Étiquette : travailler au Japon

trouver un emploi au japon

Article invité: Comment j’ai fait pour trouver mon premier emploi au japon

trouver un emploi au japon

Voici un article proposé par Fred expatrié depuis 2007 et auteur du site : apprendrelejaponais, il nous raconte comment il a trouvé son premier emploi au japon:

Beaucoup d’étrangers qui viennent étudier le japonais au japon rêvent de pouvoir rester au japon et d’approfondir leur apprentissage de la langue.

Mais le hic c’est que trouver un emploi et décrocher un visa de travail est souvent une tache très difficile et nécessite beaucoup de persévérance.

En effet, les jeunes francophones sortant de leurs études ou ceux qui viennent en PVT, n’ont parfois aucune idée de comment trouver du travail au japon.

Sans m’attarder sur la préparation nécessaire avant toute recherche de travail et cela quelque soit le pays. C’est à dire avoir au moins un C.V rédigé en japonais et préparé ces les réponses aux questions que les recruteurs pourraient vous poser.

Pour trouver du travail au japon, il existe plusieurs moyens, je vais vous dire ce qui a marché et ce qui n’a pas marché pour moi.

Ce qui n’a pas vraiment marché

Les magazines d’offres d’emploi

Les magazines d’offre d’emploi tels que Townwork, DOMO, Aidem, Type etc… ne m’ont pas permis de décrocher des entretiens.
Pourquoi ? Pour 2 raisons :

  • Il faut savoir que ce genre de magazines est souvent destiné aux japonais. Et malheureusement la plupart des postes le sont aussi.
  • A moins d’avoir un bon niveau de japonais, il est parfois difficile de décrypter une offre d’emploi pour un étranger lambda. Et lorsque je passait un coup de fil pour le poste je me faisais griller tout de suite.
Les sites 100% japonais

Il faut savoir que sur internet il y a de nombreux sites qui permettent de chercher un emploi et il y a 3 catégories les sites pro-japonais, les sites pro-étrangers et les sites mixtes.

Voici les exemple de sites qui sont plutôt fait pour les japonais ou j’ai eu peu de retour :

http://www.find-job.net/
http://www.hatarako.net/

Les sites 100% étrangers

Cela peut vous paraître étrange, mais la concurrence est assez rude sur les sites fait pour les étrangers. Sur ces sites, ce sont souvent de grandes compagnies internationales qui demandent de bonnes qualifications.

Par manque de qualifications je me faisais recalé à chaque fois.

Voici les exemples de sites qui n’ont pas marché pour moi :

https://jobs.gaijinpot.com/
https://www.careercross.com/en/

Ce qui a marché

Les sites mixtes et moteurs de recherches d’offre d’emploi

Il existe des sites ou les entreprises japonaises recherchent des talents étrangers.

Comme le site :

http://doda.jp/

Ou les moteurs de recherches comme :

http://jp.indeed.com/

Avec ce genre de site j’ai réussi à obtenir des entretiens.

Le Hellowork

Peu de gens en parlent, mais le Hellowork m’a permis d’obtenir mon premier travail au japon.

Le Hellowork c’est une institution publique qui propose des emplois pour les japonais mais aussi les étrangers.

L’avantage de cette institution c’est que des japonais vous aident à trouver du travail en passant un coup de fil directement aux entreprises recruteuses. Ce qui est vraiment pratique pour ceux qui ne parlent pas bien japonais.

Je vous conseille vivement le Hellowork pour trouver votre premier travail au japon.

Mes quelques conseils pour chercher un emploi au japon

  • Être motivé et ne abandonner en cas de nombreux échecs.
  • Apprendre le japonais : c’est une langue difficile mais le fait de parler un peu vous aidera grandement.
  • Apprendre les coutumes du japon : il faut mieux se fondre dans le moule si on ne veut pas se faire recaler.
  • Préparer vos C.V et vos entretiens.

Pour plus d’infos sur le parcours de Fred visitez son site : apprendrelejaponais.

vivre au Japon

Vivre au Japon: comment faire ?

vivre au Japon

Vous rêvez d’aller vivre au Japon pour quelques semaines, quelques mois voire plusieurs années, mais vous ne savez pas comment vous y prendre… ça tombe bien, ce guide est fait pour vous.

Tout d’abord on ne peut pas débarquer au Japon les mains dans les poches. Pour commencer, il vous faudra un passeport, un billet d’avion pour vous y rendre et un billet pour en repartir (pas obligatoire cependant). Vous ne pourrez donc pas rester sur le territoire japonais indéfiniment.

Si vous venez pour la première fois au Japon, on collera dans votre passeport un autocollant qui vous indiquera jusqu’à quand vous pouvez rester sur le territoire. Il s’agit d’une autorisation de rester sur le territoire japonais (mais tout le monde appelle ça un visa touriste), qui vous permet de rester trois mois au Japon, plus précisément 90 jours.  Vous devrez donc partir avant la date limite indiquée sur cet autocollant.

Vivre au Japon visa Ce visa ne vous permet PAS de travailler au Japon, cela dit vous pouvez en profiter pour voyager, visiter et si c’est votre objectif chercher des opportunités de boulots, ou voir si vous êtes capable de vous adapter à la vie au Japon. Donc si vous voulez absolument vivre au Japon, je vous recommande de venir passer trois mois en visa touriste. Vous verrez si ça vous plait autant que vous l’avez rêvé.

Autres points importants qui vous aideront à pouvoir rester au Japon: vos compétences en langue japonaise, vos diplômes et enfin vos compétences. Vous êtes doués en pâtisserie ? boulangerie ? menuiserie ? ou vous avez un autre savoir-faire bien français ? ça pourra jouer en votre faveur.

Quelles sont donc les autres solutions pour rester plus longtemps au Japon ?

Il existe une vingtaine de visa pour vous aider à rester au Japon. Voici les solutions les plus courantes:

1 – Quitter le Japon quelques jours (en Corée du Sud, à Taiwan…) puis revenir pour faire un second visa touriste

Certains gaijin font ça: ils prennent un billet d’avion vers la Corée ou Taiwan, y passent quelques jours puis reviennent au Japon. On leur redonne un second visa touriste à l’arrivée, et c’est reparti pour plusieurs mois au Japon.

Attention, vous ne pouvez pas faire ça indéfiniment sinon l’immigration verra votre manège et vous serez interdit de territoire. A faire en cas d’urgence donc.

Autre solution: faire rallonger la durée de son visa touriste au bureau de l’immigration le plus proche. Apparemment il faut une raison valable pour pouvoir faire, donc à essayer…

2 – Faire un working holiday visa

La solution la plus simple pour voyager et vivre au Japon pendant un an. Vous pourrez chercher du travail légalement, voyager ou bon vous semble, et pourquoi pas profiter de cette année pour trouver un taf qui vous permettra d’obtenir un visa de travail ou vous marier.

3 – Faire des études au Japon

Une bonne option pour rester au Japon. Vous pourrez bosser à côté mais les cours peuvent vous bouffer pas mal de temps.




4 – Travailler pour une boîte japonaise

Si vous réussissez à obtenir un visa de travail, bingo ! Le visa de travail est valable quatre ans mais vous devrez bosser au minimum un an pour la boîte qui vous a embauché.

5 – Se faire envoyer au Japon par sa boîte française

Pareil, il faut avoir du bol et un certain niveau de compétences. Ce n’est pas la solution la plus facile si vous voulez vivre au Japon je dirais.

6 – Monter un business au Japon

Il faudra avoir une grosse somme d’argent à débourser, mais si vous avez les moyens de monter une crêperie à Osaka…

7 – Le visa culturel

Aussi appelé ‘Visa Activité Culturelles’. Il permet de rester un an au Japon à condition ‘d’étudier’ (quelques heures par semaine) le karaté, l’aïkido, la calligraphie japonaise, l’ikebana (l’art floral)… bref n’importe quel savoir-faire japonais. Pas mal de gaijin que je connais l’utilise pour rester au Japon.

8 – Se marier

La solution ultime à condition d’être désespéré ou d’avoir trouvé l’âme sœur au Japon, se marier. Réfléchissez bien avant de sauter le pas car les différences culturelles avec les japonais peuvent être importantes (voir ici) .

Voilà, j’espère que ces quelques idées vous donneront des pistes pour réaliser vos projets de voyages ou de séjours à long terme au Japon.

Pour plus de détails sur les visa, allez sur le site de l’ambassade du Japon en France. Il y a tous les détails et les listes de papiers à fournir pour obtenir un de ces différents visa. Merci de laisser un commentaire si vous avez des conseils ou s’il y a des points à ajouter/modifier.

Si vraiment vous êtes désespéré de vivre au Japon, vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec un avocat qui parle anglais au Japon et qui pourra vous aider dans vos démarches (un pote à moi à commencé à le faire d’ailleurs). Vous trouverez des adresses d’avocats dans les magazines pour gaijin genre Kansai Scene.

Travailler au Japon français

Travailler au Japon sans parler japonais: que faire comme boulot ?

Voici quelques idées de boulots qui ne nécessite pas forcément de parler couramment japonais, mais vous devrez au moins connaître quelques mots ou phrases basiques, ou alors parler en anglais. Si vous pensez trouver du taf au Japon si vous ne parlez ni l’un ni l’autre (à un niveau basique!) alors bonne chance pour survivre ici !

1 – Serveur dans un restaurant

Vous devrez accueillir les clients en japonais (irashaimaseee !) et connaître au moins quelques mots de japonais ou les apprendre sur place. La paye est pas terrible et à moins de bosser dans un super restau ne vous attendez pas à recevoir un pourboire.

Ça reste la solution la plus simple pour trouver du taf car il y a beaucoup de restaurants français, italien, etc… qui cherchent des gaijins car ça fait plus présentable.

2 – Barman

Légalement c’est interdit de bosser dans les bars avec un working holiday visa mais… regardez, un ramen !!!

Il vous faudra maîtriser l’anglais et vous pourrez parfois être formé sur place. Horaires merdiques mais vous pourrez boire à l’oeil et rencontrer du monde.

3 – Prof de français/tuteur

Vous devrez au moins connaître quelques bases de japonais et d’anglais. Si vous suivez les conseils que j’ai mis sur Japanoob.fr (cliquez-ici) vous gagnerez du temps pour vous organiser, et préparer vos leçons. Espérez toucher entre 2500 et 3000 yen de l’heure auquel il faut déduire le coût du transport et de la boisson si vous donnez un cours dans un café.

4 – Bosser dans les stations de ski

Énormément d’australiens viennent au Japon pour y faire du ski, surtout vers Niseko à Hokkaido. Vous devrez parlez anglais et c’est seulement pour la saison de décembre à mars, mais ils embauchent pas mal de monde. J’ai rencontré un couple de français qui a bossé dans les stations de ski donc pourquoi ne pas tenter votre chance !

5 – Distribuer des flyers

Vous devrez distribuer des flyers dans la rue pour des écoles de langues, restau, etc… j’ai rencontré une canadienne qui le faisait, payé 1000 Yen de l’heure. Pas vraiment besoin de savoir parler japonais pour faire ça. On trouve parfois des annonces pour ce genre de boulot dans les magasines de gaijin ou sur le net.

6 – Testeur de jeux vidéos

Testeur est un bien grand mot… vous devrez jouer toute la journée pour trouver des bugs dans les jeux. Au moins vous pourrez tester les dernières nouveautés !

7 – Mannequin

Si vous êtes beau/belle gosse, pourquoi ne pas essayer d’être mannequin ? pas besoin de ressembler à Brad Pitt non plus. Malheureusement je ne connais pas d’agences à Osaka mais en fouinant bien vous pourrez en trouver vers Tokyo.

8 – Bosser dans un hôtel

Les hôtels backpacker (auberges de jeunesses) emploient souvent des gaijins pour bosser à la réception ou faire le ménage, en échange d’un salaire ou alors de nuits gratuites. J’en ai déjà rencontré plusieurs qui faisaient ça.

9 – Le Woofing

Ok vous n’êtes pas payé mais au moins vous avez un toit et à manger… plutôt pas mal non ?

10 – Et tout le reste

Là il faudra déjà connaître du monde sur place et avoir un réseau de connaissances qui pourront vous pistonner pour du boulot: construction, peinture, déménagement…

Si vous jouez d’un instrument n’espérez pas faire fortune ici car les japonais ne lâchent pas facilement de l’argent pour les troubadours du dimanche !

Enfin il y a tout ce qui est business d’import-export, revente de produits d’occaz en France… à vous de faire votre propre business.

Voilà, ce sont quelques pistes qui pourront vous aider à trouver du boulot au Japon j’espère. Merci de laisser un commentaire si vous avez d’autres idées de boulots ou pour partager votre expérience du travail au Japon !

job français japon

Travailler au Japon: mes conseils pour trouver du boulot

A moins d’avoir déjà un travail qui vous attend à l’arrivée, en particulier si vous avez une compétence dans un domaine précis (genre boulanger, pâtissier, etc…) vous devrez chercher un emploi vous-même en arrivant au Japon.

Je vous rassure, contrairement à l’Australie ou tout le monde se barre en working holiday visa, je n’ai jamais rencontré de voyageurs qui soit en grosse galère de boulot au Japon. Par contre, les salaires minimum sont très bas ici (environ 800-900 Yen). Les méthodes qui s’appliquent en France pour chercher du boulot marchent ici aussi.

Bref rien d’exclusif ici, juste un rappel pour y voir plus clair avant de venir au Japon:

1 – Sur internet

Il y a plusieurs sites web qui peuvent vous aider à trouver du travail au Japon, vous en trouverez plusieurs dans la section liens utiles de Japanoob.

Essayez également ceux-ci:

Si vous devez mettre une annonce en ligne pour un taf de prof, faites très attention à la présentation: parlez de vos passions (voyages, ciné…), soyez précis sur vos heures de disponibilités et possibilités de déplacements.

2 – Le bouche à oreille / les contacts

Vous connaissez le pote à un pote qui a un ami qui recherche quelqu’un pour bosser dans son restau ? très bien ! Le bouche à oreille fonctionne bien ici (ça a marché pour moi). L’idéal est de fréquenter les soirées où vous pourrez rencontrer d’autres français et vous faire des contacts.

Plus vous connaîtrez de monde et plus vous aurez de chance de trouver un emploi. Donc, ne snobez pas les français et faites vous des cartes de visites !

3 – Aller poser des CV directement

Dans les restau ou les écoles de langue par exemple, ça peut être un bon moyen de trouver du taf. Faites un CV en anglais et en français.

4 – Dans les magazines

Si vous êtes à Osaka, regardez dans le Kansai Scene (vous pourrez aussi le lire en ligne). Vous le trouverez dans les hôtels/auberges pour gaijin.

D’autres idées ? Des précisions ? Laissez un commentaire.

Quelques conseils
  • Faites attention à votre apparence. Achetez un costard si vous n’en avez pas un, et n’allez pas à un entretien d’embauche avec une coupe de cheveu de hippie.
  • Faites des cartes de visite avec nom, adresse email et numéro de téléphone. Tout le monde a des cartes ici.
  • Les diplômes universitaires: ça peut faire la différence si vous voulez avoir un boulot de prof, car ils veulent en général des bacs +3/+4.
  • Étendez vos recherches ailleurs qu’à prof de français/serveur dans un restau. Il y a plein de boîtes qui recherchent des gaijin pour autre chose que ces métiers là. Pourquoi ne pas être mannequin ? distribuer des flyers ? devenir barman ?
Travailler au Japon: mon expérience

Pour ceux qui ont lu tous mes bilans de working holiday mois après mois vous avez déjà la réponse, pour les autres, j’ai été d’abord serveur dans un restaurant français puis prof de français privé, et enfin prof de français dans deux écoles de français (à temps partiel).

Mon premier boulot, je l’ai trouvé dans la rue deux jours après être arrivé en voyant une affiche qui disait ‘recherche personnel français’ (voir photo au dessus). J’y suis resté trois mois car le patron m’a saoulé et le taf était mal payé. Puis j’ai commencé à donner des cours privés de français. J’ai trouvé la majeure partie de mes étudiants via le site ‘enjoy lesson’, puis j’ai été contacté par les directeurs de deux écoles qui avaient besoin de quelqu’un pour enseigner le français et qui ont trouvé mon adresse email  via enjoy lesson. Voilà comment j’ai fini par bosser dans des écoles de langue.

Entre temps, j’ai aussi aidé à un déménagement (très bien payé) et j’ai eu d’autres idées de boulots que des potes m’ont proposé mais que je n’ai pas fait.

Bref, je dirais que si vous êtes flexible, connaissez les bonnes personnes et avec un poil de chance, vous trouverez du boulot au Japon sans problème.

Merci de laisser un commentaire pour partager votre expérience de recherche de travail au Japon.

Enseigner le français au Japon: comment organiser et préparer ses cours

On va rentrer dans le vif du sujet, c’est-à-dire comment organiser, préparer et surtout de quoi parler pendant ses cours privés de français au Japon (attention, ne vous attendez pas à trouver ici des cours tout préparé hein ! faudra bosser de votre côté !).

D’abord je vous invite à lire les articles suivants:

  1. Où trouver des élèves ?
  2. Quel matériel utiliser ?
  3. Les erreurs à ne pas faire (partie 1 / partie 2)
  4. Le premier cours (le cours d’essai)
  5. la F.A.Q.

Vous avez déjà trouvé un(e) japonais(e) qui souhaite apprendre le français, vous avez fait un premier cours avec lui/elle qui s’est bien passé et vous vous retrouvez pour votre premier ‘vrai’ cours, celui qui devrait vous rapporter de quoi manger ou sortir prendre un verre.

Voyons d’abord comment doit se décomposer la leçon:

enseigner le français au Japon

 

discussion et correction des devoirs (15 minutes):

Commencez d’abord par dire bonjour à votre étudiant, demander comment ça va, ce qu’il/elle à fait pendant la semaine.

S’il ne sait pas utiliser les verbes au passé, demandez lui simplement ce qu’il/elle fait aujourd’hui et cette semaine qui vient (‘Ce soir je vais voir des amis’, ‘demain je vais au restaurant’ etc…).

Ensuite, demandez lui si il y a des devoirs à corriger. Je pense que c’est important de donner des devoirs, car ainsi l’étudiant repars avec quelque chose à faire et il repensera à vous dans la semaine… et ainsi à réserver un cours avec vous.

Concernant les devoirs à faire à la maison, un ou deux exercices devraient faire l’affaire. Vous pouvez aussi demander à votre élève de faire un journal où il raconte ce qu’il a fait dans la semaine, puis vous le corrigez ensemble.

Ça devrait vous prendre normalement quinze minutes au total (ayez une montre sur vous !).

Pensez également à lui demander quel jour c’est pour s’entraîner aux jours de la semaine/mois, et notez la date sur la feuille de note que vous lui remettrez à la fin du cours.

La leçon de français (15 minutes):

Si vous avez un livre de cours de français (je recommande celui-ci) alors vous n’aurez aucun mal à préparer vos cours puisque vous n’aurez qu’à suivre les leçons du bouquin.

Si vous n’avez pas de livre, voici quelques exemples de leçons pour débuter:

  • Se présenter, la politesse (je m’appelle, j’habite à…)
  • Poser des questions à quelqu’un
  • Dire ce qu’on aime / n’aime pas
  • Parler de soi, ses loisirs
  • Demander son chemin
  • La date et l’heure
  • La négation (ne…pas)
  • Il y a / Il n’y a pas
  • Poser des questions sur quelqu’un: c’est qui ?
  • Je voudrais… + verbes

Il s’agit bien sûr de leçons davantage pour les débutants en français.

Mais que la leçon soit sur un livre ou sur une feuille de cours, pensez bien à lire d’abord puis ensuite à faire lire votre étudiant. Attendez qu’il finisse ses phrases et corrigez sa prononciation.

Exercices et jeux de rôle (25 minutes):

Après la leçon, vous devrez enchaîner avec des exercices qui permettront à votre étudiant de comprendre son fonctionnement: ça peut être:

  • compléter des phrases à trous
  • répondre à des questions
  • associer des phrases entres elles
  • souligner des bonnes réponses dans un texte
  • cocher des bonnes réponses dans une liste
  • remettre des mots dans l’ordre
  • etc…

Puis vous pourrez poursuivre avec un jeu de rôle qui reprend le thème de la leçon:

  • votre élève demande son chemin dans la rue, à Paris
  • il veut commander un café
  • demander le menu au restaurant
  • acheter un billet à la gare
  • prendre rendez-vous avec un ami
  • etc…




Pour les niveaux avancés

Vous pouvez d’abord voir un point de grammaire en particulier, ou aborder un sujet précis et voir le vocabulaire et expressions qui vont avec.

Quelques thèmes de leçons:

  • la météo
  • les vêtements
  • les expressions utiles
  • décrire un paysage
  • décrire quelqu’un
  • les sentiments
  • etc…

Pour les niveaux avancés vous pouvez aussi imprimer un article sur internet, ou prendre un extrait de livre, et le lire ensemble.

Avant tout vous devrez lire l’article chez vous et voir quels sont les mots difficiles et les souligner. Regarder dans un dico ou sur internet si c’est un mot difficile à expliquer.

Pendant le cours, lisez le texte d’abord puis demander lui de lire et corrigez sa prononciation à la fin de chaque paragraphe.

(Ne laissez pas votre étudiant écrire durant la leçon sinon vous perdrez trop de temps. Faites le à sa place.)

Vous pouvez ensuite:

  • lui demander ce qu’il/elle a compris du texte (le reformuler), demander de quoi ça parle
  • démarrer une discussion sur le thème du texte
  • lui demander son opinion sur le sujet
  • … ou ce qu’il ferait à la place des personnages
  • étudier les avantages et inconvénients, côtés positifs et négatifs, pour ou contre
  • faire un jeu de rôle (si c’est possible)
  • demander les différences avec le Japon (si le texte parle de culture française, faites des comparaisons)
Répondre au questions, relire les notes et donner des devoirs (5 minutes avant la fin du cours):

Pour terminer, demandez-lui si il a des questions, relisez les notes que vous aurez pris durant le cours et donnez lui des devoirs pour terminer.

Votre étudiant vous paye, et vous allez rejoindre vos amis à l’izakaya pour dépenser vos Yen durement gagnés !

Des questions ou remarques ? Laissez un commentaire !

Devenir professeur de français au Japon: le premier cours (la leçon d’essai)

 

Dans les articles précédents de la série ‘devenir professeur de français au Japon’ je vous ai expliqué:

  1. Où trouver des élèves
  2. Les erreurs à ne pas faire (partie 1 / partie 2)
  3. Quel matériel utiliser pour les cours.
  4. La F.A.Q.

Aujourd’hui on va voir un point important qui est le cours d’essai.

D’abord, quelques conseils et remarques:
  • Arrangez vous pour ne pas avoir trop de trajet à faire. N’hésitez pas à dire à votre étudiant que ça vous arrange plus à tel ou tel endroit, et demandez lui ce qui lui convient le mieux. Trouvez un arrangement.
  • La plupart des élèves que j’ai eu veulent prendre des cours entre 17h – 20h la semaine.
  • Soyez hyper flexible pour vos horaires !
  • Venez en avance et faites du repérage si vous devez donner un cours dans un endroit que vous ne connaissez pas.
  • Ne rentrez PAS dans le café tant que votre étudiant n’est pas arrivé ! Si jamais il ne se pointe pas vous aurez payé un café pour rien !
  • D’où l’utilité de bien confirmer son RDV ! Un téléphone vous sera utile.
  • Ne soyez pas surpris, la grande majorité des japonais qui veulent apprendre le français sont des filles !
  • Articulez et parlez clairement, pas trop vite.
  • Essayez de détendre l’atmosphère, soyez souriant. Ce sera peut-être la première fois pour votre étudiant qu’il parlera à un étranger donc il sera certainement très nerveux.




Comment s’habiller ?

Idéalement vous devriez mettre une chemise + cravate + pantalon. Je pense que c’est une bonne idée de s’habiller comme ça pour un premier cours car ça montre que vous êtes un prof sérieux. Pour les cours suivants, rien ne vous oblige à vous habiller toujours de cette façon mais il faudra vous habiller un minimum correctement (mettez une chemise). En été, portez une chemise à manche courte ou une chemise légère.

Que vous mettiez une chemise+cravate ou que vous veniez en jean, l’important est de ne pas ressembler à un clodo et d’être propre.

Faut-il faire payer la leçon d’essai ?

Bien sûr que oui ! Il faut au moins que ça vous paye votre déplacement ainsi que la boisson si vous vous donnez RDV dans un café. Certains japonais font la ‘tournée’ des leçons gratuites disponibles…

Pour chaque leçon d’essai, je demande donc 1000 Yen. Les leçons suivantes passent au tarif normal (2500-3000 Yen). N’oubliez pas de le préciser à votre élèves pour ne pas laisser planer de doute. Précisez aussi si vous voulez qu’elle paye pour le transport ou pas.

Où donner son premier cours ?

Dans n’importe quel café, tant que les boissons ne sont pas hors de prix et que c’est assez calme pour pouvoir s’entendre parler. Il y a une chaîne de café que j’aime bien à Osaka et qui s’appelle ‘Cafe Veloce’. Beaucoup de profs donnent des cours privés là-bas d’ailleurs… j’y entend souvent parler anglais ou français. Les boissons ne sont pas chers (à partir de 200 Yen le café ou thé) et c’est calme, c’est pour ça que ça a du succès auprès des profs privés je pense.

Sinon, Starbucks est pas mal quoiqu’un peu cher (mais au moins c’est interdit de fumer à l’intérieur). J’aime bien aussi ‘Doutor’. ‘Chococro’ est pas mal aussi quoiqu’un peu trop sombre. Bref, à vous de voir. A part Starbucks il s’agit d’enseignes que l’on trouve à Osaka mais je pense qu’ils doivent avoir les mêmes chaînes dans le reste du pays.

Déroulement du cours d’essai:

D’abord, prenez le temps de vous installer et de sortir votre matériel de cours. Si vous pouvez, installez-vous côte à côte et non pas face à face: les petites tables de café pour deux n’ont pas assez de place pour mettre vos boissons ainsi que votre matériel de cours… donc installez vous là où il y a de la place !

Ensuite, il faudra vous présenter et demander à votre élève de se présenter. Demander d’abord à votre élève quelle langue utiliser (français, anglais ou japonais) puis présentez vous, ensuite ça sera son tour. La présentation est importante car elle permettra de tester son niveau et de voir quelles sont ses bases en français.

Lorsque vous vous présentez, dites votre âge, quelles langues vous parlez, ce que vous faisiez avant en France, où vous avez voyagé, vos hobby et d’où vous venez en France: pensez à prendre une carte de France avec vous ! Présentez votre région, ses traditions, lieux connus etc…

Ensuite, demandez à votre élève de se présenter: demandez-lui

  • si elle est déjà allé en France
  • quels sont ses occupations, passe-temps etc… (sport ? cinéma ?)
  • depuis quand elle apprend le français (elle a déjà pris des cours privés?) ou pourquoi elle souhaite l’apprendre
  • enfin, son objectif: parler couramment, pouvoir se débrouiller en voyage à Paris, etc…

Durant la présentation il sera important de prendre des notes sur votre élève, que vous mettrez précieusement dans son dossier de cours personnel (une pochette plastique avec ses cours, corrigés à rendre, notes diverses… que vous apporterez à chaque RDV avec lui/elle. On en trouve dans tous les 100 yen shop).

Cette fiche est vraiment importante à faire car elle vous servira à ne pas vous perdre entre vos différents élèves, car au bout d’un moment vous ne saurez plus qui a fait quoi, et qui est qui (il se peut qu’elles aient les même prénoms!).

Pensez à noter:

  • son nom
  • niveau de langue (débutant/intermédiaire/confirmé)
  • la date de votre premier cours
  • son objectif de langue
  • ses hobbies, passions
  • si elle est déjà allé en France
  • Et enfin à la fin de chaque cours suivant ce que vous aurez étudié avec elle durant la leçon, et les points à voir/revoir.

Les présentation devraient vous prendre pas mal de temps… donc vous pourrez passer le reste de l’heure soit en attaquant directement le cours si votre élève est débutant (il faut au moins qu’elle ai appris des mots de français pour se première leçon!).

Si vous ne comprenez ni l’anglais, ni le japonais, attaquez directement par le premier cours du bouquin (je recommande celui-là) qui est ‘se présenter’.

Si vous n’avez pas de livre, apprenez lui:

  • ‘Bonjour, je m’appelle…’ ‘et vous ?’.
  • Je suis français/japonais
  • J’habite à…
  • Je suis professeur de français (ou autre métier).
  • J’aime le cinéma, j’aime le sport etc…

L’essentiel sera de répéter et faire répéter un maximum votre étudiant ! Avancez à son rythme et laissez le/la parler et terminer ses phrases. Ne soyez pas trop chiant avec la prononciation. Et laissez de petits temps de pause pour qu’il puisse assimiler ce que vous venez de dire.

Si votre élève parle déjà bien français, discutez de n’importe quel sujet (voyage, culture…), sinon essayez de faire une leçon que vous jugez à son niveau, ou alors étudiez un article de journal/blog que vous aurez imprimé avant.

Si vous avez des exercices de grammaire sous la main, essayez d’en faire un ou deux.

Surtout, pensez à notez des explications des mots qu’elle ne comprend pas sur une feuille vierge que vous lui donnerez à la fin du cours ! Il ne faut pas que votre étudiant reparte sans rien !

Enfin, cinq minutes avant la fin de la leçon demandez à votre élève:

  • comment ça s’est passé
  • si elle a des questions
  • si vous parlez trop rapidement
  • quels sont les sujets qui l’intéresse pour les prochaines leçons
  • quels jours et heure elle préfère vous voir (certains élèves veulent des cours une fois par semaine ou une fois toute les deux semaines, quand ils ont du temps de libre…)

Prenez RDV pour la prochaine fois (notez ça dans votre téléphone avec une alarme pour ne pas oublier et pas sur un bout de papier que vous risquez de perdre !).

A ce moment là votre élève devrait sortir une enveloppe avec 1000 Yen dedans. Certains payent avant la leçon. Normalement ils mettent l’argent dans une enveloppe blanche, mais ne soyez pas surpris si c’est une enveloppe colorée avec des Hello Kitty ou des personnages Disney… j’ai parfois droit à un petit mot dedans (‘merci pour la leçon’ ou autre). Ça ne signifie pas (forcément) que votre élève essaye de vous draguer, donc ne vous méprenez pas !

Et voilà, vous avez donné votre premier cours de français au Japon !

Il s’agit de ma méthode, rien ne vous oblige à faire pareil. Si vous avez des questions ou conseils laissez un com’, merci !

Donner des cours de français au Japon: quel matériel utiliser ?

Encore un nouvel article sur le thème ‘donner des cours de français au Japon’. Aujourd’hui, voyons de quel matériel vous aurez besoin pour vos cours.

Notez qu’il s’agit de conseils que j’applique, donc rien ne vous oblige à suivre ce que je dit à la lettre. A vous de vous adapter à vos étudiants, ou enseignez le français de la façon que vous trouvez la plus appropriée.

Merci de laisser un commentaire si vous avez des questions, des conseils ou des idées de matériel ou supports pour les cours.

Avant même de partir au Japon:

Avant même de partir en working holiday visa au Japon, je vous recommande grandement de ramener des supports de cours avec vous de France:

Et le plus important, que je recommande d’acheter en priorité:

  • Vous pourrez aussi l’acheter une fois au Japon sur Amazon.jp ou en librairies (à Tsutaya par exemple, Spirale coûte 2500 Yen).

devenir prof au Japon - matériel à utiliser - Japanoob.fr

J’ai aussi trouvé un autre bouquin d’apprentissage du français: ‘Le nouveau taxi’, mais il est plus cher si vous l’achetez au Japon (3780 Yen contre 15 € sur Amazon.fr) et je trouve les leçons moins bien faites:

faire prof de français au Japon - Japanoob.fr

Ne faites pas les radins et investissez dans un des bouquins mentionné au dessus. Vous le rembourserez en une leçon de toute manière, et croyez-moi ça vous économisera énormément de temps car vous n’aurez pas à vous prendre la tête à préparer les leçons la veille ou à l’arrache juste avant de partir en cours.

En plus, les japonais préfèrent avoir un support de cours à suivre petit à petit. Si vous préparez vos leçons à l’arrache à chaque fois, et si celles-ci n’ont aucun rapports avec la précédente, ça ne risque pas de plaire à votre élève… Je dis ça car j’ai pu le constater et d’autres profs m’en on parlé.

Le livre Spirale est très bien fait car il s’adresse au débutants qui démarrent de zéro. Il est découpé en sept unités de 21 leçons, il y a un tableau des conjugaisons à la fin, une carte de France (pour expliquer à votre étudiant d’où vous venez), un lexique et un précis grammatical.

Chaque leçon est répartie en cinq points, dont chacune peut prendre une heure à faire (exercices inclus). Donc une fois que vous l’aurez, vous n’aurez qu’à faire une photocopie dans un conbini, que vous donnerez à votre étudiant.

Et vu que vous risquez de faire plusieurs fois les même leçons à vos étudiants, vous serez rodé car vous connaîtrez le bouquin par coeur. Après, vous pourrez bien sûr le mettre à votre sauce, rajouter ou zapper des leçons qui vous semblent inutiles.

Concernant ‘Grammaire progressive du français’ il est plus adapté aux hauts niveaux.

Ressources internet:

Vous trouverez des exercices de grammaire et conjugaisons sur les sites suivants:

Bien sûr vous trouverez plein d’autres sites en tapant ‘exercice français grammaire’ dans Google.

Lorsque je donne des cours à des japonais qui ont un niveau avancé, je bosse avec eux sur des articles de blog, sites web ou forum. En général je récupère des articles sur les sites suivants:

Sinon vous pouvez aussi récupérer des discussions sur les forum internet, mais il faudra vérifier qu’il n’y a pas de fautes d’orthographes (forum de voyage, photo, ou autre sujet qui pourrait intéresser votre élève).

Il y a certains sujets à éviter: les relations avec la Corée, Fukushima, la guerre, les sujets glauques… généralement j’essaye de trouver un thème sympa qui intéressera mon élève, et surtout qui le fera parler !

Aussi, avant d’imprimer l’article, je le lis et change certains mots s’ils sont trop difficiles à comprendre.




Le reste du matériel…

Vous n’aurez pas besoin de ramener vos stylos, feuilles, etc… avec vous car vous trouverez absolument TOUT dans les 100 yen shops. En général j’utilise le matériel suivant pour mes leçons, en plus des supports de cours (livres):

  • Un stylo quatre couleurs (un crayon+gomme fait l’affaire aussi)
  • Un surligneur fluo (jaune, orange, on s’en fout)
  • Des post-it
  • Des feuilles format A4 ou plus petit, pour noter la date, le vocabulaire, expressions, points de grammaire, etc… je la donne à mon élève à la fin de la leçon.
  • Des pochettes plastiques dans lesquelles je met les photocopies des leçons, accompagnée d’une ‘fiche élève’ avec le nom de mon élève, son niveau, son objectif en langue française, et son background (ce qu’il aime, ce qu’il déteste). Je note aussi dessus les dates de chaque leçon et le thème de la leçon. J’ai une pochette pour chaque élève, afin d’être organisé.
  • Une montre: essentielle pour regarder l’heure discrètement et voir combien de temps il vous reste avant la fin du cours (ça craint si à chaque fois vous vous retournez pour regarder l’heure sur l’horloge du mur).
  • Si vous avez une tablette tactile, vous pourrez aussi l’utiliser de temps en temps pour montrer des extraits de films ou de séries françaises, ou des photos à décrire par votre élève… Personnellement je n’en ai pas mais je pense que ça peut-être marrant pour votre étudiant.

C’est tout pour le matériel de cours. Je répète, ce sont des conseils que j’applique et rien ne vous oblige à suivre ma méthode. Laissez des com’ si vous avez des conseils ou questions.

Liens

Tags: donner des cours de français au Japon, faire prof au Japon, enseigner le français au Japon, professeur de français au Japon, prof de français au Japon, job pour français au Japon, devenir prof de français au Japon, devenir professeur de français au Japon, travailler au Japon,

Enseigner le français au Japon: où trouver des élèves ?

Alors comme ça vous voulez enseigner le français au Japon, mais comment trouver des étudiants ? Il y a plusieurs solutions à ça: Voici une liste de conseils que j’ai mis en pratique ainsi que d’autres qui je pense vous seront utiles:

1 – Internet

Il y a plusieurs sites où s’inscrire qui vous apporteront pas mal d’étudiants si vous prenez la peine de bien remplir votre profil. Quelques conseils:

  • Il vaut mieux mettre une photo de vous qui vous mette en valeur (trois photos ou plus si vous pouvez). Pas de photos de soirée ou avec d’autres personnes dessus, juste vous.
  • En photo de profil, mettez une photo ou vous êtes en costume ou tailleur pour les filles. Mettez au moins une photo avec chemise et cravate, et ou vous souriez.
  • Je vous conseille aussi de mettre une photo de voyage ou dans un joli endroit, le must étant une photo assis à la terrasse d’un café parisien ou avec la tour Eiffel (il faut vendre du rêve !)
  • Si vous le pouvez, créez un site web du genre blog gratuit ou vous indiquerez vos contacts, mettrez quelques photos, tarif et possibilités de lieux de leçon (cafés ou autre). Vous pourrez aussi noter le nom du site/blog sur une carte de visite.

Pour les sites web où vous inscrire pour trouver des élèves, celui qui fonctionne le mieux pour moi est Enjoy-lesson.com . En plus vous recevez une alerte par SMS lorsqu’un étudiant souhaite vous contacter. C’est donc le premier site sur lequel je recommande de s’inscrire.

Voici une liste d’autres sites où vous inscrire (ils sont tous en anglais/japonais, cliquez sur le nom pour y accéder):

2 – Soirées et fêtes franco-japonaises

Si vous n’avez pas de compte Facebook, il va falloir vous y mettre car c’est sur Facebook que vous trouverez les invitations à des soirée franco-japonaise du genre france-kansai. Attention, je ne dis pas que ça marche à 100% mais vous pourrez peut-être y trouver des étudiants.

Avant toute chose, allez-y bien habillé (costard ou tailleur, ou minimum une chemise avec cravate): on vous remarquera davantage et si on vous demande pourquoi vous êtes venu en costard, dites que vous venez juste de sortir d’un cours privé, et que vous êtes prof de français.

Ensuite, il vous faudra absolument des cartes de visite avec votre nom, téléphone, email et site web/blog si vous avez pensez à en faire un. Indiquez ‘french language private teacher’, une petite tour Eiffel, carte de France ou drapeau français et vous êtes paré.

D’ailleurs quand vous arrivez à ce genre de soirée, soyez direct et dites à la première personne à qui vous parlerez que vous êtes prof privé de français. Croyez-moi ça fera vite le tour de la salle et certaines japonaises seront surement intéressés.




Et oui j’ai bien dit japonaises, car dans ce genre de soirée c’est à chaque fois 3/4 de filles dont beaucoup ne parlent même pas français ou font semblant d’être intéressées par la langue française et viennent pour draguer. Surtout, ne perdez pas votre objectif de vue: vous êtes venu ici pour trouver des étudiants afin de ne pas bouffer autre chose que des cup-ramen durant votre année en working holiday visa, donc ne dites pas que vous avez une copine, ou si on vous pose la question répondez juste ‘peut-être’ en souriant. Et si vous venez en couple soyez discret (pas de bisous/calins devant l’assemblée).

Notez que si vous êtes une fille française les conseils ci-dessus s’appliquent aussi. Certaines japonaises préféreront d’ailleurs avoir une tuteur/prof française plutôt qu’un mec pour moult raisons.

Autre chose: il se peut que dans ce genre de soirée ce soit un nomihodai (c’est-à-dire: boisson à volonté): gardez le contrôle et ne picolez pas comme un trou pour garder les idées claires. Faites comme moi, évitez la bière car vous aurez une haleine de chacal et buvez des vodka tonic à la place. Indétectable.

Pour terminer, sachez que ce genre de soirée est fatiguant mentalement car vous serez l’attraction principale et devrez parler non-stop (mal de gorge assuré): les japonais(es) n’y vont pas pour discuter entre eux mais pour parler avec des frenchy, donc attendez vous à être une cible surtout si les français ‘dispos’ sont en nombre limités.

giphy

De plus, il faudra essayer de discuter avec un maximum de personnes et les questions sont vites répétitives: ‘comment tu t’appelles’ ‘d’ou tu viens en France’ ‘depuis combien de temps tu es au Japon’… et bien sur si on vous demande ce que vous faites à Osaka/Tokyo, dites que vous êtes prof privé de français et dégainez votre carte.

Si vous êtes timide, il va falloir faire un effort et surtout rappelez vous que beaucoup de japonais(es) seront plus timides que vous et n’oseront pas vous aborder. Dans ce genre de soirée, si vous êtes en train de parler à un groupe il y en aura tout le temps un ou une qui gravitera autour en essayant de s’incruster dans la conversation. Soyez cool et allez lui parler en premier. Un simple sourire accompagné d’un ‘Bonjour, vous parlez français ?’ marche à tous les coups (même si l’autre personne ne pige pas un mot de ce que vous dites, c’est juste pour briser la glace).

Enfin, n’allez pas seulement parler qu’aux japonais mais aussi aux autres gaijin (je met gaijin et pas français car il n’y a pas forcément que des français dans les soirée franco-japonaises mais aussi des italiens, belges etc…)

NOTE IMPORTANTE: les japonais ne sont pas les seuls à vouloir apprendre le français, parmi mes étudiants j’ai eu une australienne rencontrée à une soirée France-Kansai et une anglaise qui vient de partir en France pour être au-pair. Donc parlez à tout le monde.

3 – Le bouche à oreille

Troisième solution qui fonctionne plutôt bien pour trouver des élèves japonais: le bouche à oreille/contact. Bien sûr ça voudra dire que vous avez déjà des potes sur place qui pourront vous aider. D’où l’importance de ne pas snober les autres français au Japon (j’en parle aussi ici).

Une technique qui peut être utile: faire un réseau avec un ou d’autres profs: si vous avez un bon pote qui enseigne aussi le français, mettez vous d’accord comme quoi si un de vous tombe malade ou ne peut assurer un cours, il pourra remplacer l’autre (par exemple s’il veut se barrer deux semaine en vacances à Okinawa vous pourrez le remplacer et lui retrouvera ses élèves à son retour).

Aussi, si vous avez des contacts/potes français qui donnent des cours et qui doivent rentrer en France ou quitter le pays car leur visa se termine, ils pourront ainsi vous refiler leurs élèves.

Le bouche à oreille fonctionne également si vous avez des potes japonais qui peuvent vous aider à trouver des élèves. Ces derniers feront plus confiance à un japonais qui servira d’intermédiaire. Si vous avez une copine japonaise, demandez lui de vous aider à rédiger une annonce en japonais sur le web (forum japonais ou autre).

4 – Laisser une annonce

La bonne vieille méthode de l’annonce avec les petites languettes à détacher scotchée sur un tableau d’affichage: pensez à mettre votre prénom, numéro de téléphone, mail, tarif, lieu de cours, et surtout un dessin représentant la France avec de la couleur (drapeau, tour Eiffel etc). Ecrivez les infos en japonais. Essayez les lieux suivants:

  • supermarchés
  • universités
  • boulangeries françaises
  • restaurants français

5 – Distribuer des flyers avec son nom

flyers japon

Pas testé personnellement mais j’ai rencontré un canadien qui distribuait des flyers dans la rue pour donner des cours d’anglais privés.

Comme pour les annonces, pensez à mettre toutes les infos nécessaires ainsi qu’un petit dessin genre manga.

Liens

Si vous avez d’autres astuces pour trouver des élèves, merci de laisser un commentaire.

Tags: enseigner le français au Japon, professeur de français au Japon, prof de français au Japon, job pour français au Japon, devenir prof de français au Japon, donner des cours de français au Japon, devenir professeur de français au Japon, travailler au Japon,

Devenir prof de français au Japon: les erreurs à ne pas faire (partie 1/2)

Premier article de la série « donner des cours privés de français au Japon ». Ça fait un bail que je voulais aborder ce sujet, alors commençons par les erreurs à ne pas faire si vous voulez devenir professeur (ou tuteur) de français au Japon. Il s’agit d’erreurs que j’ai moi-même commise et qui, si vous les évitez, vous permettrons de garder vos étudiants, donner plus de cours et donc gagner plus d’argent:




  1. Venir les mains dans les poches: l’erreur n°1 quand on veut enseigner le français au Japon: ne pas préparer ses cours. A moins que vous n’ayez cours avec un japonais qui a un niveau avancé, il vous faudra absolument préparer vos leçons et exercices pour votre étudiant. Ok, ça prend du temps mais votre cours sera structuré, vous éviterez les blancs dans la conversation et votre étudiant verra que vous êtes un prof sérieux. Très important.
  2. Demander un prix trop faible ou trop élevé: si vous êtes trop cher, vous aurez du mal a trouver des étudiants. Les japonais bossent beaucoup mais ils n’aiment pas foutre de l’argent en l’air non plus. Pareil si vous mettez un prix trop bas: vous paraîtrez « cheap », et les étudiants auront l’impression que vous êtes un prof « bas de gamme ». Le juste prix est entre 2500 et 3000 Yen par leçon, je dirais.
  3. Ne pas prendre en compte le coût du transport et les boissons: à moins que l’étudiant ne viennent dans un café pas loin où vous habitez, vous devrez vous déplacer, et les transports coûtent chers au Japon. D’où l’intérêt d’avoir un vélo, comme j’en parlais dans cet article. Sinon demandez à l’étudiant de vous payer les frais de transport. Vous donnerez probablement un cours dans un café genre Starbucks ou autre, prenez aussi en compte le coût de la boisson. Perso je préfère payer séparément.
  4. Parler trop vite: autre point TRÈS important, évitez de parler trop vite. C’est mon problème principal et je pense que j’ai perdu des étudiants à cause de ça. Heureusement que j’ai commencé à bosser dans une école de langue où les autres prof de français me l’ont fait remarquer. Donc même si vous pensez parler lentement, parlez encore plus lentement !
  5. Ne pas avoir de téléphone ou autre moyen de contact: vous aurez besoin d’un téléphone ou d’internet, déjà pour contacter vos étudiants, mais aussi pour qu’ils puissent vous prévenir si jamais ils vont arriver en retard ou veulent repousser le cours.
  6. Ne pas articuler et bégayer: pensez à bien formuler vos phrases et réfléchissez deux secondes à ce que vous allez dire avant d’ouvrir la bouche afin que votre étudiant vous comprennent bien. Évitez autant que possible les « mots parasites » du genre « alors… », « ça marche », « ça roule », « impeccable », « super », « génial »… Il faut que ce que vous disiez soit le plus clair et net possible, et sinon utilisez des mots que votre étudiant connait déjà.
  7. Répéter sa phrase d’une autre façon: c’est aussi une erreur que je fais souvent, répéter la même phrase de plusieurs manières, ce qui est parfait si vous voulez que l’étudiant soit perdu. Par exemple, si vous dites: « où habitez-vous ? » puis tout de suite après « où est-ce que vous-habitez ? » ou « où vous habitez ? ». Tenez-vous à une seule phrase et évitez de reformuler de 15 façons différentes.
  8. Ne pas laisser parler l’étudiant: évitez de couper l’étudiant lorsqu’il parle. Il vous paye 3000 Yen pour que vous l’écoutiez raconter sa vie en français donc laissez le terminer sa phrase puis corrigez sa prononciation et ses erreurs de grammaire après. Il faut que le temps de parole soit de 50/50.
  9. Donner son Facebook: Si on vous pose la question, dites que vous n’avez pas Facebook ! La majorité des étudiants japonais sont des filles, donc elles n’ont pas besoin de savoir que vous êtes en couple depuis cinq ans ou de voir vos photos de soirées en boite où vous êtes complètement torché avec une japonaise à chaque bras. Si elles vous posent la question (et seulement ‘Si’), dites que vous êtes célibataire, ça les fera rêver et leur donnera envie de vous revoir (je sais, c’est mal gnagnagna).
  10. Devenir trop pote avec votre étudiant: le must pour perdre son gagne-pain, devenir trop ami avec son étudiant, en particulier si c’est une japonaise et qu’elle voit en vous une proie potentielle. Déjà car vous ne connaîtrez plus exactement la limite du pote/prof donc quand vous vous verrez, et elle se demandera si elle doit vous payer ou si c’est juste une sortie entre amis.  Donc évitez d’être trop copain-copain avec votre étudiant(e).
  11. Arriver en retard: soyez à l’heure, prévoyez le temps de transport, si jamais vous allez à votre RDV en vélo vérifiez la météo, donnez vous un peu de marge pour relire votre leçon et soyez sur place 10 minutes avant votre étudiant(e). Bref soyez ponctuel.
  12. S’habiller comme un sac: la présentation est importante pour les japonais et votre étudiante ne voudra pas que les autres japonais la voient à Starbucks en compagnie d’un gaijin mal rasé et habillé en survêt et Kway. Les japonais s’habillent en majorité très clean, donc le minimum est de mettre une chemise. N’hésitez pas à mettre un costard, ça ne vous fera pas remarquer car vu le nombre de salaryman qu’il y a ici vous passerez totalement inaperçu, mais au moins vous aurez l’air d’un prof sérieux (et classe, quand même !).

Deuxième partie ici !

Devenir prof de français au Japon: les erreurs à ne pas faire (partie 2/2)

  1. Avoir mauvaise haleine: rappelez vous monsieur Guichard votre prof de math au collège qui puait de la gueule quand il vous expliquait les équations à 30cm de votre nez: brossez vous les dents. Vous devrez parler face à face à votre étudiant, et il/elle n’aura certainement pas envie de sentir votre haleine de chacal.
  2. Ne pas reconfirmer sa leçon le jour même ou la veille: toujours envoyer un SMS ou mail à votre étudiant pour reconfirmer la leçon du jour, avant de partir de chez vous ! confirmez bien le lieu et l’heure du RDV! Il se peut que votre étudiant vous ai complètement zappé, donc avant d’aller dépenser vos yen pour rien en transport et café soyez sûr que votre étudiant sera présent.
  3. Oublier le prénom de son étudiant: la loose… notez le sur le coin d’une feuille de brouillon.
  4. Dire quand on va partir au Japon: mieux vaut rester vague, dite que vous ne savez pas exactement quand vous quitterez le pays. Certains japonais cherchent un prof qu’ils pourront voir sur le long terme et régulièrement. S’ils savent que vous risquez de partir n’importe quel jour ils chercheront quelqu’un d’autre…
  5. Ne pas noter ses cours dans un agenda/sur un calendrier: TRÈS important, il faut toujours noter la date de votre prochain cours dans un agenda ou le calendrier de votre téléphone au moment même où vous en prenez connaissance, par exemple lorsque l’étudiant vous le dit en face ou qu’il vous confirme la date par email/SMS. Il m’est déjà arrivé d’oublier d’aller à un cours alors que l’étudiant venait de m’envoyer une confirmation par SMS, mais que je n’ai pas noté directement dans mon calendrier… prenez le temps de le faire de suite, même si vous êtes occupé ! Aussi, évitez de noter vos RDV sur des feuilles volantes que vous risquez de perdre !


  6. Se placer près du coin fumeur: normalement dans les cafés il y a des coins séparés pour les fumeurs/non-fumeurs mais attendez-vous à respirer quand même une bonne dose de fumée, donc éloignez vous le plus possible des zones fumeurs. Et si vous fumez et que vous vous en foutez, faites-le pour votre étudiant qui n’apprécie peut-être pas l’odeur du tabac.
  7. Ne pas donner de devoirs: erreur fatale ! il faut donner des devoirs ! deux raisons à ça: déjà pour que l’élève se rappelle de vous entre chaque leçon, et donc se dise « ha tiens je vais lui filer un coup de téléphone pour réserver une prochaine leçon », et enfin pour que vous ayez matière à discuter lors de votre prochain cours. Vous pourrez facilement passer 10 à 15 minutes à corriger un exo de français s’il y a du vocabulaire un peu compliqué ou si certains points n’ont pas été compris.
  8. Ne pas être concentré sur son étudiant: si vous êtes un mec, je sais qu’il y a beaucoup de jolies filles au Japon mais gardez les yeux sur votre étudiant(e). Il/elle va vous payer plutôt bien, vous devez le/la faire se sentir spécial donc ne laissez pas traîner vos yeux ailleurs et concentrez-vous sur ce qu’il/elle a a dire.
  9. Venir avec la gueule de bois ou une grosse crève: si vous ne pouvez pas vous concentrer sur la leçon ou que vous êtes malade comme un chien, mieux vaut annuler le cours et repousser à plus tard. En plus il/elle n’aura certainement pas envie de choper vos microbes. Et évitez de bailler.
  10. Boire du café en début de soirée: encore une erreur fatale si comme moi vous êtes sensible à la caféine. Si vous avez cours après 16h/17h, évitez de boire un café ou un thé. A la place, prenez un muffin, un sandwich ou un chocolat chaud.
  11. Amener de nouvelles choses à la fin du cours: si vous faites une leçon qui a pour thème (au hasard) les animaux, commander au restaurant ou qui a pour sujet l’imparfait ou un point de grammaire en particulier, évitez de vous lancer dans un nouveau sujet cinq minutes avant la fin du cours. Concentrez-vous sur la leçon du jour, et si votre étudiant vous pose une question sur un point différent notez le sur un papier et abordez ça dans une autre leçon.
  12. Ne pas laisser de note: à chaque cours, prenez une feuille blanche ou vous noterez des exemples de phrases, point de grammaire ou vocabulaire sur lesquels l’étudiant à du mal. Ne laissez pas l’étudiant noter les mots lui-même, faites le à sa place car il risque de noter avec des fautes et en plus il/elle mettra quinze ans à écrire. Mieux vaut le faire soi-même pour gagner du temps et se focaliser sur le dialogue. Notez ce qu’il faut et laissez lui la feuille en partant, ça lui fera un support de cours et il sera content de repartir avec quelque chose.