pvt japon assurance

Quelle assurance choisir pour un PVT (working holiday visa) au Japon ?

MAJ: bénéficiez de 5% de réduction sur les assurances PVT avec Chapka Assurance et Japanoob.fr !!!

C’est une indispensable lors de la préparation de votre PVT au Japon: il vous faudra une assurance spéciale Working Holiday Visa avant de partir.

Une assurance est vitale si vous tombez malade ou s’il vous arrive un accident stupide du genre ‘glissade subite dans la douche’. Ça veut dire que vous pourrez être remboursé si vous devez aller chez le médecin ou à l’hôpital, et dans la pire des situation vous pourrez être rapatrié en France sans devoir payer des sommes hallucinantes.

Si vous êtes prêt à partir en Working Holiday Visa et que vous en êtes à l’étape ‘choisir une assurance’, je vous recommande CHAPKA qui propose des prix intéressants pour tous les pays du Working Holiday Visa, dont le Japon. Cliquez sur le lien suivant pour souscrire en ligne (MAJ: 5% de réduction !!!)

Leurs avantages:

  • Souscription en ligne rapide, paiement par carte, pas de formulaire médical à remplir
  • Pas de paperasse ou formulaire à renvoyer par courrier
  • Ils couvrent la plongée et le surf, le Woofing et les activités professionnelles
  • Frais médicaux sont remboursés à 100%
  • Possibilité de prolonger sa couverture santé via leur site internet
  • La responsabilité civile a un plafond de 4.500.000 Euros
  • Vous êtes assuré aussi pendant vos déplacements dans d’autres pays
  • Frais de recherche et de secours sont inclus
  • Prise en charge du retour anticipé de l’assuré
  • Dispos 24h/24 et 7j/7

Ce que Chapka ne couvre pas:

  • le vol des bagages : les bagages sont assurés uniquement lorsqu’ils sont remis au transporteur. Si un assuré se fait voler son sac dans une auberge de jeunesse ils ne peuvent pas intervenir.
  • La casse des objets
  • Les sports aériens (saut en parachute par exemple)

Quelques conseils avant de partir au Japon

  • N’attendez pas la dernière minute pour souscrire une assurance: lisez les conditions générales de vente dans leur totalité, afin d’éviter les surprises si jamais il vous arrive un accident de base-jump ou autre activité folklorique qui n’est pas couverte.
  • Si vous avez des interrogations téléphonez à l’assurance qui vous intéresse et posez leurs les questions qui vous turlupinent pour ne pas être dans le doute et avoir des précisions.
  • Vérifiez quelles activités sont couvertes et que vous êtes susceptible de faire durant votre WHV, et si il faut payer un supplément: surf, plongée (Australie) / saut en parachute ou a l’élastique (Nouvelle-Zélande) / ski, snowboard, trekking (Canada/Japon) etc…
  • Si vous avez une condition médicale particulière antérieure à votre voyage (épilepsie, diabète etc…) vérifiez si l’assurance qui vous intéresse peut vous couvrir, donc mieux vaut commencer vos recherches le plus rapidement possible. Vous trouverez certainement une assurance capable de vous couvrir, mais ça vous prendra un peu plus de temps pour vos recherches.
  • Faites un check-up complet chez le toubib et chez un dentiste afin d’éviter les mauvaises surprises une fois sur place (carries ou autre).
  • Familiarisez-vous avec le processus de remboursement et prévoyez ce que vous devrez faire en cas de problème.
  • Photocopiez tous les documents nécessaires à fournir en cas de problème: numéro d’assistance, carte d’assuré, RIB (pour être remboursé). Prenez les aussi en photos et envoyez-les sur votre boîte mail.
  • Imprimez votre attestation d’assurance et gardez-la avec vous au moment de passer la douane, elle peut vous être demandée pour prouver que vous êtes assuré.
  • Evitez de faire des trucs débiles et dangereux que vous pourriez regretter car vous voulez amuser la galerie, vous êtes bourré ou venez de perdre un pari…
  • Même si beaucoup de backpackers souscrivent à une assurance pour couvrir leurs affaires en cas de perte/vol, c’est certainement le point le moins important: votre Ipod peut être remplacé, mais pas votre santé. Cela dit, prenez un minimum soin de vos affaires avant de venir réclamer un remboursement: ne les laissez pas traîner à la vue de tous (les dortoirs en backpacker hostel sont des lieux où il vaut mieux faire attention, de même que les campervan mal fermés ou garés sur un parking isolé).
  • Faites preuve de bon sens et respectez les consignes si il y a un risque évident, par exemple nager là où la baignade est interdite, ne pas nourrir les crocodiles, etc…

Comment se faire rembourser ?

  • Si vous devez allez voir un médecin ou dentiste, vous devrez avancer les frais puis envoyer les factures à votre assurance (mieux vaut avoir de l’argent de côté au cas-ou).
  • Si vous avez gagné un aller simple pour l’hôpital, vous serez normalement pris en charge immédiatement et vous n’aurez rien à payer.
  • Gardez une copie de tout ce que vous avez payé, les reçus, rapports de police, courriers officiels – tout cela vous aidera à obtenir un remboursement plus rapide. Toutefois, ne soyez pas pressé car même les meilleures compagnies d’assurance peuvent traîner les pieds.
  • Vu l’importance des réseaux sociaux ces temps-ci, vous pourrez obtenir un contact plus rapide si vous vous adressez directement aux compagnies d’assurance via Twitter ou Facebook. Certaines réagissent rapidement dès lors qu’un de leur client se plaint sur les forums de discussion. Ce n’est pas une garantie de succès, mais si vous devez en arriver là ça peut aider. Cela dit, vérifiez quand même que votre type d’accident ou vol n’est pas exclu des garanties avant de vous plaindre, d’où l’importance de bien  lire les conditions générales de vente.

Ne soyez pas irresponsable et assurez-vous

Jusqu’à présent, rien ne m’est arrivé et je suis tout le temps parti assuré (je touche du bois). Pourtant j’ai rencontré des voyageurs et amis a qui il est arrivé des sales histoires qui m’ont fait réaliser que même en faisant super attention, personne n’est à l’abri d’un accident ou d’une maladie en cours de route.

Ce n’est pas parce que rien ne vous est arrivé durant vos précédents voyages qu’il ne vous arrivera rien dans le futur. On ne peut pas empêcher une infection à l’oreille en faisant de la plongée ou une crise d’appendicite, donc partez assuré !

3 commentaires

Rejoignez la conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *