votre passeport avec le visa japonais sous 3 à 5 jours. Si vous n’avez pas donné d’enveloppe Chronopost vous devrez aller le chercher vous même, dans ce cas-là on vous donnera un billet de retrait. Sinon, quelqu’un peut venir le récupérer à votre place à condition d’avoir ce billet.

Si vous avez le moindre doute ou question, n’hésitez pas à leur téléphoner: 01 48 88 62 00 (accueil téléphonique: 9h30 – 13h, 14h30 – 18h)

A partir du moment où vous avez obtenu votre visa vous avez un an pour partir.

Enfin, ne stressez pas: il y a assez de visas disponibles pour tout le monde, ce n’est pas comme le PVT Canada qui part en 48h.

Lien

Note: Les modalités de demande de visa peuvent changer, lisez bien le site de l’ambassade.

Acheter un téléphone portable au Japon (F.A.Q.)

NOTE: article plus à jour (je le laisse au cas-ou) merci de ne pas m’insulter dans les commentaires si les infos ne sont pas fiables, vous êtes prévenu !

Ca y est, vous venez d’arriver au Japon avec votre visa working holiday en poche et vous vous apprêtez à passer un an ici.

Première chose à faire, obtenir un numéro de téléphone. Vu que vous êtes ici pour un an, la solution la plus simple sera de prendre un téléphone portable qui se recharge avec des cartes prépayées, les contrats étant valable à partir de deux ans minimum. Et là, vous n’aurez pas 1000 choix d’opérateur téléphonique, il faudra aller chez SOFTBANK (plus d’infos ici) qui propose l’unique solution en recharges prépayées.

Sachez que tous les téléphones ne sont pas compatibles avec les normes japonaises, qui sont assez spéciale, donc vous n’aurez peut-être pas d’autre choix que d’acheter la carte sim ET le téléphone.

Avant de partir acheter votre téléphone vous devrez avoir quatre choses avec vous:

  • votre passeport
  • votre Resident Card (cliquez-ici si vous ne savez pas ce que c’est)
  • un justificatif de domicile (si votre adresse n’est pas indiquée au dos de votre Resident Card)
  • un numéro de téléphone fixe (donnez celui de votre auberge ou d’un ami)

Conseils et notes:

  • Lorsque vous faites votre demande de carte Sim souscrivez au contrat pour envoyer des mails (MMS) illimités à 300 yen/mois.
  • Vous aurez une adresse mail Softbank à l’achat de votre téléphone qui se termine par @softbank.ne.jp
  • Si vous faites une adresse mail simple vous risquez de recevoir des spams.
  • Demandez au vendeur de vous montrer comment allumer l’appareil et de mettre la langue en anglais.
  • Donner aussi le numéro de téléphone d’un ami japonais au vendeur pour qu’il puisse l’appeler et voir si ça fonctionne.
  • Vous pouvez demander à un ami japonais d’acheter le téléphone ou la carte Sim pour vous. Dans ce cas, dites lui quelle adresse mail vous souhaitez avoir.
  • Vous pourrez envoyer des mails dans le monde entier mais pas surfer sur internet ou télécharger des applications. Toutefois, si vous ne pouvez pas vous passer de Twitter, vous pouvez utiliser le service Tweetymail, qui met à jour votre statut Twitter via votre boite email (cliquez-ici pour plus d’infos).
  • Une option à envisager est d’acheter un téléphone pas cher ou en récupérer un d’un ami japonais puis d’acheter juste la carte Sim chez Softbank.
  • Les téléphones les moins chers proposent uniquement l’envoi de MMS/SMS et de téléphoner, les plus haut de gamme on des fonctions additionnelles comme pouvoir regarder la TV, appareil photo de bonne qualité etc…
  • Les kit téléphone portable+carte SIM n’ont pas de chargeur fournis avec, vous devrez en acheter un séparément: comparez les prix des chargeurs entre ceux proposés par Softbank et ceux vendus ailleurs.
  • Il est aussi possible d’acheter des chargeurs qui utilisent la prise USB d’un pc pour 100 Yen.

F.A.Q.

1 – Puis-je utiliser mon téléphone français au Japon ?

Oui, à condition qu’il soit compatible avec le réseau Japonais (3G ou 4G)

2 – Combien coûte une carte SIM chez SOFTBANK ?

Vous devrez débourser 3000 Yen initialement pour acheter une carte SIM, puis 3000 Yen ou 5000 Yen de crédit. Les packs comprenant téléphone+carte SIM démarrent à 7000 Yen et vous devrez acheter en plus 3000 Yen ou 5000 Yen de crédit pour pouvoir commencer à téléphoner, qui expire au bout de 60 jours ou jusqu’à ce que vous n’ayez plus de crédit.

1 minute vous coûtera 90 Yen et vous pourrez envoyer des mails (MMS) illimités durant 30 jours pour 300 Yen (plus d’infos ici).

Vous pourrez garder votre téléphone pendant 360 jours sans le recharger mais vous ne pourrez que recevoir des mails et coups de téléphone et pas en envoyer.

3 – Quelle est la différence entre les mails/MMS et les SMS ?

Au Japon les téléphones peuvent envoyer à la fois MMS et SMS mais sont facturés différemment, les SMS étant bien plus chers et pas inclus dans le contrat illimité. Vous devez savoir cela si jamais vous souhaitez envoyer des SMS hors Japon.

4 – Combien coûtent les cartes prépayées ?

Vous avez le choix entre une recharge de 3000 Yen ou 5000 Yen, ce sont des cartes blanche sur lesquelles il faut gratter la partie grise qui cache le code à rentrer au 1400 pour rajouter du crédit.

5 – Où acheter des cartes prépayées ?

Vous pouvez le faire via le site web de Softbank, par transfert bancaire ou sinon vous pourrez des recharges prépayées dans la plupart des conbini ou dans les magasins Softbank: vous devrez appeler le 1400 et rentrer le code indiqué sur la recharge prépayée (plus d’infos ici).

Note: l’appel vers le 1400 n’est pas gratuit puisqu’ils prennent 24 Yen qui sont déduit de votre recharge.

6 – Je viens d’acheter une carte prépayée: que dois-je faire ?

  • Grattez la partie grise au dos de la carte qui cache un numéro
  • Appelez le 1400
  • Appuyez sur la touche 2
  • Entrez le numéro indiqué sur la carte prépayée suivie de #
  • Si le numéro est bon appuyez encore sur #, sinon appuyez sur 0 et recommencez
  • Appuyez sur 9 pour terminer.

7 – Je reste un mois seulement, puis-je acheter un téléphone ?

Non, la seule solution pour avoir un numéro de téléphone japonais sera d’en louer un à l’aéroport en arrivant ou dans des magasins qui louent des téléphones portables (allez chez B-mobile).

Ou alors …

Vous pouvez toujours tenter votre chance en présentant votre passeport avec visa touriste et une adresse d’hôtel dans certains magasins Softbank (ça peut marcher)

Ou alors…

Demandez à un ami japonais d’acheter un téléphone à recharges pré-payées pour vous.

Ou…

Vous louez un téléphone

8 – Puis-je aller sur internet avec les cartes prépayées SOFTBANK ?

Malheureusement non, vous ne pouvez qu’envoyer des SMS/téléphoner.

9 – Puis-je utiliser mon téléphone japonais en France ?

Normalement oui, à demander lors de l’achat.

10 – Est-ce moins cher de prendre un forfait plutôt que des recharges prépayées ?

Si vous restez seulement un an, prendre un téléphone à recharges prépayées est la solution la moins chère à condition d’utiliser plutôt les MMS illimités. La durée de forfait minimum chez SOFTBANK est de deux ans, et si vous résiliez votre abonnement avant cette date vous devrez rembourser la totalité de votre abonnement.

11 – Quels sont les numéros importants à connaître ?

  • 1400 pour recharger votre téléphone
  • 157 centre d’information Softbank
  • 113 numéro d’assistance Softbank
  • 110 Police
  • 119 Pompiers ou Ambulances
  • 118 agence de sécurité maritime

Liens

Mots à connaître

  • Keitai: portable
  • Bango: numéro
  • Denwa: téléphone
  • Keitai bango/ Denwa bango: numéro de téléphone
Tags: acheter carte sim japon, où acheter téléphone portable japon, portable prépayé japon, obtenir carte sim japon, avoir numéro de téléphone japon, smartphone au japon, comment téléphoner au japon