Devenir prof de français au Japon: les erreurs à ne pas faire (partie 1/2)

Premier article de la série « donner des cours privés de français au Japon ». Ça fait un bail que je voulais aborder ce sujet, alors commençons par les erreurs à ne pas faire si vous voulez devenir professeur (ou tuteur) de français au Japon. Il s’agit d’erreurs que j’ai moi-même commise et qui, si vous les évitez, vous permettrons de garder vos étudiants, donner plus de cours et donc gagner plus d’argent:




  1. Venir les mains dans les poches: l’erreur n°1 quand on veut enseigner le français au Japon: ne pas préparer ses cours. A moins que vous n’ayez cours avec un japonais qui a un niveau avancé, il vous faudra absolument préparer vos leçons et exercices pour votre étudiant. Ok, ça prend du temps mais votre cours sera structuré, vous éviterez les blancs dans la conversation et votre étudiant verra que vous êtes un prof sérieux. Très important.
  2. Demander un prix trop faible ou trop élevé: si vous êtes trop cher, vous aurez du mal a trouver des étudiants. Les japonais bossent beaucoup mais ils n’aiment pas foutre de l’argent en l’air non plus. Pareil si vous mettez un prix trop bas: vous paraîtrez « cheap », et les étudiants auront l’impression que vous êtes un prof « bas de gamme ». Le juste prix est entre 2500 et 3000 Yen par leçon, je dirais.
  3. Ne pas prendre en compte le coût du transport et les boissons: à moins que l’étudiant ne viennent dans un café pas loin où vous habitez, vous devrez vous déplacer, et les transports coûtent chers au Japon. D’où l’intérêt d’avoir un vélo, comme j’en parlais dans cet article. Sinon demandez à l’étudiant de vous payer les frais de transport. Vous donnerez probablement un cours dans un café genre Starbucks ou autre, prenez aussi en compte le coût de la boisson. Perso je préfère payer séparément.
  4. Parler trop vite: autre point TRÈS important, évitez de parler trop vite. C’est mon problème principal et je pense que j’ai perdu des étudiants à cause de ça. Heureusement que j’ai commencé à bosser dans une école de langue où les autres prof de français me l’ont fait remarquer. Donc même si vous pensez parler lentement, parlez encore plus lentement !
  5. Ne pas avoir de téléphone ou autre moyen de contact: vous aurez besoin d’un téléphone ou d’internet, déjà pour contacter vos étudiants, mais aussi pour qu’ils puissent vous prévenir si jamais ils vont arriver en retard ou veulent repousser le cours.
  6. Ne pas articuler et bégayer: pensez à bien formuler vos phrases et réfléchissez deux secondes à ce que vous allez dire avant d’ouvrir la bouche afin que votre étudiant vous comprennent bien. Évitez autant que possible les « mots parasites » du genre « alors… », « ça marche », « ça roule », « impeccable », « super », « génial »… Il faut que ce que vous disiez soit le plus clair et net possible, et sinon utilisez des mots que votre étudiant connait déjà.
  7. Répéter sa phrase d’une autre façon: c’est aussi une erreur que je fais souvent, répéter la même phrase de plusieurs manières, ce qui est parfait si vous voulez que l’étudiant soit perdu. Par exemple, si vous dites: « où habitez-vous ? » puis tout de suite après « où est-ce que vous-habitez ? » ou « où vous habitez ? ». Tenez-vous à une seule phrase et évitez de reformuler de 15 façons différentes.
  8. Ne pas laisser parler l’étudiant: évitez de couper l’étudiant lorsqu’il parle. Il vous paye 3000 Yen pour que vous l’écoutiez raconter sa vie en français donc laissez le terminer sa phrase puis corrigez sa prononciation et ses erreurs de grammaire après. Il faut que le temps de parole soit de 50/50.
  9. Donner son Facebook: Si on vous pose la question, dites que vous n’avez pas Facebook ! La majorité des étudiants japonais sont des filles, donc elles n’ont pas besoin de savoir que vous êtes en couple depuis cinq ans ou de voir vos photos de soirées en boite où vous êtes complètement torché avec une japonaise à chaque bras. Si elles vous posent la question (et seulement ‘Si’), dites que vous êtes célibataire, ça les fera rêver et leur donnera envie de vous revoir (je sais, c’est mal gnagnagna).
  10. Devenir trop pote avec votre étudiant: le must pour perdre son gagne-pain, devenir trop ami avec son étudiant, en particulier si c’est une japonaise et qu’elle voit en vous une proie potentielle. Déjà car vous ne connaîtrez plus exactement la limite du pote/prof donc quand vous vous verrez, et elle se demandera si elle doit vous payer ou si c’est juste une sortie entre amis.  Donc évitez d’être trop copain-copain avec votre étudiant(e).
  11. Arriver en retard: soyez à l’heure, prévoyez le temps de transport, si jamais vous allez à votre RDV en vélo vérifiez la météo, donnez vous un peu de marge pour relire votre leçon et soyez sur place 10 minutes avant votre étudiant(e). Bref soyez ponctuel.
  12. S’habiller comme un sac: la présentation est importante pour les japonais et votre étudiante ne voudra pas que les autres japonais la voient à Starbucks en compagnie d’un gaijin mal rasé et habillé en survêt et Kway. Les japonais s’habillent en majorité très clean, donc le minimum est de mettre une chemise. N’hésitez pas à mettre un costard, ça ne vous fera pas remarquer car vu le nombre de salaryman qu’il y a ici vous passerez totalement inaperçu, mais au moins vous aurez l’air d’un prof sérieux (et classe, quand même !).

Deuxième partie ici !

4 commentaires

  1. Bonjour
    Je suis algérien et j’ enseigne le français en Algérie. je détiens un magister (bac+6) en didactique de FLE et je rêve toujours d’aller au japon pour exercer mon métier alors y a t-il une possibilité pour moi de trouver un job ?
    Alors je m’adresse à vous ,qui a déjà de l’expérience ,pour me donner quelques éclaircissements et conseils .
    Je vous remercie infiniment.

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *