Enseigner le français au Japon: où trouver des élèves ?

Alors comme ça vous voulez enseigner le français au Japon, mais comment trouver des étudiants ? Il y a plusieurs solutions à ça: Voici une liste de conseils que j’ai mis en pratique ainsi que d’autres qui je pense vous seront utiles:

1 – Internet

Il y a plusieurs sites où s’inscrire qui vous apporteront pas mal d’étudiants si vous prenez la peine de bien remplir votre profil. Quelques conseils:

  • Il vaut mieux mettre une photo de vous qui vous mette en valeur (trois photos ou plus si vous pouvez). Pas de photos de soirée ou avec d’autres personnes dessus, juste vous.
  • En photo de profil, mettez une photo ou vous êtes en costume ou tailleur pour les filles. Mettez au moins une photo avec chemise et cravate, et ou vous souriez.
  • Je vous conseille aussi de mettre une photo de voyage ou dans un joli endroit, le must étant une photo assis à la terrasse d’un café parisien ou avec la tour Eiffel (il faut vendre du rêve !)
  • Si vous le pouvez, créez un site web du genre blog gratuit ou vous indiquerez vos contacts, mettrez quelques photos, tarif et possibilités de lieux de leçon (cafés ou autre). Vous pourrez aussi noter le nom du site/blog sur une carte de visite.

Pour les sites web où vous inscrire pour trouver des élèves, celui qui fonctionne le mieux pour moi est Enjoy-lesson.com . En plus vous recevez une alerte par SMS lorsqu’un étudiant souhaite vous contacter. C’est donc le premier site sur lequel je recommande de s’inscrire.

Voici une liste d’autres sites où vous inscrire (ils sont tous en anglais/japonais, cliquez sur le nom pour y accéder):

2 – Soirées et fêtes franco-japonaises

Si vous n’avez pas de compte Facebook, il va falloir vous y mettre car c’est sur Facebook que vous trouverez les invitations à des soirée franco-japonaise du genre france-kansai. Attention, je ne dis pas que ça marche à 100% mais vous pourrez peut-être y trouver des étudiants.

Avant toute chose, allez-y bien habillé (costard ou tailleur, ou minimum une chemise avec cravate): on vous remarquera davantage et si on vous demande pourquoi vous êtes venu en costard, dites que vous venez juste de sortir d’un cours privé, et que vous êtes prof de français.

Ensuite, il vous faudra absolument des cartes de visite avec votre nom, téléphone, email et site web/blog si vous avez pensez à en faire un. Indiquez ‘french language private teacher’, une petite tour Eiffel, carte de France ou drapeau français et vous êtes paré.

D’ailleurs quand vous arrivez à ce genre de soirée, soyez direct et dites à la première personne à qui vous parlerez que vous êtes prof privé de français. Croyez-moi ça fera vite le tour de la salle et certaines japonaises seront surement intéressés.




Et oui j’ai bien dit japonaises, car dans ce genre de soirée c’est à chaque fois 3/4 de filles dont beaucoup ne parlent même pas français ou font semblant d’être intéressées par la langue française et viennent pour draguer. Surtout, ne perdez pas votre objectif de vue: vous êtes venu ici pour trouver des étudiants afin de ne pas bouffer autre chose que des cup-ramen durant votre année en working holiday visa, donc ne dites pas que vous avez une copine, ou si on vous pose la question répondez juste ‘peut-être’ en souriant. Et si vous venez en couple soyez discret (pas de bisous/calins devant l’assemblée).

Notez que si vous êtes une fille française les conseils ci-dessus s’appliquent aussi. Certaines japonaises préféreront d’ailleurs avoir une tuteur/prof française plutôt qu’un mec pour moult raisons.

Autre chose: il se peut que dans ce genre de soirée ce soit un nomihodai (c’est-à-dire: boisson à volonté): gardez le contrôle et ne picolez pas comme un trou pour garder les idées claires. Faites comme moi, évitez la bière car vous aurez une haleine de chacal et buvez des vodka tonic à la place. Indétectable.

Pour terminer, sachez que ce genre de soirée est fatiguant mentalement car vous serez l’attraction principale et devrez parler non-stop (mal de gorge assuré): les japonais(es) n’y vont pas pour discuter entre eux mais pour parler avec des frenchy, donc attendez vous à être une cible surtout si les français ‘dispos’ sont en nombre limités.

giphy

De plus, il faudra essayer de discuter avec un maximum de personnes et les questions sont vites répétitives: ‘comment tu t’appelles’ ‘d’ou tu viens en France’ ‘depuis combien de temps tu es au Japon’… et bien sur si on vous demande ce que vous faites à Osaka/Tokyo, dites que vous êtes prof privé de français et dégainez votre carte.

Si vous êtes timide, il va falloir faire un effort et surtout rappelez vous que beaucoup de japonais(es) seront plus timides que vous et n’oseront pas vous aborder. Dans ce genre de soirée, si vous êtes en train de parler à un groupe il y en aura tout le temps un ou une qui gravitera autour en essayant de s’incruster dans la conversation. Soyez cool et allez lui parler en premier. Un simple sourire accompagné d’un ‘Bonjour, vous parlez français ?’ marche à tous les coups (même si l’autre personne ne pige pas un mot de ce que vous dites, c’est juste pour briser la glace).

Enfin, n’allez pas seulement parler qu’aux japonais mais aussi aux autres gaijin (je met gaijin et pas français car il n’y a pas forcément que des français dans les soirée franco-japonaises mais aussi des italiens, belges etc…)

NOTE IMPORTANTE: les japonais ne sont pas les seuls à vouloir apprendre le français, parmi mes étudiants j’ai eu une australienne rencontrée à une soirée France-Kansai et une anglaise qui vient de partir en France pour être au-pair. Donc parlez à tout le monde.

3 – Le bouche à oreille

Troisième solution qui fonctionne plutôt bien pour trouver des élèves japonais: le bouche à oreille/contact. Bien sûr ça voudra dire que vous avez déjà des potes sur place qui pourront vous aider. D’où l’importance de ne pas snober les autres français au Japon (j’en parle aussi ici).

Une technique qui peut être utile: faire un réseau avec un ou d’autres profs: si vous avez un bon pote qui enseigne aussi le français, mettez vous d’accord comme quoi si un de vous tombe malade ou ne peut assurer un cours, il pourra remplacer l’autre (par exemple s’il veut se barrer deux semaine en vacances à Okinawa vous pourrez le remplacer et lui retrouvera ses élèves à son retour).

Aussi, si vous avez des contacts/potes français qui donnent des cours et qui doivent rentrer en France ou quitter le pays car leur visa se termine, ils pourront ainsi vous refiler leurs élèves.

Le bouche à oreille fonctionne également si vous avez des potes japonais qui peuvent vous aider à trouver des élèves. Ces derniers feront plus confiance à un japonais qui servira d’intermédiaire. Si vous avez une copine japonaise, demandez lui de vous aider à rédiger une annonce en japonais sur le web (forum japonais ou autre).

4 – Laisser une annonce

La bonne vieille méthode de l’annonce avec les petites languettes à détacher scotchée sur un tableau d’affichage: pensez à mettre votre prénom, numéro de téléphone, mail, tarif, lieu de cours, et surtout un dessin représentant la France avec de la couleur (drapeau, tour Eiffel etc). Ecrivez les infos en japonais. Essayez les lieux suivants:

  • supermarchés
  • universités
  • boulangeries françaises
  • restaurants français

5 – Distribuer des flyers avec son nom

flyers japon

Pas testé personnellement mais j’ai rencontré un canadien qui distribuait des flyers dans la rue pour donner des cours d’anglais privés.

Comme pour les annonces, pensez à mettre toutes les infos nécessaires ainsi qu’un petit dessin genre manga.

Liens

Si vous avez d’autres astuces pour trouver des élèves, merci de laisser un commentaire.

Tags: enseigner le français au Japon, professeur de français au Japon, prof de français au Japon, job pour français au Japon, devenir prof de français au Japon, donner des cours de français au Japon, devenir professeur de français au Japon, travailler au Japon,

14 commentaires

  1. Bonjour Mathieu,
    Un grand merci pour tes infos précieuses. J’ai lu qu’il y a vraiment beaucoup de français dans les grandes villes japonaises maintenant. Penses-tu que la compétition rend la recherche d’élèves privés complexe et difficile ou bien y-a-t-il encore des possibilités de trouver une clientèle selon toi?

    1. Non, j’ai d’autres sources de revenus (drogue, racket…). Je plaisante. Je travaille aussi dans une école de français le week-end, en plus des cours privés. Donc on peut appeler ça de la survie, je ne met pas vraiment d’argent de côté ici, mais c’est voulu. Merci pour ton com’ !

      1. Merci à toi pour ta réponse.
        J’ai lu dans un autre de tes posts vieux de quelques mois que tu t’en sors à Osaka avec moins de 700 euros par mois tout compris et visiblement sans trop te priver. C’est vraiment étonnant dans un pays aussi cher que le Japon ( de réputation en tout cas). Tu as toujours le même budget maintenant?

  2. Bonjour et merci pour toute ces informations précieuse.

    Je suis actuellement en Terminal ES et à la recherche d’information concernant le métier de professeur de français au Japon. Je me suis renseigner de mon coté mais les informations que j’ai recueilli ne me suffise pas. Je me permet donc de te poser quelque question ( en espérant que cela ne te gène pas) :
    Quelles études à tu faites ? FLE ?
    J’ai vu que la chance comptait énormément pour trouver du boulot dans ce métier au Japon, et que cette chance est extrêmement faible.
    Je me pose aussi des questions sur les cours que l’on donne, peut on le faire à notre propre compte ? Faut-il le déclaré à quelqu’un ou non ?
    Le visa accordé pour les professeurs de français au japon est t’il difficile à obtenir et qu’elle est la période accordé généralement ?

    Je te remercie d’avoir lu et m’excuse pour cette gène occasionné, j’attend dans l’espoir de recevoir une réponse. :D

    1. Salut et merci pour ton com’ (et de quelle gêne occasionné tu parles ? Tu n’écris pas une lettre au Pape ou à Chuck Norris, un simple ‘merci d’avance’ suffit ^_^ )
      Question 1/J’ai un bac L et un BTS en commerce international. Jamais fait d’études ou de formation de prof de français.
      Question 2/Oui tu peux faire des cours à ton propre compte, des cours privés si tu préfères. Et non, tu n’as pas besoin de le déclarer à quelqu’un.
      Question 3/Aucune idée ! Mais je vais me renseigner. Vu le nombre de japonais qui veulent apprendre le français et le nombre d’écoles ça doit pas être compliqué à obtenir.

      J’espère que ça répond à tes questions. @+!

  3. Merci pour la réponse,

    Le salaire perçu permet une vie relativement stable, et arrive t-on au moins au smic si nous comparons avec la France.

  4. Konbanwa !
    Un big merci pour ton blog ! Je suis au lycée (en L, viii, comme vous Mr.) et j’ai pas franchement de projet…
    L’idée de partir pour le Japon, un pays qui me fascine, et y vivre en donnant des cours de Français m’avait effleuré l’esprit, sans trop y croire.
    mais quand je lis ton expérience, ça me motive vraiment, je me dis que finalement c’est possible !
    Donc voilà, encore merci *o*

  5. Super conseils ! Super site ! J’adore ! Merci beaucoup.
    Je vis au Japon depuis peu et je suis tombée sur ton site par hasard. J’ai suivi tes conseils. J’ai acheté tous les bouquins recommandés et je me suis inscrite sur tous les sites donnés pour donner des cours de français / anglais, notamment le site enjoy-lesson, et grâce à toi j’ai plus de 8 étudiants qui suivent régulièrement mes cours. Je ne pensais pas à une telle réussite.
    Merci beaucoup !

  6. Hello !

    Petite question, lors des soirées franco-japonaises tu communiquais principalement en quelle langue avec tes « prospects » ? :)

    Je suppose que de ne pas parler suffisamment japonais limite pas mal les opportunités non ?

    Merci par avance !

    Michaël

    1. Salut !
      Lors de ces soirées je parlais soit en anglais soit en français… certains japonais(es) ont un niveau de ouf en français d’ailleurs.

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *