Étiquette : Conseils

code promo chapka

Code promo Chapka PVT: 5% de réduction !

Avec Japanoob et Chapka, vous pouvez désormais bénéficier de 5% de réduction sur les assurances Working Holiday Visa (ou PVT) pour le Japon, mais aussi pour tous les autres pays faisant parti du programme PVT ! (Australie, Canada, Corée du Sud, Singapour….)

Autre bonne nouvelle:

Pas besoin de code promo !

La réduction est paramétrée automatiquement avec Japanoob.fr, et vous pouvez en bénéficier simplement en cliquant sur le lien suivant:

 

code promo chapka assurance réduction

Et c’est pas seulement pour le PVT…

Vous pouvez aussi bénéficier de cette réduction de 5 % pour tous les autres types d’assurances voyages, par exemple si vous partez faire des études au Japon ou même si vous partez en vacances au Japon ! (Valable sauf pour l’assurance CAP Aventure).

Tout ce que vous avez à faire, c’est choisir le type d’assurance qui vous intéresse dans ce menu défilant:

Une fois votre recherche effectuée, le message suivant devrait apparaître:

promo chapka réduction

N’oubliez pas, une assurance santé est très importante si vous partez à l’étranger.

Acheter vélo Japon

Acheter un vélo au Japon: le guide

 

Le vélo est un moyen de transport très populaire au Japon, en particulier à Osaka. Vous aurez l’occasion de vous en rendre compte très rapidement: attention si vous êtes piéton à ne pas rester au milieu du trottoir ! car à Osaka les piétions et les vélos se le partage.

Vous verrez toute sortes de vélo à Osaka: VTT, vélos de course, mini-vélo, et les bicyclettes qui sont les plus courantes.

Rouler à vélo fait partie des 10 trucs que j’aime le plus au Japon.

Où acheter un vélo ?

En japonais, vélo se dit ‘Jitensha’ mais à Osaka on emploi le mot ‘chali’, parfois ‘mamachali’ pour désigner les bicyclettes avec un panier à l’avant (des vélos de mémères en gros).

Vous n’aurez aucun mal à trouver des magasins de vélo d’occasions, surtout si vous traînez au Sud de Namba. Ils plutôt très bon marché: environ 6000 yen avec la registration. En effet, vous aurez besoin de vous enregistrer auprès de la police: votre vélo aura alors un autocollant orange avec un numéro attribué à votre nom. En général c’est le magasin qui s’occupe de la registration, ça prend deux minutes le temps de remplir une fiche avec vos coordonnées (utilisez l’adresse de votre hôtel et son téléphone). Il vous faudra aussi votre passeport, et 600 yen.

Vous pourrez également acheter des vélos neufs à Bic Camera à Namba.

Où louer un vélo ?

Vous trouverez des magasins de location de vélo dans les lieux touristiques, généralement près des gares. Les hôtels de style auberge/backpacker en propose à la location (parfois gratuitement).

En général la location coûte autour de 500 yen de l’heure, 800 yen la journée. Ce sont les prix pratiqué à Kyoto par exemple. Il vous faudra également présenter votre passeport, et il faut parfois payer une caution.

Customiser son vélo

Si vous avez la bonne idée d’acheter un vélo, je vous recommande d’opter pour le mamachali. Ce sont des vélos avec une seule vitesse mais c’est suffisant ici, car c’est très plat. Ils disposent d’un panier, très pratique, ainsi que d’un porte bagage qui vous permettra de transporter quelqu’un (de préférence pas trop lourd!).

Vous pourrez ensuite le customiser avec des accessoires qu’ils vendent à Daizo ou dans les 100 Yen shops, à commencer par l’accessoire ultime: le porte boisson. Très pratique pour mettre votre café ou votre bière.

acheter vélo au Japon

Un truc aussi à avoir tout le temps sur son vélo est un petit chiffon que vous coincerez sous la selle, pour l’essuyer s’il a plu.

Si vous pensez ramener quelqu’un sur le porte bagage, mettez un morceau de carton par dessus. Ça sera plus confortable pour votre passager.

Enfin, je vous recommande aussi d’acheter un cadenas pour attacher votre vélo afin que la fourrière ne vous l’embarque pas.

Les lois à respecter en vélo

Vous verrez rapidement que c’est l’anarchie en vélo à Osaka: les piétons et les vélos se partagent le trottoir, personne ne porte de casque, les gens roulent à contresens, à 20 centimètres des voitures en checkant facebook sur leur smartphones…

Vous verrez aussi que personne ne tend le bras pour indiquer ou il tourne, et ils n’utilisent jamais leur sonnette de vélo.

Attention où vous vous garez: même si vous verrez beaucoup de vélo garé à l’arrache méfiez vous car la fourrière circule souvent ! l’idéal est d’éviter les grandes routes pour se garer dans les petites rues parallèles, et pensez à attacher votre vélo à quelque chose de fixe avec un cadenas. Plutôt que de prendre votre vélo ils mettront un papier de rappel à l’ordre dessus.

Attention aussi, certaines rues sont interdites au vélo: c’est le cas à Kyoto et dans certaines rues commerçantes d’Osaka (vous devrez marcher à côté).

Même si la circulation en vélo semble bordélique, faites attention au flics car ils n’hésiteront pas à vous embêter à la moindre occasion ! donc gardez les yeux ouverts. D’après ce que j’ai compris il faut obligatoirement avoir une lumière d’allumée le soir et c’est interdit d’avoir quelqu’un sur son porte bagage (mais tout le monde le fait).

Malheureusement vous ne pourrez pas prendre votre vélo dans le métro, à condition que ça soit un mini-vélo pliable.

Les endroits à visiter en vélo à Osaka

Tous les coins d’Osaka sont accessibles en vélo, mais certains endroit sont particulièrement fun à faire en deux-roues:

  • Le château d’Osaka et son parc
  • Vers Sakuranomiya (au Nord du Chateau), le long de la rivière
  • Vers Nakanoshima
  • Jusqu’à Nagai Park (un peu loin mais sympa)
  • Explorer le Sud de Namba (vers Dobutsuen mae/Shinimamiya)
  • Le long de la rivière Yodogawa, au Nord d’Umeda.
Dernier conseils
  • Un truc que je recommande si vous avez l’intention de vivre à Osaka: acheter un vélo à Kyoto et le laisser sur place pour quand vous déciderez d’y aller en week-end. En effet, les transports en commun sont compliqué à Kyoto et ça vous fera économiser de l’argent. Il faut juste trouver un endroit sur ou le laisser à chaque fois.
  • En un an, mon vélo a été embarqué une seule fois par la fourrière. Pour le retrouver, regardez les panneaux à côté de là où vous l’avez laissé. Il devrait y avoir une carte avec une adresse vous indiquant ou aller. Si vous n’êtes pas sure, demandez à des potes japonais. En général les parking de fourrières se trouvent sous les ponts. J’ai du payer 2500 yen pour récupérer le mien.
  • Si votre vélo n’est plus à l’endroit où vous l’avez laissé, ne paniquez pas: regardez un peu plus loin. Parfois les vendeurs de conbini ou les boutiques les changent de place pour avoir de la place devant leur magasin.
  • Louez ou acheter un vélo à Kyoto. C’est vraiment le meilleur moyen de découvrir la ville et ses endroits cachés.
Liens

5 raisons de faire son Working Holiday Visa à Osaka

Vous hésitez entre Osaka et Tokyo pour vous installer durant votre année de Working Holiday Visa au Japon ?

C’est vrai que c’est un choix assez difficile à faire et vous êtes nombreux à me demander pourquoi j’ai choisi de venir à Osaka. Il y a trois raisons à cela:  j’y suis venu il y a deux ans et j’ai bien aimé, j’ai des amis japonais qui pouvaient m’aider ici au début, et c’est plus éloigné de Fukushima (je n’ai pas trop envie de traîner au Nord du Japon…).

C’est donc un choix bien personnel, mais voilà cinq raisons en plus pour venir faire son année de Working Holiday Visa à Osaka:

1 – Osaka est proche de Kyoto, Nara, Kobe, Himeji…

Pour moi c’est un très gros plus comparé à Tokyo: vous pourrez très facilement partir à Kobe, Nara ou Kyoto pour une journée ou une week-end, surtout que ça demande pas mal de temps si vous voulez bien visiter Kyoto.

En plus, si vous restez à Osaka ça veut dire que vous pourrez aller visiter Kyoto durant les quatre saisons ! Et voir les cerisiers en fleurs à Kyoto, où y admirer les feuilles d’automne, c’est plutôt cool.

Osaka est donc une bonne base si vous voulez visiter le kansai, mais d’ici vous pourrez trouver également des vols pas chers vers le reste du Japon (Fukuoka, Okinawa) et des pays comme la Corée du Sud ou Taiwan.

2 – Les gens sont plus cool

Il faut dire aussi qu’on y est moins serré… mais tous ceux que j’ai rencontré et qui sont allés à Tokyo avant m’ont dit que les gens étaient plus sympa ici, et beaucoup plus relax. Je veux bien les croire.

Tokyo ou Osaka

3 – La vie y est moins chère

Loyer et nourriture y sont abordables, comparé à Tokyo… comptez au minimum 35000 Yen par mois pour un petit apart.

4 – Une ville à taille humaine, faisable à vélo

Un gros avantage par rapport à Tokyo: vous pouvez vous déplacer en vélo facilement (il faut faire attention quand même) car c’est plat, et moins grand qu’à Tokyo. Pratique si vous sortez en boîte et que vous êtes bourré ! De Shinimamiya (le quartier des hôtels pour gaijin), comptez environ 40-45 minutes en vélo pour aller au Nord jusqu’à Umeda ou 10-15 minutes pour aller jusqu’à Dotombori.

Ici, un vélo d’occasion coûte autour de 6000 Yen, et en plus vous ferez des économies phénoménales sur les transports (à ajouter au point 3).

5 – Moins de Gaijin

Vous aurez davantage un statut ‘spécial’ ici: vous vous ferez abordez par des personnes âgées (parfois en état d’ébriété) qui vous raconterons leur vie, les gamins vous feront ‘hello’, les gens n’hésiteront pas à vous aider si vous êtes perdu et vous parlerons plus facilement.

Bien sûr, il y a peut-être moins de boulot qu’à Tokyo mais Osaka est une ville super et je ne regrette pas du tout d’avoir passé un an ici !

5 choses essentielles à apporter avec soi en working holiday visa au Japon … et les choses à laisser à la maison !

Vous vous demandez quoi emmener en voyage au Japon, en particulier si vous venez pour un an en working holiday visa ?

Voici cinq choses à mettre absolument dans vos bagages:

1 – Un costume/tailleur

Pourquoi ? car vous en aurez besoin pour chercher du travail et donner des cours de langues, si c’est ce que vous comptez faire.

Même si vous trouverez ici de nombreux magasins de vêtements où vous pourrez acheter des costumes, vous gagnerez du temps et économiserez de l’argent si vous apportez votre propre costume/tailleur ainsi que des chaussures classes. Surtout si vous êtes grand, car ici vous aurez du mal à trouver des grandes tailles.

2 – Des médicaments

Les médicaments japonais n’étant pas super efficaces, faites un bon stock de médicaments avant de partir, en particulier pour le mal de crâne, des antibiotiques, des médicaments pour la toux et pour le rhume (du genre actifed).

3 – Cosmétiques

Pensez à prendre votre shampoing, gel douche ou anti-transpirant préféré ainsi que les produits cosmétiques que vous utilisez régulièrement et que vous ne trouverez pas ici, genre produits spéciaux pour se laver le visage (cela dit vous trouverez du gel douche sans problème ici – Dove, Axe etc…)

Prenez aussi votre parfum préféré avec vous car vous aurez certainement du mal à le trouver au Japon (les japonais ne se parfument quasiment pas de toute manière).

Pour les filles: ma copine me dit que vous devriez prendre votre propre fond de teint car ceux qu’ils vendent ici sont trop blancs et la majorité des autres produits cosmétiques sont trop blanchissants.

4 – Des livres de cours de français

Ça, c’est vraiment LE truc que je regrette de ne pas avoir emmené avec moi: un Bescherelle pour apprendre la grammaire et la conjugaison française, des cahiers de vacance pour enseigner le français, des bouquins avec des exercices et leçons de grammaire française…

Des flashcard en français m’auraient aussi été bien utiles pour les cours (cartes en couleur avec des dessin et explications en français genre ‘Le restaurant’, ‘L’avion’ etc…).

Prenez au moins un mini livre de grammaire comme celui-là et un mini-bescherelle (cliquez-ici), ils ne coûtent pas cher et sont faciles à transporter. On en a des exemplaires à l’école où je bosse.

Si vous avez besoin d’exercices de grammaire je vous recommande de prendre ce livre avec vous. Il est très pratique si vous chercher des exercices à faire faire à vos étudiants (j’ai pu m’en procurer une copie ici).

Je reviendrais sur le sujet des cours de français très bientôt !

5 – Un dictionnaire franco-japonais ou un guide de conversation

A moins que vous ne maîtrisiez parfaitement le japonais, prenez un guide de conversation avec vous (comme celui du routard ou celui fait par harraps) ou un dictionnaire franco-japonais dans vos bagages.

Et le reste:

  • Un guide de voyage Lonely Planet: ne vous attendez pas à trouver des brochures en français partout !
  • Des omiyage à offrir à vos amis japonais
  • Les trucs évidents: votre appareil photo (sinon vous pourrez trouver du matériel photo d’occasion ici), votre PC portable, une tablette (peut s’avérer utile pour les cours de français, parfois…).
  • Une mini-boussole car il est très facile de se perdre en ville ! (vous en trouverez aussi dans les 100yen shops)
  • Du saucisson (si vous êtes accro): car il est impossible d’en trouver ici ! Je recommande les mini bâtons de berger, faciles à transporter et qui se cachent facilement dans un sac. A garder sous la main en cas de nostalgie ou pour faire goûter à vos amis japonais. Par contre gardez à l’esprit que les douanes pourront vous l’embarquer en cas de fouille de votre sac.

Les trucs à laisser à la maison:

  • Votre téléphone portable: il ne fonctionnera pas à moins que vous ne l’utilisiez pour aller sur internet via WIFI
  • Trois tonnes de vêtements: car il y a beaucoup de magasins de fringues pas cher au Japon et vous pourrez en acheter ici (merci Uniqlo).
  • Les appareils ménagers du genre fer à repasser, bouilloires électriques ou autres…
  • La nourriture française: Voilà ce que vous pourrez trouver au Japon sans problème (ça sera un poil plus cher mais bon): Nutella, moutarde Maille, vin rouge et blanc français (Bourgogne, Bordeaux… pas trop cher d’ailleurs), vache qui rit, fromage, jambon sec, confiture bonne maman, Orangina (il y en a dans tous les distributeurs), gâteaux sablés, madeleines, bonbons Haribo…
  • Votre chat ou votre poisson rouge.

Dites-moi s’il y a des choses que j’ai oublié !

Tags: quoi emmener au Japon, quoi apporter au Japon, quoi emmener en voyage au Japon, apporter de la nourriture au japon, qu’apporter au japon, quel cadeau apporter au japon, emmener nourriture au Japon, emmener fromage au Japon, que emmener au japon

5 conseils pour réussir son working holiday visa au Japon

Voilà presque neuf mois que je suis au Japon, il est temps de donner mes conseils à ceux qui s’apprêtent à venir ici un an en visa working holiday. N’hésitez pas à laisser un com’ si vous avez d’autres astuces à partager.

1/ Parler anglais, ou avoir de solides bases en japonais

do you speak françaisLe conseil number one: apprendre à parler anglais, surtout si vous ne maîtrisez pas le japonais. Au début de votre séjour, vous séjournerez probablement en backpacker hostel/guesthouse: appelez ça comme vous voulez, il s’agit tout simplement d’auberge bon marché ou séjournent des voyageurs de tout pays. Si vous parlez anglais, vous pourrez communiquer avec des taïwanais, coréens, thaïlandais, anglophone bien sûr (il y a beaucoup d’australiens et de canadiens ici), allemands et autres nationalités.

Donc, à moins que vous ne parliez japonais ou que vous souhaitiez ne rester qu’entre français, je vous conseille grandement de parler un minimum anglais.

Il y a deux autres raisons à cela: ça vous permettra de lire les petites annonces en anglais pour trouver du boulot, comme dans le magasine gratuit ‘Kansai Scene’. Même les annonces pour du travail de professeur de français sont écrites en anglais (‘french teacher’ ou ‘french tutor’).

Ensuite, si vous maîtrisez assez bien l’anglais vous pourrez donner des cours d’anglais à des japonais: pas besoin non plus d’avoir un accent parfait, l’important est de maîtriser suffisamment bien la grammaire et d’avoir assez de vocabulaire, les japonais n’étant pas des bêtes en anglais votre niveau sera probablement meilleur.

Ainsi je vous recommande de faire un working holiday visa dans un pays anglophone AVANT de venir au Japon: ça vous permettra d’apprendre l’anglais et de voir si vous arrivez à vous débrouiller seul dans un pays étranger.

Enfin, parler anglais vous permettra de lire les menus et panneaux en anglais.

2/ Partir avec suffisamment d’argent

budget JaponPartez avec assez d’argent pour tenir au moins trois mois. Je dirais que 3000 € est le minimum pour tenir le temps de trouver un boulot. Surtout, ne vous attendez pas à revenir plus riche que quand vous êtes parti au Japon, à moins que vous ne trouviez un bon taf ici ainsi qu’un logement pas cher.

Autre conseil dans une catégorie un peu à part: même si vous pouvez  trouver un vol pas cher sur internet, le billet d’avion pour le Japon coûte assez cher mais si vous envisagez de rester plus longtemps qu’un an au Japon, prenez juste un aller-simple ! Ainsi vous aurez la possibilité de rallonger votre séjour ici (visa touriste: 3 mois en plus) et si vous ne voulez pas rentrer en France directement après le Japon il y a plein de pays à visiter autour: Corée du Sud, Chine, Taiwan, Asie du Sud-Est…

3/ Vivre en backpacker hostel au début de son séjour

Ne pas commettre l’erreur d’aller vivre seul en apart au début de votre séjour: les backpacker hostel sont les endroits parfaits pour commencer votre working holiday visa, surtout si vous comptez vous installer dans une ville comme Osaka pour un long moment.

Soirée Takoyaki

Déjà, vous pourrez y rencontrer d’autres voyageurs et vous faire des amis de toutes nationalités, voire même d’autres français en working holiday visa avec qui sortir ou qui vont donneront des conseils au début pour trouver du boulot ou économiser de l’argent sur la bouffe, les bars, etc… Le staff de l’auberge pourra aussi vous aider au début pour les démarches administratives, en vous indiquant où aller, ainsi que les bons plans de visite (à condition de parler anglais ou japonais bien sûr, on en revient au point n°1). Des soirées et barbecue sont organisés et ils offrent parfois des réductions pour diverses activités. Par exemple, grâce à mon hôtel j’ai payé mon trip à Koyasan 5000 Yen au lieu de 15000 Yen.

Enfin, certains hôtels proposent des tarifs spéciaux pour ceux qui veulent rester sur le long terme ainsi que du travail comme réceptionniste, homme/femme de ménage en échange du logement.

4/ Ne pas snober les autres français

Erreur fatale: vouloir à tout prix éviter les autres français (‘gné je suis au Japon cé pas pour voir dé françaaay !’). Déjà car je trouve que les français à l’étranger sont beaucoup plus ouvert que ceux qui n’ont jamais voyagé, et vous vous ferez de très bons potes, mais aussi car ils pourront vous aider pour du boulot, vous refiler des étudiants à qui donner des cours, et vous indiquer où trouver du saucisson, vin et fromage.

soirée france japon

Je vous recommande aussi d’aller aux événements français tels que les soirées france-kansai, ça vous permettra de rencontrer des japonais qui parlent français et ainsi trouver de futurs étudiant(e)s (il y a surtout une majorité de japonaises dans ce genre de soirée).

Enfin, en rencontrant d’autres expatriés français au Japon ils pourront vous faire part de leurs expériences et leur ressenti sur le pays, et vous conseiller sur les démarches pour obtenir un visa de travail ou autre visa pour séjourner plus longtemps au Japon.

5/ Acheter un vélo et autres conseils pour économiser de l’argent

Acheter un vélo dès votre arrivée, et à condition que vous souhaitiez vous installer pour une longue durée au même endroit, vous permettra d’économiser énormément sur les transports qui coûtent cher au Japon.

Un vélo vous fera gagner du temps pour aller en course, vous rendre à vos cours, rentrer de boîte… comptez 6000 Yen pour en acheter un d’occasion.

vélo japon

Derniers conseils pour économiser de l’argent au Japon:

  • Ne pas tout dépenser son fric à Family Mart: faites vos courses en supermarché et cuisinez vos repas
  • Allez faire vos courses vers 20h, lorsque les bentos et certains produits sont à moitié prix
  • Utiliser les pass genre kansai buss
  • Faites du woofing
  • Faites du stop

Bien sûr j’aurais un tas d’autres conseils en plus à vous donner, mais j’y reviendrais plus tard. Bonne chance à vous si vous venez au Japon en working holiday visa !

Comment lire les étiquettes des aliments au Japon

Un des premiers problème que j’ai rencontré au Japon lorsque j’allais faire mes courses était de lire les étiquettes avec toutes les infos nutritionnelles au dos des aliments. Je les regardais surtout pour voir la teneur en protéines, vu que j’avais perdu pas mal de poids et que je voulais me remettre à la muscu ici.

Voici donc un mini-guide pour vous aider à y voir plus clair lorsque vous irez ‘kaimono suru’ (faire des courses).

Ce qui est assez chiant lorsque vous vous intéressez aux infos nutritionnelles est de savoir pour quelle quantité cela correspond car ce n’est pas toujours indiqué pour 100 grammes ou 100 ml: c’est parfois pour le contenu du produit en entier, par exemple une brique de chocolat au lait de 500 ml, un yaourt de 200 gr., etc… A vous de mettre le doigt dessus et de faire le calcul si nécessaire.

étiquette aliments japonais

Je ne suis pas vraiment rentré dans les détails mais je pense que ça couvre l’essentiel et devrait vous aider au début de votre séjour au Japon si comme moi vous faites attention à ce que contiennent vos aliments, en particulier pour ceux qui sont allergiques à certains types de nourriture:

  • 材料                  Liste des ingrédients (seibun listo)
  • 栄養                  Nutrition (eiyou)
  • パック               Paquet (pakku)
  • 200ml 当たり   Pour 200 ml (200ml atari)
  • 栄養成分        Information nutritionnelle (eiyouseiboun)
  • 賞味期限        A consommer avant le/date d’expiration (shoumikigen)
  • 原産国名       Pays d’origine (kensankokumei)
  • 産地                Lieu de production (sanshi)

Le lieu de production peut être utile si vous ne souhaitez pas consommer de produits de la préfecture de Fukushima 福島第一

  • エネルギー        Calories (enerugi)
  • たんぱく質         Protéine (tanpakushitsu)
  • 炭水化物           Glucides (sumumizubakemono)
  • 脂質                    Lipides (shishitsu)
  • カルシウム        Calcium (kalushiumu)
  • マグネシウム    Magnesium (maguneshiyumu)
  • ナトリウム          Sodium (natoriumu)
  • カリウム             Potassium (kariumu)
  • コレステロール Cholesterol (kolesterolu)
  • 食物繊維 ou しょくもつせんい Fibres alimentaire (shokumotsuseni)
  • 維質                Fibre
  • 砂糖                Sucre (satoo)
  • ゼラチン          Gelatine (zelatine)
  • ビタミン               Vitamine (bitamin)
  • 鉄                    Fer (tetsu)
  • 塩                    Sel (shio)
  • 亜鉛               Zinc (aen)

Petit exemple de déchiffrage avec ce délicieux flan (enfin c’était un truc qui ressemblait à du flan…)

Infos nutritionelles Japon

Pour ceux qui ont des allergies:

  • 小麦                        Farine de blé   (komugi)
  •  胡桃 ou くるみ ou クルミ         Noix (kurumi)
  • 卵 ou たまご          Oeuf   (tamago)
  • にゅう                       Produit laitier   (nyu)
  • 大豆 ou  だいず     Soja (daizu)
  • そば                         Farine de sarasin (soba)
  • 落花生 (natase) ou  ピーナッツ (pinatsu)      Cacahuètes
  • 海老 ou えび          Crevettes   (ebi)
  • 蟹 ou かに              Crabe   (kani)

Cherchez le kanji 麦 (mugi) qui se trouve dans beaucoup de mots relatifs aux graines:

  • ライ麦  (seigle)
  • 燕麦       (avoine)
  • 小麦       (blé)
  • 大麦       (orge)

Et enfin, pour savoir de quel type de viande il s’agit:

    • 牛肉 ou ぎゅうにく     Boeuf – gyuuniku
    • 鶏肉 ou とりにく         Poulet – Toriniku  (Aussi appelé ‘chikin’ チキン)
    • 豚肉 ou ぶたにく       Porc – Butaniku

Si vous remarquez des erreurs ou avez des infos supplémentaires à apporter, merci de laisser un com’ !

FAQ: Se préparer pour l’ascension du Mont Fuji

Faq pour vous aider à l’organisation de l’ascension du Mont Fuji, et pour y admirer le lever du soleil depuis le sommet. L’accès a celui-ci devrait-être payant en 2014.

Lever de soleil Mont Fuji

Merci à Phil et Yohan pour les infos.

1/ C’est quoi le Mont Fuji ?
2/ Pourquoi le Mont Fuji est-il si spécial ?
3/ Combien de personnes font l’ascension du Mont Fuji chaque année ?
4/ Quel type de chaussure prévoir pour faire l’ascension du Mont Fuji ?
5/ Est-il dangereux d’escalader le Mont Fuji ?
6/ L’ascension du Mont Fuji est-elle difficile ?
7/ Quel budget prévoir pour l’ascension du Mont Fuji ?
8/ Quand est-il possible d’escalader le Mont Fuji ?
9/ Quelle est la meilleure période pour escalader le Mont Fuji ?
10 / Est-ce que je peux escalader le Mont Fuji avec des enfants ?
11/ Quel matériel emmener pour faire l’ascension du Mont Fuji ?
12/ Est-il possible de laisser ses bagages quelque part pour escalader le Mont Fuji ?
13/ Y’a t-il plusieurs chemins pour aller au sommet du Mont Fuji ?
14/ Quel est le chemin le plus populaire ?
15/ Que faire si j’ai le mal de l’altitude ?
16/ Combien de temps faut-il pour aller au sommet du Mont Fuji ?
17/ Comment éviter la foule quand j’escalade le Mon Fuji ?
18/ Peut-on escalader le Mont Fuji durant la journée ?
19/ Je n’aime pas la rando: quel est le moyen le plus simple pour accéder au sommet du Mont Fuji ?
20/ Comment se rendre au Mont Fuji depuis Tokyo ?
21/ Quel moment de la journée est le meilleur pour faire l’ascension du Mont Fuji ?
22/ A quelle heure partir de la station N°5 pour admirer le lever de soleil au sommet ?
23/ Est-il possible de camper sur le Mont Fuji ?
24/ Y’a t-il des toilettes sur le Mont Fuji ?
25/ Où manger et dormir au Mont Fuji ?
26/ Est-il nécessaire de rester dans une hutte lors de l’ascension du Mont Fuji ?
27/ Combien coûte une place dans une hutte du Mont Fuji ?
28/ Quel services et infrastructures y’a t-il à la 5ème station ?
29/ Quel services et infrastructures y’a t-il au sommet du Mont Fuji ?
30/ Quelle température fait-il au sommet du Mont Fuji ?
31/ A quelle heure est le lever du soleil en haut du Mont Fuji ?
32/ Que faire d’autre après avoir admiré le lever du soleil ?
33/ Quelques conseils pour l’ascension
34/ Quelques conseils pour la descente
35/ Liens utiles

 

1/ C’est quoi le Mont Fuji ?

Le Mont Fuji (ou Fuji San) est un volcan qui est le plus haut sommet du Japon (3776 mètres). Il est situé à l’Ouest de Tokyo, sur l’île de Honshu.

2/ Pourquoi le Mont Fuji est-il si spécial ?

Le Mont Fuji est un symbole national: c’est le plus haut sommet du Japon, il est visible depuis très loin, il est vénéré dans la religion shintoïste, c’est un lieu très touristique mais surtout il est beau à voir !

3/ Combien de personnes font l’ascension du Mont Fuji chaque année ?

Le record du nombre de visiteur a été de 320 975 en 2010. Il y a autour de 320 000 visiteurs par an.

4/ Quel type de chaussure prévoir pour faire l’ascension du Mont Fuji ?

Prévoir des bonnes chaussures de marches, sinon des baskets solides feront l’affaire. Oubliez les sandales.

5/ Est-il dangereux d’escalader le Mont Fuji ?

Normalement non, vérifiez tout de même les prévisions météo avant d’y aller. Si vous êtes bien préparé tout se passera comme sur des roulettes (ou presque) !

6/ L’ascension du Mont Fuji est-elle difficile ?

A moins d’avoir des béquilles ou de sérieux problèmes de santé, le Mont Fuji est plutôt accessible comme parcours de rando, même si ce n’est pas non plus un parcours de santé. Il n’est pas très technique, mais la pente le rend difficile et vous devrez même utiliser vos mains pour grimper (attention lors de la descente). Attendez vous au pire et ça sera plus facile pour vous. Attendez vous à ce que ce soit simple, et vous vous maudirez de l’avoir fait.

7/ Quel budget prévoir pour l’ascension du Mont Fuji ?

Tout dépend depuis où vous démarrez l’ascension (Le plus près revenant le moins cher, of course). Depuis Tokyo, si vous y allez en bus, achetez du matériel+bouffe, réservez une hutte, un plat chaud et achetez des souvenirs (Par ex: bâton de marche: 1000 Yen+200 Yen à chaque station pour le faire marquer) comptez environ 10 000-15 000 Yen au total.

8/ Quand est-il possible d’escalader le Mont Fuji ?

La saison officielle pour escalader le Mont Fuji dure deux mois, de Juillet à Août. En dehors de ces deux mois il est possible mais pas recommandé d’escalader le Mont Fuji car la plupart des restaurants et autres infrastructures sont fermées, et le temps est très instable.

9/ Quelle est la meilleure période pour escalader le Mont Fuji ?

Évitez absolument les vacances d’Obon (du 13 au 17 août) ainsi que les week-end. L’idéal serait d’y aller entre début et mi-juillet pour éviter la foule, voir même fin août/début septembre.

10 / Est-ce que je peux escalader le Mont Fuji avec des enfants ?

Même s’il s’agit d’un parcours de rando ‘simple’, c’est loin d’être un parcours de santé car même des adultes peuvent galérer pour accéder au sommet. Je déconseillerais d’emmener des enfants de moins de 12 ans faire l’ascension du Mont Fuji, sauf si bien sûr ils sont déjà habitués à faire de la rando. La route est longue, il y a peu de toilettes dispo, le chemin peut-être glissant, il fait froid et les conditions météo sont changeante… ça pourrait ne pas être une expérience super agréable pour eux. Dans tous les cas empruntez le parcours Yoshida si vous avez des enfants avec vous et prenez beaucoup d’eau et suffisamment de quoi manger.

11/ Quel matériel emmener pour faire l’ascension du Mont Fuji ?

  • Chaussures de rando
  • Vêtements chaud
  • Bonnet
  • Gants
  • Chaussettes épaisses pour éviter les ampoules
  • Guêtres pour éviter d’avoir de la poussière et cailloux dans ses chaussures lors de la descente
  • Casquette ou chapeau
  • Serviette pour s’essuyer si vous transpirez
  • Lunettes de soleil
  • Bâton de marche
  • Beaucoup d’eau (2 à 3 litres)
  • Vêtement de pluie
  • De quoi manger (fruits secs, fruits, chocolats…)
  • Papier toilettes
  • Sac plastiques pour emporter ses déchets (il n’y a pas de poubelles)
  • Lampe frontale
  • De l’aspirine (pour le mal de l’altitude)
  • Pansements
  • Pièces de 100 Yen (pour utiliser les toilettes)
  • De l’argent pour payer les huttes, souvenirs, plat chaud, bâton de marche souvenir…

12/ Est-il possible de laisser ses bagages quelque part pour escalader le Mont Fuji ?

Il y a des casiers à pièce dispo à Mt. Fuji et Kawaguchiko Station mais attention, ils risquent d’être vite remplis, surtout durant les week-end. Le prix est de 300 Yen/jour. L’idéal est de laissez ses affaires dans un casier à Tokyo Station ou Shinjuku Station.

13/ Y’a t-il plusieurs chemins pour aller au sommet du Mont Fuji ?

Oui, il y a quatre chemins possible pour accéder au sommet:

  1. Le parcours Yoshida (le plus populaire)
  2. Le parcours Fujinomiya (le plus court: 4h20)
  3. Le parcours Subashiri
  4. Le parcours Gotemba (le plus long: 6h20)

14/ Quel est le chemin le plus populaire ?

Le parcours Yoshida est le plus populaire.

15/ Que faire si j’ai le mal de l’altitude ?

Le mal de l’altitude pourra vous arrivez si vous n’avez pas l’habitude de faire de la rando en montagne et si vous grimpez trop vite. Les symptômes sont: nausée, maux de tête, vertiges. Le meilleur moyen de l’éviter est de monter lentement et de faire des pauses pour s’acclimater à l’altitude (passez au moins une heure à la 5ème station). Si vous le pouvez, passez quelques heures dans une hutte. Si vraiment vous vous sentez mal, redescendez. Vous trouverez aussi des bouteilles d’oxygène en vente dans les magasins des différentes stations mais celles-ci coûtent cher. Achetez les en magasin à Tokyo ou ailleurs que sur le Mont Fuji.

16/ Combien de temps faut-il pour aller au sommet du Mont Fuji ?

En moyenne il faut 5h10 pour aller au sommet et environ 3h pour en redescendre. Si vous démarrez depuis la 5ème station en prenant le parcours Yoshida, comptez environ 5h de marche pour accéder au sommet (soit 1471 mètres de plus), et 3h30 pour en redescendre.

17/ Comment éviter la foule quand j’escalade le Mon Fuji ?

Allez-y en semaine, évitez Obon (du 13 au 17 août), faites l’ascension en journée.

18/ Peut-on escalader le Mont Fuji durant la journée ?

Oui, c’est possible et il y aura bien moins de monde qu’en soirée (tout le monde veut admirer le lever de soleil).

19/ Je n’aime pas la rando: quel est le moyen le plus simple pour accéder au sommet du Mont Fuji ?

A moins de se faire déposer en hélico, le moyen le plus simple est de prendre le parcours Yoshida depuis la station N°5… et de marcher jusqu’au sommet.

20/ Comment se rendre au Mont Fuji depuis Tokyo ?

Pour ceux qui souhaitent emprunter le parcours Yoshida, vous pourrez prendre un bus depuis le côté Ouest de Shinjuku Station à Tokyo qui va directement à la station N°5. Les bus partent à 07:45, 08:45, 09:40, 16:50, 17:50, et 19:30. Le bus met environ 2h30 pour s’y rendre. L’aller retour coûte 2600 Yen.

Pour le retour, les bus partent chaque heure depuis la 5ème station entre 10:00 et 15:00. Plus d’infos ici.

Pour ceux qui souhaiteraient y aller en train (plus cher): plus d’infos ici.

21/ Quel moment de la journée est le meilleur pour faire l’ascension du Mont Fuji ?

Vu que tout le monde veux accéder au sommet pour voir le lever du soleil, le moment le plus blinde de monde est durant la nuit, ou vous risquez même d’être coincé dans des bouchons.

22/ A quelle heure partir de la station N°5 pour admirer le lever de soleil au sommet ?

L’idéal serait déjà de passer une heure à la station N°5 pour s’acclimater à l’altitude, puis de partir vers 22h15/22h30 le soir.

Une autre option est de partir durant la journée, admirer le coucher de soleil vers 18h30/19h00, passer la nuit au sommet pour admirer le lever de soleil le matin.

23/ Est-il possible de camper sur le Mont Fuji ?

Non, c’est strictement interdit. Ce serait même très difficile de le faire vu qu’il n’y a pas d’espace aménagé pour.

24/ Y’a t-il des toilettes sur le Mont Fuji ?

Oui, mais ils sont payants: 200 Yen (en pièces de 100).

25/ Où manger et dormir au Mont Fuji ?

Il y a des huttes où vous pourrez vous reposer pour quelques heures mais elles coûtent cher et sont souvent blindées de monde. Il y a au total 44 huttes sur le Mont Fuji, qui peuvent loger jusqu’à 7000 personnes.

26/ Est-il nécessaire de rester dans une hutte lors de l’ascension du Mont Fuji ?

Non, ce n’est pas obligatoire. Si vous décidez de rester dans une hutte, il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance une place mais c’est recommandé vu qu’elles risquent d’être blindée de monde, en particulier durant la saison haute. En semaine, une place coûte 5000 Yen et les repas sont à 1000 Yen.

27/ Combien coûte une place dans une hutte du Mont Fuji ?

5000 Yen, sinon 7000 Yen avec deux repas.

28/ Quel services et infrastructures y’a t-il à la 5ème station ?

Tout ce que vous souhaitez: conbini, toilettes, restaurants, magasins de souvenirs, hutte, koban, bureau de poste…

29/ Quel services et infrastructures y’a t-il au sommet du Mont Fuji ?

Toilettes, magasins de souvenirs, restaurants, il y a même une poste d’où envoyer une carte postale.

30/ Quelle température fait-il au sommet du Mont Fuji ?

Il fait en moyenne autour de 4 et 8°c au sommet mais les températures peuvent être glaciales, en particulier s’il y a du vent. En général il fait 10°c en moins qu’à la 5ème station.

31/ A quelle heure est le lever du soleil en haut du Mont Fuji ?

De juillet à Août, le soleil se lève autour de 4h30 et se couche vers 18h30/19h. Même si vous n’accédez pas au sommet à temps, il est visible depuis tout le parcours Yoshida.

32/ Que faire d’autre après avoir admiré le lever du soleil ?

Il est possible de faire le tour du cratère, cela prend environ 1h15.

33/ Quelques conseils pour l’ascension

  • Il y a un bureau de poste au sommet, entre les station Gotemba et Fujinomiya. A côté vous pourrez aussi acheter un certificat de votre ascension du Mont Fuji.
  • Quelques huttes vendent de l’eau chaude, ramenez vos propres cup noodles, café, thé…
  • Une serviette pourra vous être utile pour éponger la sueur et vous protéger le cou du soleil
  • N’arrivez pas au sommet trop tôt, il y a du vent et il y fait froid.

34/ Quelques conseils pour la descente

  • Prenez des guêtres pour vos chaussures
  • Un bâton de marche pourra aussi vous être utile (ils coûtent 1000 Yen)
  • Gardez suffisamment d’eau pour la descente

35/ Liens utiles

Tags: escalader fuji japon, escalader mont fuji japon, ascension fuji yama, ascension fujisan, ascension fuji yama, rando mont fuji chaussures, randonnée mont fuji, dormir mont fuji, mont fuji visite, mont fuji grimper, rando fujiyama, rando fujisan, escalader mont fujiyama, grimper mont fuji

Comment survivre à l’été au Japon

‘Atsui desu ne !’

Ça y est, c’est enfin septembre. Je crois que c’est la première fois de ma vie que je suis content d’être en septembre d’ailleurs. Faut dire que l’été au Japon, c’est quelque chose: je prenais quatre douches par jour, je me sentais comme une loque et je n’avais aucune volonté pour faire quoi que ce soit à part aller au conbini acheter des glaces et foutre des coups de pieds dans les gokiburis qui traînaient sur les trottoirs ou dans ma chambre vu que je suis obligé de dormir avec les fenêtres ouvertes.

D’ailleurs j’ai rarement aussi mal dormi que durant cet été au Japon, réveillé chaque matin couvert de sueur par ces saleté de cigales qui font un bruit d’enfer. Je crois que je préfère même l’été dans le Sud de l’Australie, au moins on avait pas l’humidité.

Même si septembre s’annonce pluvieux, avec quelques typhons possibles, on peut enfin respirer. On a justement fait un barbecue sous la pluie le 1er septembre, la température passant de 35°c à un confortable 29°c (croyez-moi ça fait toute la différence).

Pour les plus brave qui viendrait au Japon en été (et ceux qui sont bloqué ici) voici quelques conseils et accessoires nécessaires pour survivre :

1/ Les distributeurs de boissons

Le fait d’avoir passé mon premier été au Japon (enfin techniquement le deuxième car j’étais venu en juillet 2006 à Tokyo) m’a fait ouvrir les yeux sur pas mal de trucs, à commencer par… les distributeurs de boissons: au début je me demandais pourquoi il y en avait autant. J’ai enfin la réponse: pour ne pas crever de soif dans la chaleur de l’été. Ce sont de véritables machines de survie.

distributeur japon

Pensez toujours à garder une pièce de 100 Yen dans sa poche (voire même 150 Yen). Vous en aurez besoin en cas de coup dur, pour vous payer une bouteille de thé vert, de pocari sweat ou autre boisson vitaminée. En une journée, au max’ de la température à Osaka, je devais boire environ 3 litres de flotte par jour.

2/ La clim’

Deuxième objet nécessaire à la survie en été au Japon, et pas des moindres, la clim’: elle consomme apparemment beaucoup d’électricité mais tous les bâtiments l’ont, sans quoi c’est la mort assurée. Attention toutefois à ne pas la mettre trop fort sinon vous allez choper la crève.

été japon11

3/ la serviette éponge

Comme les japonais, vous la porterez autour du cou afin d’éponger la sueur. Il y a un style particulier pour la porter, c’est-à dire coincé dans le col du tee-shirt/chemise. Un objet indispensable, vous en trouverez dans n’importe quel hyaku-en shop. Le fait de s’éponger vous aidera aussi à ne pas choper la crève à cause de la clim’ (conseil: gardez une serviette et un tee-shirt de rechange avec vous si vous êtes trempé de sueur et que vous devez entrer dans les shopping mall ou la clim est à fond – il y a tout le temps des toilettes où se changer).

été japon08

4/ Le pocari sweat

Le pocari sweat est une boisson au nom bizarre très utiles pour refaire le plein d’électrolytes qui sont perdus à cause de la transpiration.

pocari sweat japon

Vous le trouverez dans n’importe quel distributeur et conbini, mais il existe aussi en poudre que vous avez juste à mélanger avec de l’eau. Le goût est sucré et c’est facile à boire (perso j’adore). Pour info, le Pocari Sweat a été créé en 1980 et ‘Pocari’ n’a aucune signification.

5/ Profitez de la clim’ gratos

Je vous conseille de squatter les shopping mall et cafés où il y a la clim durant la journée, en particulier au moment où il fait le plus chaud (entre midi et 15h).

6/ les lingettes rafraîchissantes

Vous en trouverez dans tous les conbini, supermarchés, pharmacie… très utile pour se rafraîchir après avoir transpiré comme un porc. Il y a des modèles spécialement pour les mecs, pour le visage ou le corps, avec filtre anti UV, etc…

été japon01

7/ Les éventails

Très utile et on vous en donnera surement plein dans les rues commerçantes, car ils servent à mettre de la pub dessus. Essayez d’en garder un tout le temps sur vous. J’ai remarqué que beaucoup de japonais le portait coincé dans leur ceinture dans le dos. Sinon, vous en trouverez des pliables dans les hyaku-en shop ou même dans des magasins spécialisé pour des modèles un peu plus classes (et plus chers).

éventail japon

8/ Les ventilos

Pour les radins comme moi qui ne veulent pas prendre la clim’, reste la solution du ventilo. Conseil: évitez de vous le mettre en pleine face la nuit lorsque vous dormez pour ne pas attraper d’otite ou de toux. Du moins, je pense que c’est la raison pour laquelle j’ai été malade plusieurs fois cet été, je vois pas ce que ça peut être d’autre.

été japon13

9/ Le pack de glace

C’est un pack en plastique solide contenant un gel bleu que vous mettez au congélo puis que vous mettez sous votre tête la nuit pour vous rafraîchir le crâne. Enfin vous pouvez le mettre où vous voulez (sous les fesses, les jambes, le ventre…). Le mieux est de l’enrouler dans une serviette avant de le mettre sous la tête.

été japon04

10/ Porter des vêtements légers

Concernant l’habillement, le mieux est de porter des vêtements légers, que ce soit yukata ou djimbe (avec un short). C’est léger et confortable, avec des trous pour les aérations au niveau des bras.

J’allais oublier: n’oubliez pas bien sur la crème solaire et de vous couvrir la tête !

Pour finir sur une note positive, l’été au Japon c’est aussi la saison des glaces au macha, des matsuris (festivals), des feux d’artifices et des barbecues. A vous de voir si ça vaut le coup (de soleil) si vous planifiez un voyage au Japon.

Vocabulaire utile (je me suis toujours pas mis au hiragana/katanana…):

  • Natsu : l’été
  • Netsu : chaleur
  • Mushi atsui : humidité
  • Atsui ne ! : Il fait chaud !
  • Shichigatsu : Juillet
  • Hachigatsu : Août
  • Air-kon : climatisation
  • Mizu : de l’eau
  • Gokiburi : cafards
  • Semi : cigales
  • Kyuka : vacances
  • Matsuri : festival d’été
  • Hanabi : feux d’artifice
  • Sempuki : ventilateur
  • Sensu : éventail
  • Suzushi : frais
  • Taiyo : soleil
  • Ase ga deru (demasu) : transpirer

Guide: prendre l’avion pour le Japon

xv

Konbawa !

Pendant que c’est encore frais dans ma tête, je vous écrit ce petit guide pour vous expliquer comment prendre l’avion pour le Japon, pas-à-pas.

J’ai beau avoir pris l’avion des dizaines de fois il m’arrive d’être un peu perdu aussi.

Ce guide s’adresse à ceux qui partent au Japon en visa touriste mais aussi en visa working holiday. Il y a de petites subtilités à connaître.

Pour cela on va prendre l’exemple de mon vol, départ le 20 février à 15:00 de Paris Charles de Gaule et arrivée au Japon le 21 février à 16:30 avec une escale au Qatar.

Note: Pour ceux qui ont l’habitude de prendre l’avion, allez directement à l’étape 16 qui est spécifique pour un vol vers le Japon.

1/ Trouver un billet d’avion pas cher

Pas besoin d’écumer une dizaine de sites, allez sur les comparateurs de vols Kayak.fr et Skyscanner.fr. Plus vous serez flexible pour la date, plus vous aurez de chance de trouver un billet moins cher.

Pour info j’ai acheté mon billet aller-simple 474 € via Kayak.fr qui m’a amené sur Opodo.fr. Le vol le moins cher était avec la compagnie aérienne Qatar Airways.

2/ Se rendre à Paris

Pour les campagnards comme moi, pensez à achetez votre billet de train pour Paris bien à l’avance pour ne pas payer trop cher. Essayez d’arriver à Paris 4 à 5 heures avant l’heure d’embarquement (15:00 dans mon cas) histoire d’avoir de la marge, manger un sandwich, acheter des souvenirs (“omiyage”) pour vos potes japonais. Vous trouverez des magasins de souvenirs au sous-sol de la Gare de Lyon. J’en ai profité pour prendre des cartes postales, petits cendriers, tours Eiffel etc…

Pour les parisiens vous connaissez le chemin, c’est votre territoire.

1

3/ Se rendre à l’aéroport

Le truc que je déteste et qui ne me donne pas envie d’être parisien, le métro. Ça pue, c’est crade et mal entretenu avec des tags partout. Si en plus vous réussissez à vous perdre comme le couillon que je suis c’est la cerise sur le gâteau.

metro
Bientôt un lointain souvenir
4/ L’arrivée à Paris Charles de Gaulle

Sur le papier que vous avez imprimez lors de l’achat de votre billet d’avion sur internet il y a le N° du terminal où vous devez vous rendre.

4

5/ Aller au guichet d’enregistrement

Une fois arrivé au bon terminal, rendez-vous au guichet d’enregistrement de la compagnie que vous aller prendre, dans mon cas Qatar airways. Regardez les écran TV et essayer de repérer le nom de votre compagnie. Allez dans la bonne file, normalement ‘Economic’ si vous êtes pauvre. Les riches direction ‘first class’.

IMG_0652
First Class un jour tu seras mienne

IMG_0660

6/ Faire enregistrer son ou ses bagages et prendre son billet d’avion

Faites la queue, puis quand c’est votre tour posez votre bagage sur le tapis roulant pour qu’il soit pesé, donnez votre passeport à la dame ainsi que votre N° de billet électronique imprimé lors de l’achat de votre billet sur le net. La gentille dame vous donnera alors vos cartes d’embarquement (‘boarding pass en anglais). Dans le doute, demandez lui si il faut récupérer votre bagage lors de l’escale (normalement non) et dans quelle direction se trouve votre porte d’embarquement. Le N° est indiqué sur votre carte d’embarquement mais mieux vaut demander pour aller plus vite.

IMG_0662
J’étais limité à 23Kg
IMG_0665
Mes boarding pass
7/ Aller à la porte d’embarquement (‘Gate’ en anglais)

Vous passerez un premier poste de sécurité. Montrez leur passeport et vos billet et suivez les panneaux vers votre porte d’embarquement.

8/ Passer le poste de contrôle des passeports

Scannez votre carte d’embarquement dans la machine puis présentez juste votre passeport à la personne derrière le guichet. Vous arriverez alors dans la ‘Duty Free Zone’. C’est le moment d’acheter des clopes, du whisky et des souvenirs/tee shirts si vous voulez.

Note: la machine qui scanne votre carte d’embarquement est un truc que je n’avais jamais vu avant. Les procédures sont différentes suivant les aéroports et les pays.

IMG_0674
La machine pour scanner sa borading pass
DSC02947
La duty free zone
9/ Re-aller vers la porte d’embarquement.

Suivez les numéros au plafond.

10/ Passer le contrôle de surêté (‘screening checkpoint en anglais)
IMG_0677
Je hais ce passage là

A ce moment précis j’espère que vous n’avez pas de couteau, objet pointu ou bouteille de liquide auquel vous tenez sur vous car vous devrez le mettre à la poubelle.

Pour gagner du temps et avant qu’on vous le dise, sortez votre PC portable de votre sac à dos, et vérifiez que vous n’avez rien de métallique sur vous (ceinture, montre, pièces de 2 cents…). Placez toutes vos affaires dans les bacs en plastiques et placez les sur le tapis roulant qui passe dans le scanner.

Passez dans le portique/scanner:

Si ça se met à sonner, revenez en arrière, revérifiez que vous n’avez rien dans vos poches et repassez.

Lors de mon passage je n’arrêtais pas de sonner, j’ai donc eu droit à une fouille au corps, bras tendus de chaque côté. Pas de panique, ça arrive souvent. Lorsque le gars passait son détecteur sur mon tibia il se mettait à sonner… bizarre car je n’ai pas de broche ou autre. Peut-être une sonde alien.

Une fois passé dans le portique, récupérer votre sac et vos affaire.

11/ Attendre votre avion dans la salle d’embarquement.

Dernier instants avant l’envol. Allez au chiottes, buvez un café, lisez… bref passez le temps.

DSC02949
Il y avait même des ps3 à disposition
12/ L’embarquement

Au bout d’un moment on préviendra au micro que l’avion est prêt à être embarqué. Faites la queue, montrez votre carte d’embarquement à la personne au guichet qui en gardera une moitié puis allez dans le tunnel qui mène à l’avion.

Montrez votre moitié de carte d’embarquement à l’hôtesse ou Stewart qui attend à l’entrée et il vous indiquera votre siège. Repérez votre siège, rangez votre bazar dans le compartiment au dessus de votre tête, asseyez-vous et voilà ! vous n’avez plus qu’à attendre d’arriver à destination.

DSC02963
C’était bon !
13/ L’escale au Qatar (ou ailleurs) et le changement d’avion.

Une fois arrivé au Qatar (à remplacer par Dubaï  Hong Kong ou autre destination), prenez la navette (‘shuttle bus’ en anglais) qui vous amènera au bon terminal. Normalement vous n’aurez pas à repasser l’immigration, les portiques de sécurité et tout le tralala mais ça dépend des aéroports.

DSC02967
Welcome to Qatar
14/ répéter les étapes 11 et 12
15/ vol final avant le Japon

A ce moment là vous saurez que vous êtes sur le bon chemin car il devrait y avoir plein de japonais dans l’avion avec vous. Dans mon cas tout les sièges n’étaient pas pris donc j’ai demandé à m’installer près du hublot pour voir la vue et avoir assez de place pour dormir. N’hésitez pas à demander de changer de siège si vous voyez qu’il y a de la place.

16/ Remplir les documents d’immigration

Durant le vol les hotesses distribueront deux papiers que vous devrez remplir et remettre lors de votre passage au poste d’immigration au Japon. Vous trouverez ces papiers aussi à l’arrivée (juste avant de passer l’immigration) donc c’est juste une façon de gagner du temps.

Ce sont l’Embarkation/Disembarkation Card for foreigners et la Custom Declaration.

Attention: ces papiers sont en anglais uniquement.

Pour la Embarkation/Disembarkation Card for foreigners on vous demandera:

  • Family Name (nom)
  • Given Name (prénom)
  • Date of birth (date de naissance)
  • Country Name: marquez ‘France’
  • Nationality: votre nationalité, ‘french’
  • Flight N°/Vessel: le numéro de votre vol, dans mon cas QR802 (regardez sur votre carte d’embarquement, là où le numéro de votre siège est écrit).
  • City name: la ville où vous habitez
  • Purpose of visit (but de la visite): cochez la case ‘tourist’
  • Intended adress in Japan: mettez l’adresse de l’hôtel où vous allez rester au Japon, sinon mettez en un au pif que vous aurez trouvé dans le Lonely Planet ou le guide du routard. Pas grave si vous n’avez réservé aucun hotel pour la première nuit.
  • Occupation: votre travail. Là il faudra connaître le nom de votre métier en anglais, sinon baratinez. J’ai marqué ‘bloguer’ sur ma carte.
  • Intended length of stay in Japan: durée de votre voyage au Japon.
  • Signature: signez.

Au dos du papier, cochez ‘non’ à toutes les questions (avez-vous de la drogue, êtes vous un terroriste, etc…).

A la question ‘how much money in cash do you have presently in your possession ?’ indiquez le montant en liquide de ce que vous avez sur vous (1000€, 2000 € etc…). Pas besoin d’être hyper précis.

DSC02973
Embarkation/Disembarkation card for foreigners

Pour le papier ‘Custom Declaraton’:

  • Point of embarkation: mettez le nom de l’endroit où vous avez pris cet avion (dans mon cas ‘Qatar’).
  • Adress in Japan (accomodation): le nom d’un hôtel pris au pif dans un guide ou celui où vous avez réservé
  • Number of dependants: ne mettez rien
  • Les questions “Are you bringing…”  1, 2 et 3>> cochez non à tout.
DSC02974
Customs Declaration

Si jamais vous faites des ratures sur les deux papiers n’hésitez pas à demander au hôtesses d’en avoir un nouveau (‘Can I get another one please ?’).

17/ L’arrivée au Japon

Ça y est, vous posez enfin le pied sur le sol nippon.

N’oubliez pas vos affaires dans l’avion, puis direction l’immigration. Suivez les panneau ‘Foreign Passport’ où vous verrez une file de gens qui attendent.

Juste avant la file il y a des tables ou vous trouverez les papiers dont il est questions dans l’étape précédente. Au cas ou vous n’auriez pas eu le temps de les remplir dans l’avion, faites le ici.

Pour ceux en working holiday visa: montrez votre visa à un employé de l’aéroport qui traîne dans le coin et il vous donnera un papier bleu. Pas vraiment sûr que ça soit absolument nécessaire, mais dans le doute mieux vaut montrer son passeport à un employé de l’aéroport pour qu’il vous mène dans la bonne file.

Avant de vous lancer dans la file d’attente, allez faire un tour au chiotte car ça peut être long. Je dis ça, après vous faites ce que vous voulez mais c’est un bon moyen de profiter pour la première fois des superbe WC japonais.

Premier contact
Premier pipi au Japon

Retournez dans la file d’attente.

18/ Passer l’immigration.

Quand c’est votre tour, enlevez votre casquette/chapeau si vous en avez un et donner votre passeport avec les deux papiers à la personne au guichet.

Vous devrez à un moment posez vos index sur une machine à empreintes et regardez la caméra pour qu’on vous prenne en photo.

Pour ceux en working holiday visa, c’est à ce moment là qu’on vous donnera votre Residence Card. Ils ont une imprimante spéciale qui vous l’imprimera en deux minute. Dans mon cas la machine bugait et j’ai du passer au guichet d’a côté pour avoir ma carte.

19/ Aller récupérer votre bagage/valise.

Repérez sur les panneaux d’affichage le numéro de votre vol ainsi que le numéro de tapis roulant associé. Allez-y pour récupérer votre sac. Soit un employé de l’aéroport l’aura posé dans un coin si vous mettez trop de temps à l’immigration, soit il sera encore sur le tapis roulant et vous n’aurez qu’à l’attendre.

20/ Passer un dernier poste de vérification

Dernière étape avant de sortir de l’aéroport. Soit un policier vous demandera de déballer vos affaires, soit on ne vous demandera rien.

21/ Achetez un téléphone portable pour ceux en working holiday visa ou en louer un pour ceux en visa touriste.

C’est l’endroit le plus simple pour obtenir un téléphone car le staff parle anglais. A l’aéroport d’Osaka il y a un magasin Softbank juste après le dernier poste de vérification, impossible à louper (il doit aussi y en avoir un à l’aéroport de Narita). Sinon il est possible d’en obtenir un plus tard mais là c’est la solution la plus simple.

Pour ceux en visa touriste si vous souhaitez louer un téléphone c’est aussi là qu’il faut aller, il y a plusieurs magasins de location.

DSC02983
Après 17 heures de vol, enfin

YOKOSO ! (Bienvenue !)

Si vous avez besoin de cartes ou d’infos allez au poste d’information, puis vous n’avez plus qu’à prendre le train pour aller à votre hôtel.

Voyager au Japon avec un petit budget, comment faire ?

Dans cet article on va s’intéresser au coût d’un voyage au Japon avec un petit budget. Car oui, il est possible d’aller au Japon sans avoir à dépenser trop d’argent. Par contre, plus votre budget sera large et plus vous pourrez en profiter: plus de visites, de sorties dans les bars/boites et autres activités (merci captain obvious).

yen bank notes, currency from japan
1 € = 122 yen (janvier 2013)

Pour ce qui est du logement, de la nourriture et des transports il est possible de s’en sortir pour pas trop cher à condition de ne pas être trop difficile (nuits en dortoirs et nourritures de supermarchés/fast-food). Notez aussi que si vous voyagez à deux, vous ferez des économies sur les nuits d’hotels car vous pourrez partager une chambre et ainsi avoir plus de confort. Cela-dit, la plupart des auberges au Japon de type “backpacker hostel” avec dortoirs sont très confortables et bien aménagées.

Voyons les coûts d’un voyage au Japon étape par étape:

1 – BILLET D’AVION

Certainement votre plus grosse dépense pour ce voyage, l’achat d’un billet d’avion. Pas de solution miracle, à moins d’y aller en stop, votre meilleure option sera d’acheter votre billets plusieurs mois à l’avance. Pour infos j’ai acheté un aller simple Paris-Osaka un mois pile avant mon départ, pour 474 € via Opodo.fr, billet que j’ai trouvé sur le site Kayak.fr qui est un comparateur de vols très pratique.

Je vous recommande donc de faire vos recherche de billet via ce site, mais aussi via Skyscanner.fr, un autre comparateur de vols.

Notez que plus vous êtes flexible sur la date, plus vous aurez de chance de trouver un vol moins cher.

Si vous n’habitez pas Paris, pensez aussi à réserver votre billet de TGV pour l’aéroport de Paris Charles-de-Gaulle dès que vous avez votre date de départ afin de l’acheter à bon prix. Si vous le prenez au dernier moment vous allez raquer !

2 – HOTEL

Pour trouver un hôtel pas cher, vous devrez fouiner sur deux sites très pratiques:

Hostelworld.fr et Hostelbooker.fr. Rester dans une auberge est un très bon moyen pour rencontrer d’autres voyageurs, ainsi que des japonais. La qualité varie d’un endroit à l’autre mais il n’y a pas vraiment d’endroit craignos ou à éviter absolument au Japon. Le seul problème vient des adresses de certaines auberges qui peuvent être difficiles à situer.

Les prix vont de 14 € en dortoir de huit personnes dans un backpacker hostel à Kyoto, à 30-35 € pour une chambre simple toujours en auberge/backpacker hostel.

Mieux vaut réserver à l’avance, en particulier si vous débarquez durant la Golden Week, le Nouvel An ou Obon.

Pour ce qui est des Ryokan, ils coûtent bien plus chers que les auberges dortoirs mais ça fait partie aussi de “l’expérience Japon”: vous trouverez des adresses de Ryokan pas excessivement chers à cette adresse.

Pour ceux qui voyagent en solo et qui veulent rencontrer du monde (et dormir à l’oeil), reste la solution du couchsurfing, qui est un site web mettant en relation des personnes qui proposent un hébergement pour la nuit sur un sofa, un lit ou autre, et des voyageurs cherchant un endroit où dormir. Même si c’est un service gratuit, mieux vaut apporter de la bonne humeur et pourquoi pas payer un coup à boire à la personne qui vous héberge.

3 – TRANSPORT

Pour un séjour de quelques semaine au Japon, en particulier si c’est votre première fois là-bas et que vous voulez visiter un maximum d’endroits, une bonne solution est de prendre un Japan Rail Pass. C’est un forfait qui permet d’utiliser les moyens de transport de la compagnie JR de façon illimité pour une, deux ou trois semaines. Il existe aussi certains pass régionaux, si jamais vous ne voulez pas voir tout le Japon en une seule fois ils peuvent s’avérer économiques. Voilà les tarifs pour le JR Pass (plus d’infos ici) consultez aussi ce site.

  • 1 semaine: 218 €
  • 2 semaines: 351 €
  • 3 semaines: 449 €

Malgré tout, il n’est pas indispensable non plus de partir au Japon avec un JR pass, vous pouvez très bien vous débrouillez avec les bus longues distances low-cost, qui prennent plus de temps que le Shinkansen mais sont tout aussi confortables.

Concernant les transport en ville, certaines auberges louent des vélo, parfois gratuitement. Pensez à vérifier si elles proposent cela au moment de réserver car c’est un bon moyen d’explorer les villes japonaises sans se ruiner en ticket de métro.

(Plus d’infos sur les transports au Japon ici)

4 – NOURRITURE ET BOISSONS

Malgré le fait qu’il soit possible de manger pour vraiment pas cher au Japon, consacrez une partie de votre budget à la nourriture, car c’est une sacré expérience et vous serez tenté de goûter à de nombreux plats. L’idéal étant de connaitre des japonais qui puissent vous emmener dans des restaurants et izakaya sympas et pas trop chers…

Pour ne pas trop dépenser d’argent, la solution la plus simple est de faire vos courses au supermarché: demandez à la réception de votre auberge où trouver des endroits pas chers où manger, ils vous diront où aller. Vous pourrez acheter en supermarché des pack de sushis qui vous feront un repas (autour de 300 yen) ou sinon il est possible de cuisiner vous même dans la cuisine de l’auberge. Notez aussi que vers 20h certains supermarchés proposent des produits à -50%.

Autre solution: les fast-food genre “Yoshinoya”, qui proposent des plats genre riz+curry pour pas cher, avec une soupe miso. Il y a d’autres types de fast-food typiquement japonais que vous pourrez tester, genre Mos-Burger.

Enfin, reste les conbini (7eleven, Family Mart, Lawson) où vous trouverez des onigiri à 100 Yen, un genre de boulette de riz renfermant du thon ou du poulet et entourée d’algue sechée (très bon !). Les conbini vendent aussi sandwichs et hot dog mais je ne les ai jamais testé… et les onigiri c’est tellement bon que je pourrais en manger à tous les repas.

Si vous partez l’été, vous serez fortement tenté d’acheter des boissons dans les (très) nombreux distributeurs que l’on trouve partout. Le plus économique est donc d’avoir une grosse bouteille d’eau avec vous que vous remplirez au robinet dans votre auberge.

5 – SORTIES/VISITES

Alors là c’est ce qui va exploser le plus votre budget voyage, surtout si vous aimez sortir et faire la fête. L’alcool coûte cher, donc profitez des happy hour dans les bars où allez vous acheter de l’alcool dans les conbini plutôt.

Concernant les visites, sachez qu’il y a quand même pas mal de choses à voir gratuitement au Japon et que même le fait de se balader dans les rues de Tokyo ou Kyoto constitue une bonne expérience, comme visiter les parcs et temples et se perdre dans les grands magasins pour voir le look parfois surprenant des japonais.

Planifiez exactement les choses que vous voulez faire/voir absolument et mettez-vous d’accord avec votre compagnon de voyage si vous partez à deux sur le budget que vous avez chacun et les choses que vous voulez absolument faire ou voir.

6 – SHOPPING

Pour ramener des souvenirs pas cher direction les Hyaku Hen Shop (ou 100 yen shop). Vous y trouverez tout un tas de babioles pas chères à ramener à Tati Brigitte.

Je vous déconseille par contre tout ce qui est électronique, vous trouverez des prix bien plus avantageux si vous allez à Hong Kong plutôt. Il n’y a pas une si grande différence avec la France et la garantie ne marchera pas en dehors du Japon (sans compter qu’il vous faudra acheter un adaptateur spécial pour la prise). Si vous êtes vraiment déterminer à acheter du matériel électronique au Japon, renseignez-vous bien avant sur les meilleurs prix en France et où l’acheter au Japon.

7 – DERNIER CONSEILS

OUI il est possible de visiter le Japon sans être riche !

Toutefois cela vous demandera plus de préparation et il faudra faire quelques sacrifices. Au minimum, il vous faudra donc un budget grosso-modo de 50 € par jours à condition de dormir en dortoir, manger au supermarché ou dans les conbini et de ne pas trop dépenser en sortie/alcool.

Plus vous planifierez à l’avance, le moins vous dépenserez. Sachez exactement ce que vous voulez voir avant de partir. Pensez à acheter un guide de voyage genre Lonely Planet qui vous sera d’une grande aide pour préparez votre trip au Japon (ou piquez le à un ami et faites des photocopies).

J’allais oublier la solution ultime pour aller au Japon sans dépenser un rond: le WOOFING, qui vous permet de travailler dans des fermes d’agriculture biologique en échange du gîte et du couvert. Ok, c’est à la campagne mais vous n’aurez rien à dépenser et vous serez dans une famille japonaise et rencontrerez d’autres voyageurs ! Le Site HelpX propose aussi la même chose.

Enfin, si vous vous focalisez sur un endroit en particulier et faites peu de déplacement vous dépenserez beaucoup moins (par exemple si vous ne visitez que le Kansai durant votre séjour).

Tags: voyage Japon petit budget, budget voyage Japon, quel budget pour partir Japon, budget pour partir au Japon, argent voyage Japon, combien argent japon, combien emmener japon, combien coute voyage japon, combien prévoir argent japon,