Catégorie : Voyager au Japon

Guide: admirer les feuilles d’automne au Japon (2/2)

L’automne est une des meilleurs saison pour visiter le Japon car la météo est idéale pour se balader et le ciel généralement clair.

Contrairement au printemps où les cerisiers fleurissent à travers le pays à partir du Sud, le changement de couleur des feuilles en automne commence généralement mi-septembre à Hokkaido au Nord, et se termine fin-novembre/début-décembre dans le Sud du Japon, ce qui vous donne une marge de presque trois mois pour repérer les feuilles dans le pays (bien plus facile à voir que les cerisiers qui eux ne durent qu’une ou deux semaines).




Quel est le meilleur moment pour voir les couleurs d’automne au Japon ?

Si vous avez déjà participez à un festival au Japon vous savez que ce genre d’événements attire un nombre incroyable de touristes. Le mieux est donc d’éviter les week-end et jour féries sinon il faudra vous battre pour pouvoir prendre des photos tranquillement, mais même en semaine attendez-vous à partager les spots avec d’autres voyageurs.

Je vous recommande aussi de vous lever très tôt pour devancer les hordes de touristes mais aussi car en automne le soleil se couche vers 17h, ce qui fait des journées courtes.

Cela dit, même durant la semaine attendez-vous à devoir partager les meilleurs spots avec un paquet d’autre voyageurs.

automne japon

Où admirer les couleurs d’automne au Japon ?

Quelques idées d’endroits où aller au Japon pour voir les feuilles d’automne changer de couleur. De nombreux spots peuvent être atteint en train ou en bus mais si vous faites de la rando ça sera le meilleur moyen de voir les feuilles d’automne dans les montagnes et ainsi vous éloigner de la foule.

Dans de KANSAI (à partir de mi-novembre):

Vers Kyoto:

  • Arashiyama: situé à l’Ouest de Kyoto, vous pourrez y voir les forêts sur les montagnes
  • Kyomizudera: un spot très populaire et magnifiques en automne.
  • Kinkaku-ji

Près d’Osaka:

  • Minoo park: un chemin de marche au milieu de la forêt qui aboutie sur une cascade, située au Nord d’Osaka et très facile d’accès. Vous pourrez y goûter des feuilles d’érable en tempura.
  • Banpaku Kinen Koen: un peu long et cher pour y accéder mais vous pourrez y faire de belles photos.

 

Vers Nara: à Nara Park, autour de Todai-ji et le temple de Kofuuji.

Kiyomizudera à Kyoto
Kiyomizudera à Kyoto

Autres spots dans le Kansai: vers le Lac Biwa (en particulier le temple Keisoku-ji) et Koyasan: pas de kouyou dans le cimetière Okunoin mais allez plutôt vers les temples aux alentours.

à HOKKAIDO (de mi-septembre à mi-octobre): Plusieurs parcs nationaux où voir les momiji: Daisetsuzan National Park, Shiretoko National Park et Onuma Park.

L’île de Miyajima, près d’HIROSHIMA (mi-novembre): allez vers Momijidani Park.

à TOHOKU (mi-octobre à début novembre):

  • Hachimantai National Park
  • Le lac Towadako et la rivière Oirase dans la préfecture d’Aomori: Un des plus beaux endroits au Japon pour voir les feuilles d’automne.

à TOKYO (mi-novembre/début décembre):

  • Yoyogi Park
  • Le jardin de Rikugien
  • Koishikawa Korakuen
  • Meiji jingu Gaien Park: vous pourrez y voir une allée avec 150 ginkgo

Autour de Tokyo (début novembre à mi-novembre):

  • Hakone
  • Kamakura
  • Inokashira Park à Musashino City
  • Le Mont Mitake
  • Le Mont Takao: accessible à la journée, il y a un téléphérique pour aller au sommet.
  • Nikko
  • Autour du lac Kawaguchiko dans la région des cinq lacs: en particulier le Momiji Kairo bordé d’érables (une promenade située sur la rive Nord)

Lien




Guide: admirer les feuilles d’automne au Japon (1/2)

En automne au Japon, les feuilles des arbres passent du vert au jaune, orange et rouge vif. On appelle ‘Kouyou’ (ou Kōyō) ce changement de couleur qui transforme complètement le paysage, en particulier dans les montagnes et les parc des villes japonaises, et qui dure quelques semaines à partir de la mi-septembre selon les endroits (‘Kouyou’ peut être traduit par ‘feuille rouge’ ou ‘couleur d’automne’).




C’est le moment où les japonais sortent pour aller admirer les arbres. Cette tradition de se rendre à des endroits spécifiques pour admirer la beauté du paysage est appelée ‘Momiji-gari’, la ‘chasse aux feuilles rouges’ (Momiji est l’érable japonais dont les feuilles passent du vert au rouge’ et a le même kanji que ‘kouyou’).

Les feuilles de momiji sont souvent utilisées comme motif sur les kimonos et peuvent même être mangées en tempura sucrée ou salée.

Grand mère minoo park

Cette tradition qui existe depuis plusieurs siècles est l’équivalent de Hanami au printemps, sauf que plutôt que de faire des pique-niques sous les cerisiers comme c’est le cas durant Hanami, en automne les japonais se rendent aux sites les plus réputés pour voir les couleurs magnifiques du paysage. C’est l’occasion pour eux de prendre tout un tas de photos, d’ailleurs vous verrez de nombreux photographes japonais en train d’attendre la lumière idéale, avec le trépied et le matériel photo adéquat.

touristes japon automne feuilles

Kouyou est un événement très populaire parmi les japonais mais il attire aussi énormément de touristes au Japon, les endroits les plus réputés étant envahis de monde que ce soit les parcs, temples ou jardins (surtout vers Kyoto).

Quels sont les arbres qui changent de couleur ?

L’érable japonais (momiji) est celui qui est le plus remarquable. C’est un arbre natif du Japon et peut être vu dans les forêts de montagnes mais il existe des variétés différentes manipulées par l’homme pour être utilisées comme décoration dans les parcs. Elles passent du vert au jaune, puis orange et finalement rouge vif. On trouve des momiji dans de nombreux jardins et temples à Kyoto.

feuilles automne japon

En deuxième place vient le Ginkgo, dont les feuilles deviennent jaune et non pas rouge. On les trouve plus facilement dans les temples, parc et dans les villes plutôt qu’en pleine nature. D’ailleurs le ginkgo est le symbole de la ville de Tokyo.

Ginkgo Japon

Bien sûr vous verrez beaucoup plus de variété d’arbres différents dans les montagnes et parc nationaux que dans les parcs des villes. Parmi les autres arbres qui changent de couleur il y a le nanakamado dont les feuilles sont similaires à l’érable japonais, le zelkova du japon, les tochinoki (un genre de marronnier) et le karamatsu (mélèze japonais), le seul conifère a changer de couleur en automne. Les feuilles des sakura (les cerisiers) changent aussi de couleurs.

arbre automne japon

Liens




Akashi Kaikyo: le pont à suspension le plus long du monde

Hier je suis allé me balader à Kobe, pour y voir le pont Akashi Kaikyo qui est le plus long pont à suspension au monde.

La vue est impressionnante, mais je me suis gelé les fesses. Prévoyez un coupe vent ou des vêtements chauds si vous y allez en novembre car il y fait un vent incroyable.

Akashi Kaikyo pont suspension Japon (3)

 

Il est possible de rejoindre la promenade le long du pont facilement depuis la gare (Maiko Station).

Il n’y a rien à payer pour se balader sur la promenade au pied du pont, c’est totalement gratuit et vous verrez surement des pêcheurs posés tranquillement avec leur matériel. J’y ai même trouvé un miniscule bébé fugu abandonné:

Akashi Kaikyo pont suspension Japon (2)

Au pied du pont se trouve un ‘exhibition center’ (200 Yen l’entrée). Il est aussi possible de participer à une visite du pont sur le chemin de maintenance mais il faut réserver à l’avance sur internet via ce site en anglais. La balade coûte 3000 Yen par personne et vous pouvez réserver cinq personnes maximum en même temps.

Si vous continuez vers la gauche du pont vous verrez une villa bleue qui sert de musée mémorial à la mémoire de Sun Yat-sen:

Akashi Kaikyo pont suspension Japon (4)

Un peu plus loin il y a une plage, puis si vous continuez vers l’Est vous tomberez sur un grand centre commercial ‘outlet factory’ (magasin d’usine) où vous trouverez des fringues de marque à prix réduits, un starbucks, macdo et restaurant… de quoi finir la soirée tranquillement.

Akashi Kaikyo pont suspension Japon (6)

J’y suis resté jusqu’au soir et j’ai pu admirer les illuminations sur le pont:

Akashi Kaikyo pont suspension Japon (7)

Quelques faits sur le pont à suspension d’Akashi Kaikyo

  • Il relie Kobe sur l’île de Honshu à la ville d’Iwaya sur l’île d’Awaji
  • Il traverse le détroit d’Akashi, une voie maritime internationale traversé par environ 1400 bateaux par jour
  • Sa construction a démarrée en avril 1988
  • Il a été ouvert en 1998
  • C’est un pont routier (pas de voie de chemin de fer)
  • Il y a trois voies de circulation dans chaque sens
  • Sa longueur totale est de 3911 mètres
  • Il a la plus grande portée centrale au monde (1991 mètres entre les pylônes)

pont akashi kaykio

  • Les fondations des pylônes font 80 mètres de diamètre et 70 mètre de haut (les plus grandes au monde)
  • Avant sa construction, les japonais utilisaient des ferries pour traverser le détroit mais après le naufrage de deux ferries et la mort de 168 personnes sa conception a débuté
  • Même s’il est prévu pour résister aux typhons et tremblements de terre, celui de 1995 a espacé les deux tours de un mètre.
  • Il peut supporter un vent de 286Km/heure et un tremblement de terre de magnitude 8,5
  • Les pylônes sont hauts de 282 mètres au dessus du niveau de la mer
  • Il a coûté environ 500 milliards de Yen
  • Le péage pour le traverser coûte 2300 Yen
  • Environ 23000 voitures le traverse tous les jours
  • Le soir, il s’éclaire avec 1737 illuminations

Comment y aller

Le pont d’Akashi Kaikyo se trouve près de Maiko Station sur la JR Sanyo Line.

  • 290 Yen/22 minutes depuis Sannomiya Station à Kobe
  • 780 Yen/46 minutes depuis Osaka Station avec le JR Kobe Line Rapid Service

Liens

FAQ: Se préparer pour l’ascension du Mont Fuji

Faq pour vous aider à l’organisation de l’ascension du Mont Fuji, et pour y admirer le lever du soleil depuis le sommet. L’accès a celui-ci devrait-être payant en 2014.

Lever de soleil Mont Fuji

Merci à Phil et Yohan pour les infos.




1/ C’est quoi le Mont Fuji ?
2/ Pourquoi le Mont Fuji est-il si spécial ?
3/ Combien de personnes font l’ascension du Mont Fuji chaque année ?
4/ Quel type de chaussure prévoir pour faire l’ascension du Mont Fuji ?
5/ Est-il dangereux d’escalader le Mont Fuji ?
6/ L’ascension du Mont Fuji est-elle difficile ?
7/ Quel budget prévoir pour l’ascension du Mont Fuji ?
8/ Quand est-il possible d’escalader le Mont Fuji ?
9/ Quelle est la meilleure période pour escalader le Mont Fuji ?
10 / Est-ce que je peux escalader le Mont Fuji avec des enfants ?
11/ Quel matériel emmener pour faire l’ascension du Mont Fuji ?
12/ Est-il possible de laisser ses bagages quelque part pour escalader le Mont Fuji ?
13/ Y’a t-il plusieurs chemins pour aller au sommet du Mont Fuji ?
14/ Quel est le chemin le plus populaire ?
15/ Que faire si j’ai le mal de l’altitude ?
16/ Combien de temps faut-il pour aller au sommet du Mont Fuji ?
17/ Comment éviter la foule quand j’escalade le Mon Fuji ?
18/ Peut-on escalader le Mont Fuji durant la journée ?
19/ Je n’aime pas la rando: quel est le moyen le plus simple pour accéder au sommet du Mont Fuji ?
20/ Comment se rendre au Mont Fuji depuis Tokyo ?
21/ Quel moment de la journée est le meilleur pour faire l’ascension du Mont Fuji ?
22/ A quelle heure partir de la station N°5 pour admirer le lever de soleil au sommet ?
23/ Est-il possible de camper sur le Mont Fuji ?
24/ Y’a t-il des toilettes sur le Mont Fuji ?
25/ Où manger et dormir au Mont Fuji ?
26/ Est-il nécessaire de rester dans une hutte lors de l’ascension du Mont Fuji ?
27/ Combien coûte une place dans une hutte du Mont Fuji ?
28/ Quel services et infrastructures y’a t-il à la 5ème station ?
29/ Quel services et infrastructures y’a t-il au sommet du Mont Fuji ?
30/ Quelle température fait-il au sommet du Mont Fuji ?
31/ A quelle heure est le lever du soleil en haut du Mont Fuji ?
32/ Que faire d’autre après avoir admiré le lever du soleil ?
33/ Quelques conseils pour l’ascension
34/ Quelques conseils pour la descente
35/ Liens utiles

 

1/ C’est quoi le Mont Fuji ?

Le Mont Fuji (ou Fuji San) est un volcan qui est le plus haut sommet du Japon (3776 mètres). Il est situé à l’Ouest de Tokyo, sur l’île de Honshu.

2/ Pourquoi le Mont Fuji est-il si spécial ?

Le Mont Fuji est un symbole national: c’est le plus haut sommet du Japon, il est visible depuis très loin, il est vénéré dans la religion shintoïste, c’est un lieu très touristique mais surtout il est beau à voir !

3/ Combien de personnes font l’ascension du Mont Fuji chaque année ?

Le record du nombre de visiteur a été de 320 975 en 2010. Il y a autour de 320 000 visiteurs par an.

4/ Quel type de chaussure prévoir pour faire l’ascension du Mont Fuji ?

Prévoir des bonnes chaussures de marches, sinon des baskets solides feront l’affaire. Oubliez les sandales.

5/ Est-il dangereux d’escalader le Mont Fuji ?

Normalement non, vérifiez tout de même les prévisions météo avant d’y aller. Si vous êtes bien préparé tout se passera comme sur des roulettes (ou presque) !

6/ L’ascension du Mont Fuji est-elle difficile ?

A moins d’avoir des béquilles ou de sérieux problèmes de santé, le Mont Fuji est plutôt accessible comme parcours de rando, même si ce n’est pas non plus un parcours de santé. Il n’est pas très technique, mais la pente le rend difficile et vous devrez même utiliser vos mains pour grimper (attention lors de la descente). Attendez vous au pire et ça sera plus facile pour vous. Attendez vous à ce que ce soit simple, et vous vous maudirez de l’avoir fait.

7/ Quel budget prévoir pour l’ascension du Mont Fuji ?

Tout dépend depuis où vous démarrez l’ascension (Le plus près revenant le moins cher, of course). Depuis Tokyo, si vous y allez en bus, achetez du matériel+bouffe, réservez une hutte, un plat chaud et achetez des souvenirs (Par ex: bâton de marche: 1000 Yen+200 Yen à chaque station pour le faire marquer) comptez environ 10 000-15 000 Yen au total.

8/ Quand est-il possible d’escalader le Mont Fuji ?

La saison officielle pour escalader le Mont Fuji dure deux mois, de Juillet à Août. En dehors de ces deux mois il est possible mais pas recommandé d’escalader le Mont Fuji car la plupart des restaurants et autres infrastructures sont fermées, et le temps est très instable.

9/ Quelle est la meilleure période pour escalader le Mont Fuji ?

Évitez absolument les vacances d’Obon (du 13 au 17 août) ainsi que les week-end. L’idéal serait d’y aller entre début et mi-juillet pour éviter la foule, voir même fin août/début septembre.

10 / Est-ce que je peux escalader le Mont Fuji avec des enfants ?

Même s’il s’agit d’un parcours de rando ‘simple’, c’est loin d’être un parcours de santé car même des adultes peuvent galérer pour accéder au sommet. Je déconseillerais d’emmener des enfants de moins de 12 ans faire l’ascension du Mont Fuji, sauf si bien sûr ils sont déjà habitués à faire de la rando. La route est longue, il y a peu de toilettes dispo, le chemin peut-être glissant, il fait froid et les conditions météo sont changeante… ça pourrait ne pas être une expérience super agréable pour eux. Dans tous les cas empruntez le parcours Yoshida si vous avez des enfants avec vous et prenez beaucoup d’eau et suffisamment de quoi manger.

11/ Quel matériel emmener pour faire l’ascension du Mont Fuji ?

  • Chaussures de rando
  • Vêtements chaud
  • Bonnet
  • Gants
  • Chaussettes épaisses pour éviter les ampoules
  • Guêtres pour éviter d’avoir de la poussière et cailloux dans ses chaussures lors de la descente
  • Casquette ou chapeau
  • Serviette pour s’essuyer si vous transpirez
  • Lunettes de soleil
  • Bâton de marche
  • Beaucoup d’eau (2 à 3 litres)
  • Vêtement de pluie
  • De quoi manger (fruits secs, fruits, chocolats…)
  • Papier toilettes
  • Sac plastiques pour emporter ses déchets (il n’y a pas de poubelles)
  • Lampe frontale
  • De l’aspirine (pour le mal de l’altitude)
  • Pansements
  • Pièces de 100 Yen (pour utiliser les toilettes)
  • De l’argent pour payer les huttes, souvenirs, plat chaud, bâton de marche souvenir…

12/ Est-il possible de laisser ses bagages quelque part pour escalader le Mont Fuji ?

Il y a des casiers à pièce dispo à Mt. Fuji et Kawaguchiko Station mais attention, ils risquent d’être vite remplis, surtout durant les week-end. Le prix est de 300 Yen/jour. L’idéal est de laissez ses affaires dans un casier à Tokyo Station ou Shinjuku Station.

13/ Y’a t-il plusieurs chemins pour aller au sommet du Mont Fuji ?

Oui, il y a quatre chemins possible pour accéder au sommet:

  1. Le parcours Yoshida (le plus populaire)
  2. Le parcours Fujinomiya (le plus court: 4h20)
  3. Le parcours Subashiri
  4. Le parcours Gotemba (le plus long: 6h20)

14/ Quel est le chemin le plus populaire ?

Le parcours Yoshida est le plus populaire.

15/ Que faire si j’ai le mal de l’altitude ?

Le mal de l’altitude pourra vous arrivez si vous n’avez pas l’habitude de faire de la rando en montagne et si vous grimpez trop vite. Les symptômes sont: nausée, maux de tête, vertiges. Le meilleur moyen de l’éviter est de monter lentement et de faire des pauses pour s’acclimater à l’altitude (passez au moins une heure à la 5ème station). Si vous le pouvez, passez quelques heures dans une hutte. Si vraiment vous vous sentez mal, redescendez. Vous trouverez aussi des bouteilles d’oxygène en vente dans les magasins des différentes stations mais celles-ci coûtent cher. Achetez les en magasin à Tokyo ou ailleurs que sur le Mont Fuji.

16/ Combien de temps faut-il pour aller au sommet du Mont Fuji ?

En moyenne il faut 5h10 pour aller au sommet et environ 3h pour en redescendre. Si vous démarrez depuis la 5ème station en prenant le parcours Yoshida, comptez environ 5h de marche pour accéder au sommet (soit 1471 mètres de plus), et 3h30 pour en redescendre.

17/ Comment éviter la foule quand j’escalade le Mon Fuji ?

Allez-y en semaine, évitez Obon (du 13 au 17 août), faites l’ascension en journée.

18/ Peut-on escalader le Mont Fuji durant la journée ?

Oui, c’est possible et il y aura bien moins de monde qu’en soirée (tout le monde veut admirer le lever de soleil).

19/ Je n’aime pas la rando: quel est le moyen le plus simple pour accéder au sommet du Mont Fuji ?

A moins de se faire déposer en hélico, le moyen le plus simple est de prendre le parcours Yoshida depuis la station N°5… et de marcher jusqu’au sommet.

20/ Comment se rendre au Mont Fuji depuis Tokyo ?

Pour ceux qui souhaitent emprunter le parcours Yoshida, vous pourrez prendre un bus depuis le côté Ouest de Shinjuku Station à Tokyo qui va directement à la station N°5. Les bus partent à 07:45, 08:45, 09:40, 16:50, 17:50, et 19:30. Le bus met environ 2h30 pour s’y rendre. L’aller retour coûte 2600 Yen.

Pour le retour, les bus partent chaque heure depuis la 5ème station entre 10:00 et 15:00. Plus d’infos ici.

Pour ceux qui souhaiteraient y aller en train (plus cher): plus d’infos ici.

21/ Quel moment de la journée est le meilleur pour faire l’ascension du Mont Fuji ?

Vu que tout le monde veux accéder au sommet pour voir le lever du soleil, le moment le plus blinde de monde est durant la nuit, ou vous risquez même d’être coincé dans des bouchons.

22/ A quelle heure partir de la station N°5 pour admirer le lever de soleil au sommet ?

L’idéal serait déjà de passer une heure à la station N°5 pour s’acclimater à l’altitude, puis de partir vers 22h15/22h30 le soir.

Une autre option est de partir durant la journée, admirer le coucher de soleil vers 18h30/19h00, passer la nuit au sommet pour admirer le lever de soleil le matin.

23/ Est-il possible de camper sur le Mont Fuji ?

Non, c’est strictement interdit. Ce serait même très difficile de le faire vu qu’il n’y a pas d’espace aménagé pour.




24/ Y’a t-il des toilettes sur le Mont Fuji ?

Oui, mais ils sont payants: 200 Yen (en pièces de 100).

25/ Où manger et dormir au Mont Fuji ?

Il y a des huttes où vous pourrez vous reposer pour quelques heures mais elles coûtent cher et sont souvent blindées de monde. Il y a au total 44 huttes sur le Mont Fuji, qui peuvent loger jusqu’à 7000 personnes.

26/ Est-il nécessaire de rester dans une hutte lors de l’ascension du Mont Fuji ?

Non, ce n’est pas obligatoire. Si vous décidez de rester dans une hutte, il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance une place mais c’est recommandé vu qu’elles risquent d’être blindée de monde, en particulier durant la saison haute. En semaine, une place coûte 5000 Yen et les repas sont à 1000 Yen.

27/ Combien coûte une place dans une hutte du Mont Fuji ?

5000 Yen, sinon 7000 Yen avec deux repas.

28/ Quel services et infrastructures y’a t-il à la 5ème station ?

Tout ce que vous souhaitez: conbini, toilettes, restaurants, magasins de souvenirs, hutte, koban, bureau de poste…

29/ Quel services et infrastructures y’a t-il au sommet du Mont Fuji ?

Toilettes, magasins de souvenirs, restaurants, il y a même une poste d’où envoyer une carte postale.

30/ Quelle température fait-il au sommet du Mont Fuji ?

Il fait en moyenne autour de 4 et 8°c au sommet mais les températures peuvent être glaciales, en particulier s’il y a du vent. En général il fait 10°c en moins qu’à la 5ème station.

31/ A quelle heure est le lever du soleil en haut du Mont Fuji ?

De juillet à Août, le soleil se lève autour de 4h30 et se couche vers 18h30/19h. Même si vous n’accédez pas au sommet à temps, il est visible depuis tout le parcours Yoshida.

32/ Que faire d’autre après avoir admiré le lever du soleil ?

Il est possible de faire le tour du cratère, cela prend environ 1h15.

33/ Quelques conseils pour l’ascension

  • Il y a un bureau de poste au sommet, entre les station Gotemba et Fujinomiya. A côté vous pourrez aussi acheter un certificat de votre ascension du Mont Fuji.
  • Quelques huttes vendent de l’eau chaude, ramenez vos propres cup noodles, café, thé…
  • Une serviette pourra vous être utile pour éponger la sueur et vous protéger le cou du soleil
  • N’arrivez pas au sommet trop tôt, il y a du vent et il y fait froid.

34/ Quelques conseils pour la descente

  • Prenez des guêtres pour vos chaussures
  • Un bâton de marche pourra aussi vous être utile (ils coûtent 1000 Yen)
  • Gardez suffisamment d’eau pour la descente

35/ Liens utiles

_

Tags: escalader fuji japon, escalader mont fuji japon, ascension fuji yama, ascension fujisan, ascension fuji yama, rando mont fuji chaussures, randonnée mont fuji, dormir mont fuji, mont fuji visite, mont fuji grimper, rando fujiyama, rando fujisan, escalader mont fujiyama, grimper mont fuji

Guide: prendre l’avion pour le Japon

xv

Konbawa !

Pendant que c’est encore frais dans ma tête, je vous écrit ce petit guide pour vous expliquer comment prendre l’avion pour le Japon, pas-à-pas.

J’ai beau avoir pris l’avion des dizaines de fois il m’arrive d’être un peu perdu aussi.

Ce guide s’adresse à ceux qui partent au Japon en visa touriste mais aussi en visa working holiday. Il y a de petites subtilités à connaître.

Pour cela on va prendre l’exemple de mon vol, départ le 20 février à 15:00 de Paris Charles de Gaule et arrivée au Japon le 21 février à 16:30 avec une escale au Qatar.

Note: Pour ceux qui ont l’habitude de prendre l’avion, allez directement à l’étape 16 qui est spécifique pour un vol vers le Japon.




1/ Trouver un billet d’avion pas cher

Pas besoin d’écumer une dizaine de sites, allez sur les comparateurs de vols Kayak.fr et Skyscanner.fr. Plus vous serez flexible pour la date, plus vous aurez de chance de trouver un billet moins cher.

Pour info j’ai acheté mon billet aller-simple 474 € via Kayak.fr qui m’a amené sur Opodo.fr. Le vol le moins cher était avec la compagnie aérienne Qatar Airways.

2/ Se rendre à Paris

Pour les campagnards comme moi, pensez à achetez votre billet de train pour Paris bien à l’avance pour ne pas payer trop cher. Essayez d’arriver à Paris 4 à 5 heures avant l’heure d’embarquement (15:00 dans mon cas) histoire d’avoir de la marge, manger un sandwich, acheter des souvenirs (« omiyage ») pour vos potes japonais. Vous trouverez des magasins de souvenirs au sous-sol de la Gare de Lyon. J’en ai profité pour prendre des cartes postales, petits cendriers, tours Eiffel etc…

Pour les parisiens vous connaissez le chemin, c’est votre territoire.

1

3/ Se rendre à l’aéroport

Le truc que je déteste et qui ne me donne pas envie d’être parisien, le métro. Ça pue, c’est crade et mal entretenu avec des tags partout. Si en plus vous réussissez à vous perdre comme le couillon que je suis c’est la cerise sur le gâteau.

metro
Bientôt un lointain souvenir
4/ L’arrivée à Paris Charles de Gaulle

Sur le papier que vous avez imprimez lors de l’achat de votre billet d’avion sur internet il y a le N° du terminal où vous devez vous rendre.

4

5/ Aller au guichet d’enregistrement

Une fois arrivé au bon terminal, rendez-vous au guichet d’enregistrement de la compagnie que vous aller prendre, dans mon cas Qatar airways. Regardez les écran TV et essayer de repérer le nom de votre compagnie. Allez dans la bonne file, normalement ‘Economic’ si vous êtes pauvre. Les riches direction ‘first class’.

IMG_0652
First Class un jour tu seras mienne

IMG_0660

6/ Faire enregistrer son ou ses bagages et prendre son billet d’avion

Faites la queue, puis quand c’est votre tour posez votre bagage sur le tapis roulant pour qu’il soit pesé, donnez votre passeport à la dame ainsi que votre N° de billet électronique imprimé lors de l’achat de votre billet sur le net. La gentille dame vous donnera alors vos cartes d’embarquement (‘boarding pass en anglais). Dans le doute, demandez lui si il faut récupérer votre bagage lors de l’escale (normalement non) et dans quelle direction se trouve votre porte d’embarquement. Le N° est indiqué sur votre carte d’embarquement mais mieux vaut demander pour aller plus vite.

IMG_0662
J’étais limité à 23Kg
IMG_0665
Mes boarding pass
7/ Aller à la porte d’embarquement (‘Gate’ en anglais)

Vous passerez un premier poste de sécurité. Montrez leur passeport et vos billet et suivez les panneaux vers votre porte d’embarquement.

8/ Passer le poste de contrôle des passeports

Scannez votre carte d’embarquement dans la machine puis présentez juste votre passeport à la personne derrière le guichet. Vous arriverez alors dans la ‘Duty Free Zone’. C’est le moment d’acheter des clopes, du whisky et des souvenirs/tee shirts si vous voulez.

Note: la machine qui scanne votre carte d’embarquement est un truc que je n’avais jamais vu avant. Les procédures sont différentes suivant les aéroports et les pays.

IMG_0674
La machine pour scanner sa borading pass
DSC02947
La duty free zone
9/ Re-aller vers la porte d’embarquement.

Suivez les numéros au plafond.

10/ Passer le contrôle de surêté (‘screening checkpoint en anglais)
IMG_0677
Je hais ce passage là

A ce moment précis j’espère que vous n’avez pas de couteau, objet pointu ou bouteille de liquide auquel vous tenez sur vous car vous devrez le mettre à la poubelle.

Pour gagner du temps et avant qu’on vous le dise, sortez votre PC portable de votre sac à dos, et vérifiez que vous n’avez rien de métallique sur vous (ceinture, montre, pièces de 2 cents…). Placez toutes vos affaires dans les bacs en plastiques et placez les sur le tapis roulant qui passe dans le scanner.

Passez dans le portique/scanner:

Si ça se met à sonner, revenez en arrière, revérifiez que vous n’avez rien dans vos poches et repassez.

Lors de mon passage je n’arrêtais pas de sonner, j’ai donc eu droit à une fouille au corps, bras tendus de chaque côté. Pas de panique, ça arrive souvent. Lorsque le gars passait son détecteur sur mon tibia il se mettait à sonner… bizarre car je n’ai pas de broche ou autre. Peut-être une sonde alien.

Une fois passé dans le portique, récupérer votre sac et vos affaire.

11/ Attendre votre avion dans la salle d’embarquement.

Dernier instants avant l’envol. Allez au chiottes, buvez un café, lisez… bref passez le temps.

DSC02949
Il y avait même des ps3 à disposition
12/ L’embarquement

Au bout d’un moment on préviendra au micro que l’avion est prêt à être embarqué. Faites la queue, montrez votre carte d’embarquement à la personne au guichet qui en gardera une moitié puis allez dans le tunnel qui mène à l’avion.

Montrez votre moitié de carte d’embarquement à l’hôtesse ou Stewart qui attend à l’entrée et il vous indiquera votre siège. Repérez votre siège, rangez votre bazar dans le compartiment au dessus de votre tête, asseyez-vous et voilà ! vous n’avez plus qu’à attendre d’arriver à destination.

DSC02963
C’était bon !
13/ L’escale au Qatar (ou ailleurs) et le changement d’avion.

Une fois arrivé au Qatar (à remplacer par Dubaï  Hong Kong ou autre destination), prenez la navette (‘shuttle bus’ en anglais) qui vous amènera au bon terminal. Normalement vous n’aurez pas à repasser l’immigration, les portiques de sécurité et tout le tralala mais ça dépend des aéroports.

DSC02967
Welcome to Qatar
14/ répéter les étapes 11 et 12
15/ vol final avant le Japon

A ce moment là vous saurez que vous êtes sur le bon chemin car il devrait y avoir plein de japonais dans l’avion avec vous. Dans mon cas tout les sièges n’étaient pas pris donc j’ai demandé à m’installer près du hublot pour voir la vue et avoir assez de place pour dormir. N’hésitez pas à demander de changer de siège si vous voyez qu’il y a de la place.

16/ Remplir les documents d’immigration

Durant le vol les hotesses distribueront deux papiers que vous devrez remplir et remettre lors de votre passage au poste d’immigration au Japon. Vous trouverez ces papiers aussi à l’arrivée (juste avant de passer l’immigration) donc c’est juste une façon de gagner du temps.

Ce sont l’Embarkation/Disembarkation Card for foreigners et la Custom Declaration.

Attention: ces papiers sont en anglais uniquement.

Pour la Embarkation/Disembarkation Card for foreigners on vous demandera:

  • Family Name (nom)
  • Given Name (prénom)
  • Date of birth (date de naissance)
  • Country Name: marquez ‘France’
  • Nationality: votre nationalité, ‘french’
  • Flight N°/Vessel: le numéro de votre vol, dans mon cas QR802 (regardez sur votre carte d’embarquement, là où le numéro de votre siège est écrit).
  • City name: la ville où vous habitez
  • Purpose of visit (but de la visite): cochez la case ‘tourist’
  • Intended adress in Japan: mettez l’adresse de l’hôtel où vous allez rester au Japon, sinon mettez en un au pif que vous aurez trouvé dans le Lonely Planet ou le guide du routard. Pas grave si vous n’avez réservé aucun hotel pour la première nuit.
  • Occupation: votre travail. Là il faudra connaître le nom de votre métier en anglais, sinon baratinez. J’ai marqué ‘bloguer’ sur ma carte.
  • Intended length of stay in Japan: durée de votre voyage au Japon.
  • Signature: signez.

Au dos du papier, cochez ‘non’ à toutes les questions (avez-vous de la drogue, êtes vous un terroriste, etc…).

A la question ‘how much money in cash do you have presently in your possession ?’ indiquez le montant en liquide de ce que vous avez sur vous (1000€, 2000 € etc…). Pas besoin d’être hyper précis.

DSC02973
Embarkation/Disembarkation card for foreigners

Pour le papier ‘Custom Declaraton’:

  • Point of embarkation: mettez le nom de l’endroit où vous avez pris cet avion (dans mon cas ‘Qatar’).
  • Adress in Japan (accomodation): le nom d’un hôtel pris au pif dans un guide ou celui où vous avez réservé
  • Number of dependants: ne mettez rien
  • Les questions « Are you bringing… »  1, 2 et 3>> cochez non à tout.
DSC02974
Customs Declaration

Si jamais vous faites des ratures sur les deux papiers n’hésitez pas à demander au hôtesses d’en avoir un nouveau (‘Can I get another one please ?’).

17/ L’arrivée au Japon

Ça y est, vous posez enfin le pied sur le sol nippon.

N’oubliez pas vos affaires dans l’avion, puis direction l’immigration. Suivez les panneau ‘Foreign Passport’ où vous verrez une file de gens qui attendent.

Juste avant la file il y a des tables ou vous trouverez les papiers dont il est questions dans l’étape précédente. Au cas ou vous n’auriez pas eu le temps de les remplir dans l’avion, faites le ici.

Pour ceux en working holiday visa: montrez votre visa à un employé de l’aéroport qui traîne dans le coin et il vous donnera un papier bleu. Pas vraiment sûr que ça soit absolument nécessaire, mais dans le doute mieux vaut montrer son passeport à un employé de l’aéroport pour qu’il vous mène dans la bonne file.

Avant de vous lancer dans la file d’attente, allez faire un tour au chiotte car ça peut être long. Je dis ça, après vous faites ce que vous voulez mais c’est un bon moyen de profiter pour la première fois des superbe WC japonais.

Premier contact
Premier pipi au Japon

Retournez dans la file d’attente.

18/ Passer l’immigration.

Quand c’est votre tour, enlevez votre casquette/chapeau si vous en avez un et donner votre passeport avec les deux papiers à la personne au guichet.

Vous devrez à un moment posez vos index sur une machine à empreintes et regardez la caméra pour qu’on vous prenne en photo.

Pour ceux en working holiday visa, c’est à ce moment là qu’on vous donnera votre Residence Card. Ils ont une imprimante spéciale qui vous l’imprimera en deux minute. Dans mon cas la machine bugait et j’ai du passer au guichet d’a côté pour avoir ma carte.

19/ Aller récupérer votre bagage/valise.

Repérez sur les panneaux d’affichage le numéro de votre vol ainsi que le numéro de tapis roulant associé. Allez-y pour récupérer votre sac. Soit un employé de l’aéroport l’aura posé dans un coin si vous mettez trop de temps à l’immigration, soit il sera encore sur le tapis roulant et vous n’aurez qu’à l’attendre.

20/ Passer un dernier poste de vérification

Dernière étape avant de sortir de l’aéroport. Soit un policier vous demandera de déballer vos affaires, soit on ne vous demandera rien.

21/ Achetez un téléphone portable pour ceux en working holiday visa ou en louer un pour ceux en visa touriste.

C’est l’endroit le plus simple pour obtenir un téléphone car le staff parle anglais. A l’aéroport d’Osaka il y a un magasin Softbank juste après le dernier poste de vérification, impossible à louper (il doit aussi y en avoir un à l’aéroport de Narita). Sinon il est possible d’en obtenir un plus tard mais là c’est la solution la plus simple.

Pour ceux en visa touriste si vous souhaitez louer un téléphone c’est aussi là qu’il faut aller, il y a plusieurs magasins de location.

DSC02983
Après 17 heures de vol, enfin

YOKOSO ! (Bienvenue !)

Si vous avez besoin de cartes ou d’infos allez au poste d’information, puis vous n’avez plus qu’à prendre le train pour aller à votre hôtel.




Carte d’identité du Japon et conseils avant de partir

Conseils avant de partir au Japon

  • Drapeau : en japonais le « Hinomaru », il représente le soleil comme une boule rouge sur un fond blanc.
  • Capitale : Tokyo
  • Population : 127,4 millions d’habitants
  • Superficie : 377 915 km². Le Japon s’étire sur 3500 Km du Nord au Sud
  • Hymne national : « Kimigayo » cliquez-ici pour l’écouter
  • Densité de population : 340 habitants au km²
  • Espérance de vie: 79 ans pour les hommes et 86 ans pour les femmes
  • Taux de fécondité : 1,39 enfant par femme
  • Taux de natalité: 8,39 naissances/1.000 habitants
  • Plus de 65 ans : 24 % de la population
  • Population urbaine : 80 %
  • Taux d’alphabétisation : 100 %
  • Industries principales : automobiles, machines de précision, biens électroniques, ordinateurs
  • Monnaie : le yen
  • Langue : japonais
  • Indicatif téléphonique : +81
  • Fuseau horaire : UTC +9 (quand il est 10h du matin en France il est 19h au Japon)
  • Religion : Shinto, bouddhiste et chretienne
  • Empereur : Akihito (depuis 1989). Symbole de l’Etat et de l’unité du peuple.
  • Premier Ministre : Shinzo Abe
  • Plus haute montagne : le Mont Fuji (un volcan toujours actif – 3776 mètres)




 Quelques conseils avant de partir au Japon:

– En dehors des grandes villes, la majorité des petits restaurants ou boutiques n’acceptent pas les cartes de crédit donc mieux vaut avoir beaucoup de liquide sur soi. Le Japon est un pays sûr donc vous ne risquez pas grand chose à avoir du cash sur vous.

– Peu de distributeurs acceptent les cartes internationales (visa, Mastercard…). Essayez de trouver des ATM international, le plus souvent dans les bureaux de poste ou certaines banques (HSBC, Shinsei et Citybank). Pensez à y aller avant la fermeture. Sinon, vous trouverez des distributeurs dans les conbini 7eleven.

– Contrairement à ce que l’on pourrait penser, manger et se loger n’est pas excessivement cher au Japon, à condition de ne pas avoir des goûts de luxe non plus. Vous trouverez sur Hostelworld des adresses d’auberges et backpacker hostels autour de 20 euros, parfois moins si vous restez en dortoir. C’est le moyen le plus économique de se loger si on est en voyage au Japon.

– Il est préférable de réserver à l’avance votre hébergement (surtout dans les ryokan), soit par téléphone ou via les offices de tourisme au Japon (en particulier en haute saison).

– Pour les séjours de courte durée, il est impossible d’acheter un téléphone avec carte SIM, par contre vous pourrez en louer un à l’aéroport en arrivant ou dans certains magasins. Pour ceux arrivant avec un visa working holiday et souhaitant obtenir un téléphone, cliquez-ici.

– On ne donne pas de pourboire au Japon, car c’est mal perçu par la personne qui le reçoit. C’est qui si vous donniez l’aumône, la personne risquerait de se vexer.

-Niveau sécurité, le Japon est un des pays les plus sûrs au monde, et le seul risque que vous pourrez courir est d’ordre naturel: tremblement de terre, tsunami, typhons…

– Pour les séjours de courte durée, le Japan Rail Pass qui est un forfait de transport vendu par la société JR, doit être obtenu AVANT de partir au Japon. Il est valable pour une; deux ou trois semaines. Cliquez-ici pour plus d’infos.

– Il existe aussi des rail pass régionaux (plus d’infos ici)

– Les prises de courant au Japon ressemblent à cela:

pic_outlet

il vous faudra un adaptateur. Vous en trouverez à l’aéroport ou dans les magasins d’électroniques (j’ai payé le mien 350 yen à Denden town à Osaka)

– Les banques sont ouvertes en semaine de 9h à 15h et les bureaux de postes de 9h à 17h. Les deux sont fermées le Week-end.

– Les trois périodes les plus touristiques sont la fin de l’année et vacances du Nouvel An, du 27 décembre au 4 janvier ; la semaine de la Golden Week du 29 avril au 5 mai, et la saison du festival du Bon, autour du 15 août.

Quelle est la meilleure période pour aller au Japon ?

Allons droit au but, les deux meilleures saisons pour se rendre au Japon sont le printemps (fin mars/avril) et l’automne (fin octobre/novembre), mais vous pourrez visiter le Japon à n’importe quelle mois de l’année, tout dépend à quel endroit vous vous rendez. Vu que le pays s’étend largement du Nord au Sud, le climat varie énormément suivant les régions, mais aussi l’altitude (beaucoup de montagnes au Japon): il peut faire -20 degrés à Hokkaido (au Nord) et 15 degrés à Osaka (au Sud), le même jour.




Au printemps, essayez d’y aller soit durant les 3 premières semaines de mars, soit durant les 3 dernières semaines d’avril: la plupart des gens travaillent et les écoliers sont encore en cours. Même si les nuits peuvent être encore un peu froide, ce sera l’occasion de profiter de la floraison des cerisiers et de participer à un festival dédié à cela.

En été, l’humidité (80% !) et la chaleur peuvent être insupportables, attendez vous à transpirer ! Autre problème, les vacances scolaires vont de mi-juillet à fin août  donc il y aura beaucoup de touristes japonais en visite et les prix grimpent. Seul point positif: il y a beaucoup de festivals à cette période.

L’automne (septembre à novembre) est la seconde meilleure saison pour visiter le pays: les températures sont agréables, il y a moins d’humidité et les couleurs des arbres virent à un superbe marron/doré. Il y a quelques jours fériés: deux en septembre, un en octobre et deux en novembre. Beaucoup de touristes ces jours là donc.

L’hiver, de décembre à février, est une bonne saison si vous aimez les sports d’hiver car il y a de très bons spots au Japon (les jeux olympiques d’hiver en 1998 ont eu lieu à Nagano). C’est aussi une bonne saison pour profiter des onsen, les sources d’eau chaude. Attendez vous à cailler si vous voyagez à cette période cela-dit.

Le climat au Japon mois par mois:

Janvier

Le nouvel an est l’une des trois saisons majeures au Japon, avec une augmentation significative des vols internationaux et domestiques. De nombreux magasins, restaurants et attractions touristiques sont fermées au moins une journée entre le 29 décembre et le 4 janvier.

Fin janvier est une bonne période pour visiter le Japon, vu qu’il y a moins de touristes et le climat est plus sec et ensoleillé (vous trouverez de bons deal pour des vols ou hotels à cette période). Au Nord et le long de la côte de la Mer du Japon, il y a beaucoup de chutes de neige, mais les conditions sont bonnes pour faire du ski. Les seuls inconvénients sont que les journées sont plus courtes (le soleil se couche vers 17h à Tokyo) et la végétation arride.

Février

Pour les même raisons, février est aussi une bonne période pour visiter le Japon (moins de touristes).
Pour faire du ski, février à tendance à être un meilleur moment que janvier, également pour profiter du paysage hivernale (notamment à Hokaido).

Mars

Les plantes et arbres commencent à fleurir, signe de l’arrivée du printemps, tandis que le climat se réchauffe lentement. Vers fin mars la floraison des cerisiers commencent dans certaines régions, tandis qu’au Nord les conditions sont encore bonnes pour y faire du ski. Les voyages domestiques augmentent durant la seconde moitié de mars dûe au vacances scolaires de printemps.

Avril

Avec le mois de novembre, avril est considéré comme le meilleur mois pour visiter le Japon car la floraison des cerisiers est au maximum dans la plupart du pays et le climat est agréable. L’activité du pays augmente durant la Golden Week et durant le reste du mois grâce à la floraison des cerisiers.

Mai

La Golden Week prend place du 29 avril au 5 mai: le pays entier prend des vacances pendant cette période. Les écoles et les universités sont fermées et les entreprises fonctionnent avec un effectif minimal ou ferment également pour l’occasion car la plupart des employés s’en vont pour une partie ou même la totalité de la semaine.

Tous les lieux touristiques du Japon, notamment les plus populaires, sont pris d’assaut par des foules de visiteurs et les prix des services touristiques flambent. Si vous pouvez éviter la Golden Week, faites-le.

Toutefois, fin mai est une des meilleures période pour visiter le Japon, car la végétation est luxuriante, il fait bon et les lieux touristiques voient moins de monde. A Hokkaido, l’arrivée du printemps est repoussée à un mois comparé à Tokyo. Au Sud du pays, à Okinawa, la saison des pluies va de mai à mi-juin.

Juin

A partir de début juin la saison des pluies (tsuyu en japonais) traverse tout le pays sauf Hokkaido. Même s’il ne pleut pas tous les jours et les journées sont longues, le ciel est couvert. La durée de la saison des pluies peut varier beaucoup d’une année à l’autre.

Les sources d’eau chaude comme Hakone et les temples dans les montagnes comme Koyosan peuvent toutefois être des lieux intéressants à faire même sous la pluie. Hokkaido est un endroit intéressant à visiter en juin car c’est le moins touché par la pluie. Aussi, le climat à Okinawa s’améliore après la fin de la saison des pluies fin juin.

Juillet

La saison des pluies se termine généralement à la première moitié de juillet. Il fait chaud et humide dans la plupart du Japon, et rien que le fait de sortir dehors peut vous faire transpirer. Les conditions sont plus confortables en hauteur et à Hokkaido, une destination populaire parmi les amoureux de la nature en été.

Beaucoup de festivals (matsuri) et feux d’artifices se déroulent en juillet. Le mont Fuji est ouvert au touristes. On peut aussi observer la pêche au cormoran. C’est aussi une bonne période de l’année pour partir à la plage à Okinawa. Avec les vacances scolaires d’été de fin juillet à août, l’activité du pays augmente considérablement.

Août

Août est chaud et humide dans la plupart du Japon. Les conditions sont plus confortables en hauteur et à Hokkaido. Comme en juillet, il y a de nombreux festivals et feux d’artifices. L’activité au sein du pays est considérable, particulièrement durant la semaine d’Obon (la fête des morts) autour du 15 août, ou tout est plus cher.

Septembre

La saison des typhons est à son maximum à partir de fin août et septembre. Ils touchent en premier Okinawa, Kyushu et Shikoku et causent de fortes pluies et vents violents dans la plupart du pays durant deux jours non-stop environ (il faut juste rester enfermer à attendre que ça passe). Heureusement, les typhons sont souvent suivis par un temps clair. Le temps en septembre peut être toujours chaud et humide, mais il y a moins de touristes qu’en août.




Octobre

Octobre est un des mois les plus plaisant pour voyager au Japon car le climat est confortable, plus autant chaud et humide qu’en été et il y a quasiment pas de typhons à cette période. La couleur des arbres commence à changer fin octobre dans les régions du Nord et les régions montagneuses.

Novembre

Novembre est un des meilleurs mois pour voyager au Japon car le climat et sec et agréable et les couleurs d’automne sont spectaculaires dans tout le pays, surtout à la mi-novembre. L’activité touristique dans le pays est plutôt basse excepté autour des lieux populaires où les arbres changent de couleur.

Décembre

Décembre est un bon mois pour voyager grâce au climat plus sec . L’activité touristique reste basse durant la plupart du mois de décembre jusqu’au 23, date à laquelle démarre les vacances scolaires. Les journées sont cependant courtes (le soleil se couche à 16:30 à Tokyo) et la végétation a perdu ses couleurs. A partir du 29 certaines attractions touristiques ferment pour les fêtes de fin d’années. C’est aussi le début de la saison de ski.

 Tags: quand aller au Japon, quand visiter japon, saison partir japon, meilleur moment pour partir japon, température Japon, climat au japon, meilleure période pour aller au Japon, meilleure période pour visiter le Japon, meilleure saison pour visiter japon, quel mois visiter Japon, meilleur mois pour visiter japon, japon meilleure période pour voyager, japon quel mois visiter, japon meilleure saison, bonne saison pour voyager au japon, japon en novembre, quand partir au japon cerisier,

112 choses à absolument voir et faire au Japon (partie 1/2)

112 choses à absolument voir et faire au Japon (partie 1/2)

Pour voir la partie deux, cliquez-ici !




1. Tokyo: aller à Harajuku et Yoyogi Park un dimanche, pour y voir les cosplayers et autres spectacles de rue)
2. Tokyo: aller au marché au poisson de Tsukiji, le plus grand du monde (allez-y tôt le matin, vers 4:00)

tsukiji

3. Tokyo: admirer la ville en hauteur: il y a plusieurs point de vue, essayez les deux observatoires du Tokyo Government Office, depuis le café en haut du World Trade Center Building ou la Ebisu Garden Place Tower.
4. Tokyo: visiter Asakusa, un des plus vieux quartiers de la ville (temple Senso-Ji et magasins traditionnels)
5. Tokyo: visiter Kabukicho, le quartier (cho) chaud: vous pourrez aussi y boire un verre, manger ou faire un karaoke. Un peu craignos le soir donc faites attention et ne prenez pas tout le monde en photo.
6. Tokyo: se balader à Ginza, un des plus gros quartiers de magasins de luxe en Asie.
7. Tokyo: voir le coucher de soleil sur la baie de Tokyo depuis Odaiba, une île artificielle dédiée au loisirs. Il y a même une statue de la liberté.

odaiba bay

8. Tokyo: Shibuya. Parce que vous aurez vu ce croisement des centaines de fois à la TV.
9. Tokyo: les musées (Mori Art Museum au sommet du Roppongi Hills Building, le Tokyo National Museum et le Edo-Tokyo museum).
10. Tokyo: prendre un bain de foule à la gare de Tokyo un matin entre 7h et 9h pour voir les japonais s’entasser dans les wagons comme des sardines en boite.
11. Tokyo: voir des trucs d’otakus. Si vous êtes fan de culture pop japonaise, direction Akihabara, ou vous y trouverez jeux vidéos, maquettes, jouets, matériel électronique, etc…
12. Kamakura: passer une journée à Kamakura, voir la statue du grand Bouddha.

Kamakura

13. Kyoto: l’ancienne capitale du Japon (pendant plus de 1000 ans jusqu’en 1869). Visiter les temples, palais et jardins (Le temple Kiyomizu-dera, le Ginkaku-ji, le Kinkaku-ji)
14. Kyoto: perdez vous dans la forêt de bambous vers Arashiyama.
15. Kyoto: essayer d’apercevoir une Geisha dans le quartier historique de Gion.
16. Nara: une heure au Sud de Kyoto, visiter le Todai-ji, la plus grande structure en bois du monde, et vous promener au milieu des daims.
17. Hiroshima: visiter le Hiroshima Peace Memorial Museum, dédié aux victimes de la bombe atomique qui a tué 246 000 personnes en 1945. Si vous ne devez faire qu’un seul musée au Japon c’est celui-là.
18. Hiroshima: le Dôme de la bombe A, un des rares bâtiments resté intact lors de l’explosion.
19. Hiroshima: aller sur l’île de Miyajima, où vous verrez la célèbre Torii rouge au milieu de la mer et pourrez prendre le téléphérique pour aller sur la montagne au centre de l’île pour voir le panorama.
20. Osaka: aller à Dotombori, quartier particulièrement animé à la tombée de la nuit
21. Osaka: visiter le château

Osaka Castle (30)

22. Osaka: dire bonjour au requin baleine et aux raies manta à l’aquarium d’Osaka.
23. Osaka: voir le panorama en haut du Umeda Sky Building
24. Hokkaido: découvrir les peuples indigènes et la culture Ainu (les premiers habitants d’Hokkaido)
25. Hokkaido: le festival de la neige de Sapporo (tous les févriers pendant plusieurs jours et célèbre pour ses énormes sculptures de glace)
26. Nikko: visiter le sanctuaire Toshogu, un des plus beau batiment au Japon.
27. Nagano: voir les singes se baigner dans l’eau au Jigokudani Monkey Park
28. Le chateau d’Himeji, un des plus impressionnant au Japon et en excellent état et qui a échappé aux bombardements de la deuxième guerre mondiale. Il fait partie de la liste de l’héritage mondial de l’UNESCO.
29. Okinawa: voir les cèdres millénaires sur l’île de Yakushima
30. Voir l’ancienne route de pèlerinage Kumano Kodo au milieu de la forêt dans les montagnes de la préfecture de Wakayama. Fait partie de la liste de l’héritage mondial de l’UNESCO.
31. Voir un matsuri (festival japonais): avec environ 100 000 festivals chaque année, vous aurez surement l’occasion d’en voir un avec des parades (le kanamara matsuri à l’air marrant)
32. Voir les floraison des cerisiers (Hanami): peut être la meilleure saison pour visiter le Japon, d’avril à mai, les cerisiers fleurissent à travers le Japon et des fêtes sont organisées près des arbres (alcool à gogo). Les plus célèbres sont celles du parc Ueno à Tokyo et du parc Maruyama à Kyoto
33. Voir un festival de feux d’artifice (Hanabi)
34. Participer à un festival de musique: plusieurs festivals sont organisés chaque été (Summer Sonic, Fuji Rock…)
35. Voir un concert de Taiko (tambour japonais)




36. Sortir le soir: que ce soit restaurants, bars, pubs, izakaya ou boites de nuits
37. Participer à un rassemblement d’otaku: vous y verrez du cosplay, divers évènements autour des jeux vidéos et anime japonais
38. Aller au salon de l’automobile (Tokyo Motor Show ou le Tokyo Auto Salon)
39. Aller à un salon de jeux vidéos (Tokyo Game Show)
40. Aller à un karaoke
41. Faire de la randonnée: les meilleurs spots sont dans les Alpes japonaises, à Hokkaido, ou les volcans de Kyushu
42. Voir un volcan toujours actif à Kyushu (Aso-san).
43. Escalader le mont Fuji: le sommet le plus haut du Japon (3776 mètres), il est possible d’aller au sommet entre juillet et septembre. Il y a énormément de touristes.
44. Faire du surf: même s’il vous faudra certainement une combinaison car l’eau est froide, le surf est une activité très pratiquées au Japon (vers Yokohama, Kamakura et Izu).
45. Faire de la plongée: direction les îles sub-tropicales d’Okinawa
46. Aller à la plage: les plages japonaises peuvent être couvertes de monde en été. Certaines sont très populaires auprès des familles, d’autres plus pour jeunes.
47. Faire du snowboard/ski: le japon a d’excellent spot de ski en hiver (vous vous rappelez les jeux olympiques de Nagano ?)
48. Aller dans un parc d’attraction: les japonais adorent les parc d’attraction, ils ont les plus hauts et les plus rapides du monde
49. Voir des baleines et dauphins: entre janvier et avril il est possible d’admirer ces animaux marins sur les côtes japonaises
50. Prendre le Shinkansen: cher mais ultra moderne et rapide
51. Voir une salamandre géante du Japon, un animal vraiment étrange

salamandre

52. Visiter les parcs nationaux: Avec 28 parc nationaux vous aurez l’embarras du choix. Parmi les plus populaires: Nikko National Park, Fuji-Hakone-Izu National Park (près du mont Fuji), le Chubu Sangaku National Park dans les alpes japonaises, Ise-Shima National Park, Kirishima-Yaku National Park (voir les cedres millénaires)…
53. Se faire masser: le massage est une activité populaire au Japon.
54. Faites un pique-nique: une tradition japonaise l’été, de nombreux barbecues sont organisés près des rivières et dans les parcs japonais.
55. Aller dans un Izakaya: ce sont des pubs qui proposent à boire et à manger dans une atmosphère sociable. Il y en a pour tous les goûts, bon marché ou chers
56. Cuisinez votre propre nourriture: dans certains types de restaurants japonaisvous devez cuisiner vous-même votre nourriture à votre table (du genre okonomiyaki, monjayaki, yakiniku, nabe et shabu shabu). C’est considéré comme une activité sociale.
57. Manger des ramens: un des plats les moins chers, bon et rapide. Les meilleures restaurants de ramen ont généralement plus de gens faisant la queue pour être servis.
58. Manger du Fugu: ne vous inquiétez pas, vous ne risquez pas grand chose et c’est une spécialité japonaise.
59. Manger des okonomiyaki: un genre de crêpe que vous pouvez customiser vous-même avec vos propres ingrédients et griller à votre table (porcs, légumes, fruits de mers etc…)

Pour voir la partie deux, cliquez-ici !

okonomiyaki

Tags: quoi visiter au Japon, que visiter au Japon, quoi faire au Japon, quoi voir au Japon, choses à faire Japon, choses à voir Japon, top choses à faire au Japon, meilleures choses à voir au japon, expériences japon, que voir au japon, que faire au japon, top 100 japon, que voir au japon, top Japon, a voir absolument au Japon, a faire absolument au Japon, que voir japon, ou aller au japon

Voyager au Japon avec un petit budget, comment faire ?

Dans cet article on va s’intéresser au coût d’un voyage au Japon avec un petit budget. Car oui, il est possible d’aller au Japon sans avoir à dépenser trop d’argent. Par contre, plus votre budget sera large et plus vous pourrez en profiter: plus de visites, de sorties dans les bars/boites et autres activités (merci captain obvious).

yen bank notes, currency from japan
1 € = 122 yen (janvier 2013)

Pour ce qui est du logement, de la nourriture et des transports il est possible de s’en sortir pour pas trop cher à condition de ne pas être trop difficile (nuits en dortoirs et nourritures de supermarchés/fast-food). Notez aussi que si vous voyagez à deux, vous ferez des économies sur les nuits d’hotels car vous pourrez partager une chambre et ainsi avoir plus de confort. Cela-dit, la plupart des auberges au Japon de type « backpacker hostel » avec dortoirs sont très confortables et bien aménagées.

Voyons les coûts d’un voyage au Japon étape par étape:

1 – BILLET D’AVION

Certainement votre plus grosse dépense pour ce voyage, l’achat d’un billet d’avion. Pas de solution miracle, à moins d’y aller en stop, votre meilleure option sera d’acheter votre billets plusieurs mois à l’avance. Pour infos j’ai acheté un aller simple Paris-Osaka un mois pile avant mon départ, pour 474 € via Opodo.fr, billet que j’ai trouvé sur le site Kayak.fr qui est un comparateur de vols très pratique.

Je vous recommande donc de faire vos recherche de billet via ce site, mais aussi via Skyscanner.fr, un autre comparateur de vols.

Notez que plus vous êtes flexible sur la date, plus vous aurez de chance de trouver un vol moins cher.

Si vous n’habitez pas Paris, pensez aussi à réserver votre billet de TGV pour l’aéroport de Paris Charles-de-Gaulle dès que vous avez votre date de départ afin de l’acheter à bon prix. Si vous le prenez au dernier moment vous allez raquer !

2 – HOTEL

Pour trouver un hôtel pas cher, vous devrez fouiner sur deux sites très pratiques:

Hostelworld.fr et Hostelbooker.fr. Rester dans une auberge est un très bon moyen pour rencontrer d’autres voyageurs, ainsi que des japonais. La qualité varie d’un endroit à l’autre mais il n’y a pas vraiment d’endroit craignos ou à éviter absolument au Japon. Le seul problème vient des adresses de certaines auberges qui peuvent être difficiles à situer.

Les prix vont de 14 € en dortoir de huit personnes dans un backpacker hostel à Kyoto, à 30-35 € pour une chambre simple toujours en auberge/backpacker hostel.

Mieux vaut réserver à l’avance, en particulier si vous débarquez durant la Golden Week, le Nouvel An ou Obon.

Pour ce qui est des Ryokan, ils coûtent bien plus chers que les auberges dortoirs mais ça fait partie aussi de « l’expérience Japon »: vous trouverez des adresses de Ryokan pas excessivement chers à cette adresse.

Pour ceux qui voyagent en solo et qui veulent rencontrer du monde (et dormir à l’oeil), reste la solution du couchsurfing, qui est un site web mettant en relation des personnes qui proposent un hébergement pour la nuit sur un sofa, un lit ou autre, et des voyageurs cherchant un endroit où dormir. Même si c’est un service gratuit, mieux vaut apporter de la bonne humeur et pourquoi pas payer un coup à boire à la personne qui vous héberge.

3 – TRANSPORT

Pour un séjour de quelques semaine au Japon, en particulier si c’est votre première fois là-bas et que vous voulez visiter un maximum d’endroits, une bonne solution est de prendre un Japan Rail Pass. C’est un forfait qui permet d’utiliser les moyens de transport de la compagnie JR de façon illimité pour une, deux ou trois semaines. Il existe aussi certains pass régionaux, si jamais vous ne voulez pas voir tout le Japon en une seule fois ils peuvent s’avérer économiques. Voilà les tarifs pour le JR Pass (plus d’infos ici) consultez aussi ce site.

  • 1 semaine: 218 €
  • 2 semaines: 351 €
  • 3 semaines: 449 €

Malgré tout, il n’est pas indispensable non plus de partir au Japon avec un JR pass, vous pouvez très bien vous débrouillez avec les bus longues distances low-cost, qui prennent plus de temps que le Shinkansen mais sont tout aussi confortables.

Concernant les transport en ville, certaines auberges louent des vélo, parfois gratuitement. Pensez à vérifier si elles proposent cela au moment de réserver car c’est un bon moyen d’explorer les villes japonaises sans se ruiner en ticket de métro.

(Plus d’infos sur les transports au Japon ici)

4 – NOURRITURE ET BOISSONS

Malgré le fait qu’il soit possible de manger pour vraiment pas cher au Japon, consacrez une partie de votre budget à la nourriture, car c’est une sacré expérience et vous serez tenté de goûter à de nombreux plats. L’idéal étant de connaitre des japonais qui puissent vous emmener dans des restaurants et izakaya sympas et pas trop chers…

Pour ne pas trop dépenser d’argent, la solution la plus simple est de faire vos courses au supermarché: demandez à la réception de votre auberge où trouver des endroits pas chers où manger, ils vous diront où aller. Vous pourrez acheter en supermarché des pack de sushis qui vous feront un repas (autour de 300 yen) ou sinon il est possible de cuisiner vous même dans la cuisine de l’auberge. Notez aussi que vers 20h certains supermarchés proposent des produits à -50%.

Autre solution: les fast-food genre « Yoshinoya », qui proposent des plats genre riz+curry pour pas cher, avec une soupe miso. Il y a d’autres types de fast-food typiquement japonais que vous pourrez tester, genre Mos-Burger.

Enfin, reste les conbini (7eleven, Family Mart, Lawson) où vous trouverez des onigiri à 100 Yen, un genre de boulette de riz renfermant du thon ou du poulet et entourée d’algue sechée (très bon !). Les conbini vendent aussi sandwichs et hot dog mais je ne les ai jamais testé… et les onigiri c’est tellement bon que je pourrais en manger à tous les repas.

Si vous partez l’été, vous serez fortement tenté d’acheter des boissons dans les (très) nombreux distributeurs que l’on trouve partout. Le plus économique est donc d’avoir une grosse bouteille d’eau avec vous que vous remplirez au robinet dans votre auberge.

5 – SORTIES/VISITES

Alors là c’est ce qui va exploser le plus votre budget voyage, surtout si vous aimez sortir et faire la fête. L’alcool coûte cher, donc profitez des happy hour dans les bars où allez vous acheter de l’alcool dans les conbini plutôt.

Concernant les visites, sachez qu’il y a quand même pas mal de choses à voir gratuitement au Japon et que même le fait de se balader dans les rues de Tokyo ou Kyoto constitue une bonne expérience, comme visiter les parcs et temples et se perdre dans les grands magasins pour voir le look parfois surprenant des japonais.

Planifiez exactement les choses que vous voulez faire/voir absolument et mettez-vous d’accord avec votre compagnon de voyage si vous partez à deux sur le budget que vous avez chacun et les choses que vous voulez absolument faire ou voir.

6 – SHOPPING

Pour ramener des souvenirs pas cher direction les Hyaku Hen Shop (ou 100 yen shop). Vous y trouverez tout un tas de babioles pas chères à ramener à Tati Brigitte.

Je vous déconseille par contre tout ce qui est électronique, vous trouverez des prix bien plus avantageux si vous allez à Hong Kong plutôt. Il n’y a pas une si grande différence avec la France et la garantie ne marchera pas en dehors du Japon (sans compter qu’il vous faudra acheter un adaptateur spécial pour la prise). Si vous êtes vraiment déterminer à acheter du matériel électronique au Japon, renseignez-vous bien avant sur les meilleurs prix en France et où l’acheter au Japon.

7 – DERNIER CONSEILS

OUI il est possible de visiter le Japon sans être riche !

Toutefois cela vous demandera plus de préparation et il faudra faire quelques sacrifices. Au minimum, il vous faudra donc un budget grosso-modo de 50 € par jours à condition de dormir en dortoir, manger au supermarché ou dans les conbini et de ne pas trop dépenser en sortie/alcool.

Plus vous planifierez à l’avance, le moins vous dépenserez. Sachez exactement ce que vous voulez voir avant de partir. Pensez à acheter un guide de voyage genre Lonely Planet qui vous sera d’une grande aide pour préparez votre trip au Japon (ou piquez le à un ami et faites des photocopies).

J’allais oublier la solution ultime pour aller au Japon sans dépenser un rond: le WOOFING, qui vous permet de travailler dans des fermes d’agriculture biologique en échange du gîte et du couvert. Ok, c’est à la campagne mais vous n’aurez rien à dépenser et vous serez dans une famille japonaise et rencontrerez d’autres voyageurs ! Le Site HelpX propose aussi la même chose.

Enfin, si vous vous focalisez sur un endroit en particulier et faites peu de déplacement vous dépenserez beaucoup moins (par exemple si vous ne visitez que le Kansai durant votre séjour).

_

Tags: voyage Japon petit budget, budget voyage Japon, quel budget pour partir Japon, budget pour partir au Japon, argent voyage Japon, combien argent japon, combien emmener japon, combien coute voyage japon, combien prévoir argent japon, 

Les transports au Japon: conseils pour se déplacer à moindre coût

Que ce soit en bus, en avion, ferry et surtout en train, vous aurez le choix pour vous déplacer au Japon. Le réseau ferroviaire est très développé entre les quatre îles principales, mais pour vous rendre au centaine d’autres îles vous n’aurez pas d’autre choix que de prendre un ferry ou un avion.

Si vous allez au Japon et souhaitez voir un maximum de chose en un minimum de temps, considérer l’achat d’un Japan Rail Pass, un forfait qui vous permettra de faire des voyages illimités sur le réseau de la Japan Railway. Pensez aussi à obtenir un guide avec tous les horaires du Shinkansen




Deuxième chose: le site Hyperdia sera votre meilleur allié, car il fournit un bon paquet d’infos sur les horaires des transports au Japon, que ce soit l’avion, le bus, le train ou ferry n’importe où dans le pays vous sera très utile pour voyager au Japon.

  1. Voyager en train
  2. En avion
  3. En bus
  4. En ferry
  5. En taxi
  6. En voiture
  7. En métro
  8. En vélo
  9. Faire du stop
  10. Liens

1/ Voyager en train

Le moyen le plus pratique pour voyager à l’intérieur du Japon, qui possède l’un des réseaux ferroviaires les plus développés au monde. Les trains sont à l’heure, et les fréquences nombreuses permettent de se déplacer rapidement et facilement d’une ville à l’autre.

La majorité des services est opérée par Japan Railways (JR). Les trains desservent les principales îles du Japon, de Hokkaïdo dans le Nord à Kyushu dans le Sud. Les trains sont ponctuels, confortables et sûrs. Les connexions entre les lignes sont faciles.

En plus de celle-ci, il y a 15 réseau ferroviaires privées plus petites dans les villes principales et autour et qui offrent la même qualité de service pour des prix similaires, mais dans la plus grande majorité ce sera la compagnie JR que vous utiliserez.

Les billets s’achètent à des distributeurs automatiques ou bien à des guichets à bande verte situés à côté de ces derniers.  ou dans des agences de voyages (ils prennent une commission).

Généralement les trains sont toujours ponctuels au Japon, donc soyez à l’heure ! Les seules choses qui peuvent les ralentir sont les tremblements de terre.

Le Shinkansen (TGV japonais)  propose des liaisons très rapides et nombreuses, des dizaines par jour entre les principales villes du Japon. Un trajet Tokyo-Kyoto (513 km) dure environ 2h15 et coûte 13720 Yen.

Un trajet Tokyo-Osaka (552 km) dure environ 2h45 (14250 Yen). Le Shinkansen est moderne et confortable. Les places doivent être réservées, mais dans chaque train, trois wagons restent disponibles sans réservation pour les voyageurs de dernière minute.




Le Japan Rail Pass 

C’est un forfait qui donne accès à tous les trains de la compagnie Japan Railways (JR) et ce, à travers tout le Japon (à l’exception de certains trains à grande vitesse Shinkansen dont le «Nozomi») pendant une période de 1, 2 ou 3 semaines consécutives. Il est utilisable 24h/24 et 7 jours/7, toute l’année, même s’il est parfois difficile d’avoir un siège dans un train pendant les périodes de vacances (Nouvel an, Golden Week et Obon).

Il permet d’effectuer des trajets illimités sur les lignes du réseau JR et à bord des bus et bateaux du réseau JR (ferries, uniquement pour Hiroshima). Il doit être acheté en France. Impossible de l’obtenir en arrivant au Japon. Il permet aux étrangers d’effectuer des trajets illimités sur les lignes du réseau JR et à bord des bus et bateaux (ferries, uniquement pour Hiroshima) affiliés au réseau JR.

voir les tarifs ici (deux classes disponibles: ordinaire et 1ère classe).

Le Kansai Thru Pass

Autre forfait avantageux, il permet des voyages illimités sur les trains, métros et bus du Kansai (Kyoto-Osaka-Nara). Il s’achète directement au Japon à certains endroits précis (voir la liste ici) et vous devrez présenter votre passeport et remplir une fiche de demande au moment de l’achat. Il est valable pour deux ou trois jours non consécutifs durant sa période de validité (ex: lundi, mardi, vendredi avec le forfait 3 jours). Il permet aussi de bénéficier de réductions sur certains sites touristiques.

Prix:

  • 2 jours: 3800 Yen
  • 3 jours: 5000 Yen
Autres forfaits disponibles (sites en anglais,cliquez sur les liens)

2/ En avion

Le réseau ferroviaire est tellement bien développé au Japon que prendre l’avion est davantage un luxe qu’un nécessité. Ceci dit, c’est la solution la plus simple pour atteindre les îles les plus éloignées du Japon, comme Hokkaido et Okinawa. Voler est aussi un bon moyen de se déplacer à Hokkaido même, vu qu’il n’y a pas de réseau de Shinkansen là-bas.

L’aéroport de Narita à Kyoto reçoit quelques vols domestiques, mais la plupart des vols domestiques partent de Haneda (HND) au Sud de la ville.

De même, alors qu’il y a plusieurs vols domestiques depuis l’aéroport du Kansai à Osaka, la plupart décollent d’Itami (ITM) au Nord d’Osaka. L’aéroport de Kobe accueille aussi des vols domestiques. Les aéroports de Narita jusqu’à Haneda ou Kansai jusqu’à Itami sont assez éloignés dont prévoyez quelques heures pour aller de l’un à l’autre.

Les prix peuvent être assez chers mais il est possible d’avoir une bonne ristourne si vous achetez le billet à l’avance. Les deux plus grosses compagnies aériennes du Japon, Japan Airlines (JAL) et All Nippon Airways (ANA) proposent des pass « Visit Japan » qui permet un certain nombre de vols domestiques dans tout le pays pour 10000 Yen si vous prenez un billet aller-retour au Japon via ces deux compagnies. Ca peut s’avérer être un bon deal si vous devez aller à Hokkaido ou dans les îles éloignées d’Okinawa. Les prix sont aussi moins chers pour les billets des vols domestiques pris à l’avance.

Pour les vols low-cost, AIRDO propose des vols entre Tokyo et Hokkaido (Asahikawa, Hakodate, Memanbetsu et Sapporo) mais leur site en japonais uniquement, tandis que Skymark propose des bons prix entre Tokyo et Fukuoka, Kōbe, Naha et Sapporo et la route Kōbe-Naha et Starflyer déserve Tokyo, Osaka et Kyushu. D’autres sites web où vous pourrez trouver des ristournes sont Skynetasia pour des vols entre Tokyo et Kyūshū, et IBEX Airlines pour les vols entre l’aéroport d’Ōsaka Itami et Sendai, Fukushima, Shonai (Yamagata) et Oita.

3/ En bus

Bus longue distance

Plusieurs bus longue et moyenne distance (chōkyori basu) traversent le pays entre les villes principales. Pour un aller-simple, les bus sont une alternative moins chères que les trains express ou le Shinkansen, même s’ils sont beaucoup moins rapides et peuvent être coincés dans le trafic (Mais confortables: toilettes à bord et même prises de courant pour brancher son pc ou autre). Si vous devez faire plusieurs trajets en revanche, les prix reviennent au même ou sont même moins chers si vous prenez le train.

Un trajet Tokyo (depuis la gare de Shinjuku-JR) à Kyoto dure environ 7h.

Pensez à garder votre billet avec vous tout au long du trajet car le chauffeur vous le demandera quand vous descendrez du bus.

Prendre le bus de nuit peut aussi vous faire économiser une nuit d’hôtel, et les sièges sont inclinables et confortables.

Attention: si vous avez un JR pass, il sera valide seulement sur quelques destinations du réseau JR Highway Bus, en particulier entre Tokyo et Osaka, Tokyo et Kyoto, Nagoya – Osaka, Sapporo-Otaru…

Les bus de la compagnie JR sont les plus simples à utiliser pour les touristes car on peut les acheter directement aux guichets de la compagnie JR mais pas aussi bon marché que les bus des compagnies low-cost; attention, ceux-ci peuvent démarrer non pas depuis la gare routière principale mais depuis la rue juste à côté.

Pour tous les horaires et prix visitez le site du Japanese Bus Network.

Le Japan Bus pass de la compagnie Willer express permet les meilleures réductions sur les trajets dans tout le pays, un bon plan pour les voyageurs fauchés. En plus vous pouvez réserver votre billet sur internet (site en anglais). Ce pass est disponible en version 3, 4 ou 5 jours non consécutifs. L’avantage de Willer est leur système de réservation, très facile en effet, et la gamme de prix en fonction du confort souhaité (il existe ainsi des sièges presque « privatisés »). Attention cependant, il n’existe généralement pas d’arrêt « en dur » ; il faut bien imprimer le plan de l’endroit d’où part le bus lors de la réservation. Prévoir donc suffisamment de temps avant le départ.

Où acheter les billets:

Les billets de bus s’achètent dans les gares routières, par téléphone (en japonais), dans les conbini (avec un terminal en japonais), via une agence de voyage ou en ligne. Willer Express propose des réservations en ligne en anglais, alors que les tickets de la JR Highway peuvent être acheté directement à des guichets dans les gares de la JR partout au Japon.

Pensez à prendre votre carte d’étudiant pour bénéficier d’une remise. Le prix sera aussi moins cher si vous réservez à l’avance votre billet.

Bus locaux

A Tokyo ou Osaka vous n’aurez certainement pas besoin de prendre un bus local mais dans les villes de taille moyenne comme Kyoto c’est un bon moyen de voir les sites touristiques. Les prix dépendent de la distance à laquelle vous voyagez.

Vous devez payer à l’intérieur du bus: quand vous rentrez dedans par l’arrière, une machine distribue des papiers avec un numéro. Quand vous devez descendre, pressez le bouton stop et vérifiez combien vous devez payer. Vous devez sortir par l’avant du bus et mettre le change exact dans la caisse à côté du chauffeur (des machines donne du change si vous n’avez pas de pièces). Sinon il est aussi possible d’utiliser des cartes à puce que vous devez scanner en entrant et sortant du bus.

Les arrêts de bus sont annoncés par le chauffeur, et si vous avez peur de vous tromper n’hésitez pas à lui demander de vous prévenir quand vous êtes à destination.

Le pass Sun Q

La compagnie Sun Q propose un pass valable uniquement à Kyushu et Shimonoseki pour un nombre illimité de trajet, pour une durée de 3 à 4 jours consécutifs. Celui-ci est valable pour les bus locaux et longue distance et peut vous emmener presque n’importe où à Kyushu et Shimonoseki. Il est vendu au Japon et c’est une alternative intéressante au Kyushu rail pass proposé par JR Kyushu. Plus d’infos ICI.

4/ En ferry

Un des moyen de transport les plus plaisant à travers l’île est par ferry, et ça peut même s’avérer bon marché.

Le réseau de ferry est très développé vu que le Japon est composé de milliers d’îles. Les quatre îles principales sont reliées par des ponts et tunnels mais pour vous rendre sur les îles plus petites (Okinawa par exemple) il vous faudra prendre le ferry.

La seconde classe est plutôt confortable donc il n’y a pas vraiment de raison de débourser plus pour voyager en première classe.

Sur les ferry de nuit, les billets les moins chers vous donnent droit de dormir par terre sur un tatamis dans une grande salle commune avec d’autres voyageurs. Ils sont très bon marché comparé au trajet en train ou avion pour la même destination. Les billets de première classe vous donne droit à un siège pour dormir, et avec ceux de la classe spéciale vous avez droit à une cabine privée. Vous pourrez aussi prendre avec vous une moto ou vélo (il faut payer un petit supplément pour le vélo), ou même une voiture.
Les horaires varient selon les périodes et le climat, donc mieux vaut consulter une office du tourisme locale pour être sur du prix et des horaires.

Les routes les plus courtes sont déservies par des ferry de petite taille pour une douzaine de passagers alors que sur les routes les plus importantes ce sont des ferry énormes, bien équipés (restaurant, etc..)

Les billets pour le ferry peuvent être achetés par internet, par téléphone ou directement au terminal du ferry, ou alors via une agence de voyage. Généralement le personnel parle anglais.

Vous pouvez aussi prendre le ferry jusqu’en Chine, Taiwan et la Corée du Sud.

5/ En taxi

Les taxis japonais sont propres, surs, et leurs chauffeurs les plus polis du monde. Peu de chauffeurs parlent anglais donc il vaut mieux avoir avec vous une carte de l’hôtel ou de nom en japonais de l’endroit où vous souhaitez aller. Demandez au staff de votre hotel ou auberge de vous écrire sur un papier le nom de l’endroit où vous souhaitez vous rendre afin de le montrer au chauffeur de taxi pour qu’il vous y emmène.

Le prix de la course est assez cher (encore plus la nuit) et débute entre 640-710 Yen puis augmente après les deux premiers kilomètres. Si vous n’êtes pas sur d’avoir assez pour la course, demandez au chauffeur qui saura vous dire combien elle coûtera à peu près.

Si le voyant rouge situé dans le coin inférieur gauche du pare-brise est allumé, cela signifie que le taxi est libre. Attention, les portes arrières du taxi sont contrôlées par le chauffeur et s’ouvrent et se ferment automatiquement.

Les pourboires ne sont pas choses courantes et seront probablement refusés.

6/ En voiture

Ce n’est pas la solution la plus simple ni la plus économique mais c’est faisable, et vous permet de sortir des sentiers battus (en particulier à Hokkaido). Conduite à gauche et boite automatique au programme. Les indications dans les rues et sur les routes sont affichées en japonais avec des traductions en caractères romains. Sur les grands axes, idem ; mais sur les routes secondaires les panneaux sont exclusivement en japonais. La vitesse est limitée entre 40 (sur des petites routes) et 80 en campagne.

Pour utiliser les voies express il vous faudra payer une taxe assez chère (plus qu’un billet de train),  mais plein de routes sont gratuites et l’essence est généralement moins chère qu’en France. Les prix de la location de voiture varient d’une agence à l’autre et démarrent généralement à 5000Yen pour les premières 24 heures pour le modèle de voiture le plus petit, avec 1000 Yen d’assurance. Durant la Golden Week, Obon et le nouvel an, le prix augmente.

Allez sur le site de ToCoo! Travel pour voir les tarifs de location de voiture via cette agence.

Il faut avoir un permis de conduire international accompagnés d’une traduction en japonais ainsi que votre permis français, qui s’obtient auprès des ambassades de France au Japon.

Plus d’infos sur le site de la JAF(Japan Automobile Federation).

7/ En métro

Mieux vaut utiliser le métro dans les grandes villes, très moderne et efficace. Pensez juste à évitez les heures de pointe pour ne pas vous retrouver entassé dans la foule.

Certains wagons sont réservés aux femmes uniquement (indiqués en rose « women only ») donc faites attention où vous allez.

Les billets doivent être acheté à des distributeurs automatiques, et la tarification dépend de la distance et du nombre de stations. À l’entrée des stations de métro se trouvent des distributeurs de tickets, accompagnés d’un plan indiquant le montant requis pour chaque destination avec le nom écrit en anglais à côté. Les noms des stations sont annoncés en japonais et en anglais. Vous trouverez un guichet d’information à chaque station. Si vous vous perdez n’hésitez pas à demander votre chemin à quelqu’un.

Prix: Le montant minimum d’un trajet est de 160 yens (130 yens sur la ligne Yamanote). Le ticket doit être validé à l’entrée et est demandé à la sortie. Si l’on décide de prolonger le trajet en cours de route, il est possible de payer le supplément à la sortie.

Il y a différents types de forfaits à la journée, sur toutes ou certaines lignes en particulier.

8/ En vélo

Les vélos (jitensha) sont très utilisés au Japon dans la vie de tous les jours, par tout le monde, que ce soit pour aller à l’école, au boulot, à la gare, récupérer les gamins après l’école etc…

Même si circuler à vélo peut sembler galère en ville à cause du trafic, c’est certainement le moyen le plus économique et le plus simple pour vous déplacer dans les petites villes et la campagne. Hokkaido, en particulier, est un endroit parfait pour les cyclistes grâce à un paysage superbe et un bon réseau de logement pour les cyclistes, pas trop cher.

Dans beaucoup d’endroits vous pourrez louer des vélo, notamment près des gares. Quelques villes proposent aussi des vélos gratuit à l’utilisation (renseignez vous auprès des offices de tourisme). Les auberges de jeunesses/backpacker hostels peuvent aussi louer des vélos, soit gratuitement soit moyennant une petite participation. Vérifier bien l’état du vélo avant de vous lancer sur les routes japonaises.

Si vous préférez en acheter un neuf, comptez environ 20000 yen, mais à ce prix là vous n’aurez qu’un vélo tout simple pour vous déplacer en ville. Si vous voulez un VTT ou si le vélo est vraiment votre passion, envisagez d’emmener le votre avec vous au Japon.

Même si le Japon est un pays sure, le risque de vol existe. Chaque vélo est donc supposé être enregistré auprès de la police moyennant une petite somme d’argent.

Si vous achetez un vélo en magasin, le vendeur s’occupera lui-même de l’enregistrement mais si vous l’achetez d’occaz il vous faudra faire ça vous même et aller au Koban (poste de police japonais) pour le changement de nom de propriétaire. Vous en trouverez d’occasion pour 10000 Yen environ, gardez un oeil sur les forums franco-japonais pour voir les bonnes affaires ou sur gaijinpot.

La plupart des vélos sont équipés d’un cadenas basique, mais mieux vaut utiliser un antivol pour l’attacher quelque part. Ils disposent aussi d’un panier à l’avant, d’une béquille, et une vitesse.

Si vous voulez prendre votre vélo avec vous dans un bus ou un train il vous faudra le mettre dans un sac de transport spécial et payer un supplément de 270 Yen (mais ils ne vérifient pas tout le temps).

Même si vous êtes supposé utiliser les route et pas le trottoir, vous verrez de nombreux japonais roulez dessus quasiment tout le temps.

Il y a aussi des emplacements réservés au vélo ou vous devrez payer à l’heure pour le garer. Vous verrez aussi parfois des vélos garés n’importe comment, mais ils peuvent être enlevés par les autorités locales et il faut le récupérer en payant une amende.

9/ Faire du stop

Le moyen de transport qui va faire la différence entre un voyage sympa et un voyage unique: ce sera l’occasion de rencontrer des japonais et de vous retrouver dans des situations intéressantes. Bien sur c’est l’option la moins cher (gratos !)

Ajouter à cela du camping et vous êtes paré pour visiter le Japon à moindre coût. Votre seul ennemi sera la pluie.

Comment faire ?

Le mieux est de s’éloigner des centre villes pour se diriger vers les stations services près des péages vers les autoroutes.
Même si vous pouvez le faire n’importe où dans le pays, il parait que ce serait plus facile à Hokkaido ou les habitants prennent les gens en stop sans problème.

Ca peut sembler être un sacré challenge mais le Japon est un pays sure et où il est simple de faire du stop, et dans certains endroits éloignés ça sera le seul moyen de vous déplacer. C’est un super moyen de rencontrer des locaux, qui seront certainement content de voir un gaijin (français en plus) et y verront une opportunité pour pratiquer leur anglais ou taper la discussion.

Tant que vous n’avez pas l’air d’un hippy dégueulasse, vous ne devriez pas attendre 2 heures au bord de la route. Le mieux est encore d’avoir un carton avec le nom de l’endroit où vos souhaitez aller écrit en kanji. Emportez des petit cadeau avec vous genre cartes postales, bonbons haribo ou des autocollants de la tour Eiffel à distribuer afin de montrer votre gratitude.

Emportez avec vous une carte et un appareil photo et ne soyez pas timide, essayez de discuter et dites d’où vous venez, parlez de votre famille, pourquoi vous êtes au Japon…

10/ Liens