Étiquette : vivre au Japon

Que ramener du Japon

Que ramener du Japon: quelques idées de souvenirs à rapporter

Vu que je suis en plein en train de préparer mon départ, voyons ensemble les souvenirs et cadeaux que vous pouvez rapporter d’un voyage au Japon.

Ici vous n’aurez pas de problèmes pour trouver des trucs à acheter vu que les japonais sont des accros au shopping et que tout est ouvert à n’importe quelle heure ou presque.

Pensez à prendre votre passeport avec vous si vous avez l’intention d’acheter du matériel électronique au Japon, vous pourrez acheter vos produits hors-taxe (8% en moins quand même !) à condition de présenter votre passeport, avec un visa touriste. Désolé ça ne marche pas si vous êtes en visa working holiday ! ou alors demandez à un pote en visa touriste de l’acheter pour vous.




Quoi rapporter du Japon en cadeau ou souvenir ?

Sortez un stylo et un bloc note, c’est parti pour la shopping list de souvenirs du Japon:

Des kit-kat: il y en a au thé vert ou a des goûts introuvable en France. En plus ils sont vendus dans des petits sachets individuels donc vous pourrez les distribuer à vos amis.

Que ramener du Japon

Toujours dans le rayon bouffe: des poissons séchés, à faire goûter à vos amis.

Un maneki-neko: ils sont utilisés dans les magasins pour attirer la bonne fortune, on en trouve des sympas et pas trop gros à acheter parfois.

Des serviettes en coton avec des motifs variés, avec diverses utilisations…

Que rapporter du Japon

Des éventails et autres objets souvenirs qu’on peut trouver dans les 100 Yen shop du genre poteries japonaises, baguettes…. Allez à Daiso, une grande chaîne de magasins où tout est à 108 Yen, vous trouverez certainement votre bonheur là-bas.

quoi rapporter du Japon Quoi ramener du Japon

Des vêtements: vous trouverez des tee-shirts et des fringues sympas, de bonne qualité et pas chères dans les magasins Uniqlo. Attention aux tailles.

Vous pouvez aussi ramener un Kimono ou un Yukata, certains sont vendu en occasion pour vraiment pas chers si vous allez à Kyoto ou du côté de Denden town à Osaka, dans les petites rues parallèles.

Du thé vert ou autres aliments à base de thé vert (petits gâteaux par exemple). A Osaka, allez à Donkijote à Dotombori. Vous y trouverez plein de souvenirs à base de thé vert. N’oubliez pas non-plus les accessoires pour thé vert, le fouet en bambou et le bol pour le déguster.

Des figurines d’anime: One Piece, Naruto, Evangelion… encore faut t-il s’y connaître, mais les prix sont bien moins élevés qu’en France. Vous trouverez votre bonheur à Denden Town à Osaka.

J’aime bien aussi les figurines et objets marrants style porte-clé qu’on peut acheter dans les Gashapon machines (les toy capsule), ça coûte entre 200 et 400 Yen mais on obtient un objet au pif.

Des mangas: encore faut-il lire en japonais mais il y a du choix !

Toujours dans les bouquins, vous trouverez des livres d’apprentissage du japonais en librairie, ainsi que des dictionnaires franco-japonais et autres livres pratiques pour étudier le jap’ (la plupart en anglais par contre mais certains sont introuvables en France).

Des couteaux et autres ustensiles de cuisine: à Osaka, vous trouverez tout ça à Doguyasuji, une grande rue couverte où les restaurants d’Osaka viennent se fournir en matériel. Vous y trouverez de nombreux souvenirs dont des couteaux, poteries et baguettes, mais aussi des faux aliments en plastique que les restaurants mettent à l’extérieur.

Des boîtes à bento: sympa et pratique.

Des accessoires uniques que vous ne trouverez pas en France: allez dans les magasins Loft, Tokyu Hands et surtout à Donkijote si vous voulez ramener des trucs bien débiles genre déguisements d’écolière.

Des sex-toy: achetez du made in Japan ! les Tenga sont des accessoires pour mecs qui servent à s’amuser tout seul. Vous en trouverez aussi dans les pharmacies.

De l’alcool: sake, bière, chuhai, nihonshu… si vous n’avez pas le temps de faire les supermarchés allez dans n’importe quel combini et vous trouverez ce qu’il faut.

Des goodies Gibli: si vous êtes un fan de Totoro, le Chateau dans le ciel et autre anime culte des studios Gibli vous trouverez des goodies à acheter à Kyoto et à Osaka (peluches, statuettes etc…)

Du matériel photo: cliquez-ici pour voir où acheter du matériel photo d’occasion à Osaka. Pour les objectifs pas de problèmes de compatibilité mais attention si vous achetez un appareil photo, les menus peuvent être en japonais uniquement (surtout les SONY et PANASONIC, NIKON et CANON proposent la plupart de leurs appareils en anglais/japonais). Pensez à prendre votre passeport au moment de l’achat pour l’avoir en détaxé.

Des consoles et accessoires de jeux vidéos: les consoles Sony ne sont pas zonés pour les jeux, d’ailleurs j’ai acheté ma PS4 et ma PS Vita ici et j’ai les menus en français, anglais etc… En revanche attention, les consoles Nintendo ne sont PAS compatibles avec les jeux français. Par contre vous pourrez acheter des accessoires pour vos consoles (manettes, protection…).

Des WC Japonais (ou ‘Washlet’): environ 30000 Yen dans les Yodobashi Camera, Bic Camera et Labi. Pareil que le matos électronique, vous pouvez acheter en détaxé à partir de 10000 Yen d’achats.

Des chaussettes avec orteils (vous voyez ce que je veux dire ?): faites attention à la taille, celles vendu en 100 Yen shop sont trop petite pour mes pieds taille 43.

quoi acheter au Japon

Des lanternes en papier: vous en trouverez aussi dans certains 100 Yen shop dont Daizo.

Une statue de Tanuki: pour ramener à tonton Lucien pour qu’il le mette à côté de ses nains de jardin.

Des masques en plastique: vous en trouverez durant les festivals ou en magasins, plutot marrant comme cadeau je trouve: masques de power rangers, pikachu, evangelion….

Voilà, je crois qu’on a fait le tour des principaux cadeaux souvenirs à ramener du Japon.

Où acheter des souvenirs au Japon ?

A Kyoto vous trouverez plein de magasins de souvenirs vers Gion, et dans la grande rue qui mène vers Kiyomizu-dera.

A Osaka, allez vers Dotombori. Vous y trouverez des magasins de souvenirs et un DonQuijote le long du Canal, avec plusieurs étages rempli de souvenirs, gadgets et fringues japonaises. Il y a aussi un DonQuijote à Umeda, plus spacieux je trouve.

Pour l’électronique (jeux vidéo) et goodies d’anime allez à DendenTown (Métro: Nippombashi Station).

Pour du matériel électronique neuf, allez à Yodobashi Camera (à Umeda), Bic Camera et Labi (Namba). Pensez bien à prendre votre passeport.

Pour les mangas, vous pouvez aller dans les différents Book-off mais c’est de l’occasion. Vous y trouverez aussi des jeux vidéos, consoles, DVD, Blueray, et même des fringues.

Pour la bouffe, allez à Takashiyama (Namba), les supermarchés Super Tamade (un peu partout à Osaka) ou alors à Q’s Mall Tenoji (Tenoji Station, pas loin du quartier backpacker de Dobutsuen Mae).

Pour les vêtements vous trouverez des Uniqlo un peu partout, sinon allez à Shinsaibashi suji à Osaka pour tout ce qui est fringue et mode japonaise (c’est la grande rue couverte qui mène au Nord juste après le pont de Dotombori).

Pour les objets et accessoires à 108 Yen, allez dans chez Daiso.

Enfin, pour les cadeaux de dernière minute allez à Family-Mart ou 7Eleven, vous trouverez bien un truc à rapporter.




Récapitulatif:
  • Kit-kat
  • Bouffe
  • Maneki-Neko
  • Serviette en coton
  • éventails
  • Poteries
  • Vêtements
  • Kimono/Yukata
  • Thé vert + accessoires
  • Figurines d’anime
  • Toy Capsule
  • Mangas & livres d’apprentissage du japonais
  • Couteau
  • Baguettes
  • Boîte à bento
  • De l’alcool
  • Goodies Gibli/anime
  • Matériel Photo
  • WC Japonais
  • Consoles de jeu+accessoires
  • Lanterne en papier
  • Masque en plastique
vivre au Japon

Vivre au Japon: comment faire ?

vivre au Japon

Vous rêvez d’aller vivre au Japon pour quelques semaines, quelques mois voire plusieurs années, mais vous ne savez pas comment vous y prendre… ça tombe bien, ce guide est fait pour vous.

Tout d’abord on ne peut pas débarquer au Japon les mains dans les poches. Pour commencer, il vous faudra un passeport, un billet d’avion pour vous y rendre et un billet pour en repartir (pas obligatoire cependant). Vous ne pourrez donc pas rester sur le territoire japonais indéfiniment.

Si vous venez pour la première fois au Japon, on collera dans votre passeport un autocollant qui vous indiquera jusqu’à quand vous pouvez rester sur le territoire. Il s’agit d’une autorisation de rester sur le territoire japonais (mais tout le monde appelle ça un visa touriste), qui vous permet de rester trois mois au Japon, plus précisément 90 jours.  Vous devrez donc partir avant la date limite indiquée sur cet autocollant.




Vivre au Japon visa Ce visa ne vous permet PAS de travailler au Japon, cela dit vous pouvez en profiter pour voyager, visiter et si c’est votre objectif chercher des opportunités de boulots, ou voir si vous êtes capable de vous adapter à la vie au Japon. Donc si vous voulez absolument vivre au Japon, je vous recommande de venir passer trois mois en visa touriste. Vous verrez si ça vous plait autant que vous l’avez rêvé.

Autres points importants qui vous aideront à pouvoir rester au Japon: vos compétences en langue japonaise, vos diplômes et enfin vos compétences. Vous êtes doués en pâtisserie ? boulangerie ? menuiserie ? ou vous avez un autre savoir-faire bien français ? ça pourra jouer en votre faveur.

Quelles sont donc les autres solutions pour rester plus longtemps au Japon ?

Il existe une vingtaine de visa pour vous aider à rester au Japon. Voici les solutions les plus courantes:

1 – Quitter le Japon quelques jours (en Corée du Sud, à Taiwan…) puis revenir pour faire un second visa touriste

Certains gaijin font ça: ils prennent un billet d’avion vers la Corée ou Taiwan, y passent quelques jours puis reviennent au Japon. On leur redonne un second visa touriste à l’arrivée, et c’est reparti pour plusieurs mois au Japon.

Attention, vous ne pouvez pas faire ça indéfiniment sinon l’immigration verra votre manège et vous serez interdit de territoire. A faire en cas d’urgence donc.

Autre solution: faire rallonger la durée de son visa touriste au bureau de l’immigration le plus proche. Apparemment il faut une raison valable pour pouvoir faire, donc à essayer…

2 – Faire un working holiday visa

La solution la plus simple pour voyager et vivre au Japon pendant un an. Vous pourrez chercher du travail légalement, voyager ou bon vous semble, et pourquoi pas profiter de cette année pour trouver un taf qui vous permettra d’obtenir un visa de travail ou vous marier.

3 – Faire des études au Japon

Une bonne option pour rester au Japon. Vous pourrez bosser à côté mais les cours peuvent vous bouffer pas mal de temps.




4 – Travailler pour une boîte japonaise

Si vous réussissez à obtenir un visa de travail, bingo ! Le visa de travail est valable quatre ans mais vous devrez bosser au minimum un an pour la boîte qui vous a embauché.

5 – Se faire envoyer au Japon par sa boîte française

Pareil, il faut avoir du bol et un certain niveau de compétences. Ce n’est pas la solution la plus facile si vous voulez vivre au Japon je dirais.

6 – Monter un business au Japon

Il faudra avoir une grosse somme d’argent à débourser, mais si vous avez les moyens de monter une crêperie à Osaka…

7 – Le visa culturel

Aussi appelé ‘Visa Activité Culturelles’. Il permet de rester un an au Japon à condition ‘d’étudier’ (quelques heures par semaine) le karaté, l’aïkido, la calligraphie japonaise, l’ikebana (l’art floral)… bref n’importe quel savoir-faire japonais. Pas mal de gaijin que je connais l’utilise pour rester au Japon.

8 – Se marier

La solution ultime à condition d’être désespéré ou d’avoir trouvé l’âme sœur au Japon, se marier. Réfléchissez bien avant de sauter le pas car les différences culturelles avec les japonais peuvent être importantes (voir ici) .

Voilà, j’espère que ces quelques idées vous donneront des pistes pour réaliser vos projets de voyages ou de séjours à long terme au Japon.

Pour plus de détails sur les visa, allez sur le site de l’ambassade du Japon en France. Il y a tous les détails et les listes de papiers à fournir pour obtenir un de ces différents visa. Merci de laisser un commentaire si vous avez des conseils ou s’il y a des points à ajouter/modifier.

Si vraiment vous êtes désespéré de vivre au Japon, vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec un avocat qui parle anglais au Japon et qui pourra vous aider dans vos démarches (un pote à moi à commencé à le faire d’ailleurs). Vous trouverez des adresses d’avocats dans les magazines pour gaijin genre Kansai Scene.

Acheter vélo Japon

Acheter un vélo au Japon: le guide

 

Le vélo est un moyen de transport très populaire au Japon, en particulier à Osaka. Vous aurez l’occasion de vous en rendre compte très rapidement: attention si vous êtes piéton à ne pas rester au milieu du trottoir ! car à Osaka les piétions et les vélos se le partage.

Vous verrez toute sortes de vélo à Osaka: VTT, vélos de course, mini-vélo, et les bicyclettes qui sont les plus courantes.

Rouler à vélo fait partie des 10 trucs que j’aime le plus au Japon.




Où acheter un vélo ?

En japonais, vélo se dit ‘Jitensha’ mais à Osaka on emploi le mot ‘chali’, parfois ‘mamachali’ pour désigner les bicyclettes avec un panier à l’avant (des vélos de mémères en gros).

Vous n’aurez aucun mal à trouver des magasins de vélo d’occasions, surtout si vous traînez au Sud de Namba. Ils plutôt très bon marché: environ 6000 yen avec la registration. En effet, vous aurez besoin de vous enregistrer auprès de la police: votre vélo aura alors un autocollant orange avec un numéro attribué à votre nom. En général c’est le magasin qui s’occupe de la registration, ça prend deux minutes le temps de remplir une fiche avec vos coordonnées (utilisez l’adresse de votre hôtel et son téléphone). Il vous faudra aussi votre passeport, et 600 yen.

Vous pourrez également acheter des vélos neufs à Bic Camera à Namba.

Où louer un vélo ?

Vous trouverez des magasins de location de vélo dans les lieux touristiques, généralement près des gares. Les hôtels de style auberge/backpacker en propose à la location (parfois gratuitement).

En général la location coûte autour de 500 yen de l’heure, 800 yen la journée. Ce sont les prix pratiqué à Kyoto par exemple. Il vous faudra également présenter votre passeport, et il faut parfois payer une caution.

Customiser son vélo

Si vous avez la bonne idée d’acheter un vélo, je vous recommande d’opter pour le mamachali. Ce sont des vélos avec une seule vitesse mais c’est suffisant ici, car c’est très plat. Ils disposent d’un panier, très pratique, ainsi que d’un porte bagage qui vous permettra de transporter quelqu’un (de préférence pas trop lourd!).

Vous pourrez ensuite le customiser avec des accessoires qu’ils vendent à Daizo ou dans les 100 Yen shops, à commencer par l’accessoire ultime: le porte boisson. Très pratique pour mettre votre café ou votre bière.

acheter vélo au Japon

Un truc aussi à avoir tout le temps sur son vélo est un petit chiffon que vous coincerez sous la selle, pour l’essuyer s’il a plu.

Si vous pensez ramener quelqu’un sur le porte bagage, mettez un morceau de carton par dessus. Ça sera plus confortable pour votre passager.

Enfin, je vous recommande aussi d’acheter un cadenas pour attacher votre vélo afin que la fourrière ne vous l’embarque pas.

Les lois à respecter en vélo

Vous verrez rapidement que c’est l’anarchie en vélo à Osaka: les piétons et les vélos se partagent le trottoir, personne ne porte de casque, les gens roulent à contresens, à 20 centimètres des voitures en checkant facebook sur leur smartphones…

Vous verrez aussi que personne ne tend le bras pour indiquer ou il tourne, et ils n’utilisent jamais leur sonnette de vélo.

Attention où vous vous garez: même si vous verrez beaucoup de vélo garé à l’arrache méfiez vous car la fourrière circule souvent ! l’idéal est d’éviter les grandes routes pour se garer dans les petites rues parallèles, et pensez à attacher votre vélo à quelque chose de fixe avec un cadenas. Plutôt que de prendre votre vélo ils mettront un papier de rappel à l’ordre dessus.

Attention aussi, certaines rues sont interdites au vélo: c’est le cas à Kyoto et dans certaines rues commerçantes d’Osaka (vous devrez marcher à côté).

Même si la circulation en vélo semble bordélique, faites attention au flics car ils n’hésiteront pas à vous embêter à la moindre occasion ! donc gardez les yeux ouverts. D’après ce que j’ai compris il faut obligatoirement avoir une lumière d’allumée le soir et c’est interdit d’avoir quelqu’un sur son porte bagage (mais tout le monde le fait).

Malheureusement vous ne pourrez pas prendre votre vélo dans le métro, à condition que ça soit un mini-vélo pliable.

Les endroits à visiter en vélo à Osaka

Tous les coins d’Osaka sont accessibles en vélo, mais certains endroit sont particulièrement fun à faire en deux-roues:

  • Le château d’Osaka et son parc
  • Vers Sakuranomiya (au Nord du Chateau), le long de la rivière
  • Vers Nakanoshima
  • Jusqu’à Nagai Park (un peu loin mais sympa)
  • Explorer le Sud de Namba (vers Dobutsuen mae/Shinimamiya)
  • Le long de la rivière Yodogawa, au Nord d’Umeda.
Dernier conseils
  • Un truc que je recommande si vous avez l’intention de vivre à Osaka: acheter un vélo à Kyoto et le laisser sur place pour quand vous déciderez d’y aller en week-end. En effet, les transports en commun sont compliqué à Kyoto et ça vous fera économiser de l’argent. Il faut juste trouver un endroit sur ou le laisser à chaque fois.
  • En un an, mon vélo a été embarqué une seule fois par la fourrière. Pour le retrouver, regardez les panneaux à côté de là où vous l’avez laissé. Il devrait y avoir une carte avec une adresse vous indiquant ou aller. Si vous n’êtes pas sure, demandez à des potes japonais. En général les parking de fourrières se trouvent sous les ponts. J’ai du payer 2500 yen pour récupérer le mien.
  • Si votre vélo n’est plus à l’endroit où vous l’avez laissé, ne paniquez pas: regardez un peu plus loin. Parfois les vendeurs de conbini ou les boutiques les changent de place pour avoir de la place devant leur magasin.
  • Louez ou acheter un vélo à Kyoto. C’est vraiment le meilleur moyen de découvrir la ville et ses endroits cachés.
Liens




job français japon

Travailler au Japon: mes conseils pour trouver du boulot

A moins d’avoir déjà un travail qui vous attend à l’arrivée, en particulier si vous avez une compétence dans un domaine précis (genre boulanger, pâtissier, etc…) vous devrez chercher un emploi vous-même en arrivant au Japon.

Je vous rassure, contrairement à l’Australie ou tout le monde se barre en working holiday visa, je n’ai jamais rencontré de voyageurs qui soit en grosse galère de boulot au Japon. Par contre, les salaires minimum sont très bas ici (environ 800-900 Yen). Les méthodes qui s’appliquent en France pour chercher du boulot marchent ici aussi.




Bref rien d’exclusif ici, juste un rappel pour y voir plus clair avant de venir au Japon:

1 – Sur internet

Il y a plusieurs sites web qui peuvent vous aider à trouver du travail au Japon, vous en trouverez plusieurs dans la section liens utiles de Japanoob.

Essayez également ceux-ci:

Si vous devez mettre une annonce en ligne pour un taf de prof, faites très attention à la présentation: parlez de vos passions (voyages, ciné…), soyez précis sur vos heures de disponibilités et possibilités de déplacements.

2 – Le bouche à oreille / les contacts

Vous connaissez le pote à un pote qui a un ami qui recherche quelqu’un pour bosser dans son restau ? très bien ! Le bouche à oreille fonctionne bien ici (ça a marché pour moi). L’idéal est de fréquenter les soirées où vous pourrez rencontrer d’autres français et vous faire des contacts.

Plus vous connaîtrez de monde et plus vous aurez de chance de trouver un emploi. Donc, ne snobez pas les français et faites vous des cartes de visites !

3 – Aller poser des CV directement

Dans les restau ou les écoles de langue par exemple, ça peut être un bon moyen de trouver du taf. Faites un CV en anglais et en français.

4 – Dans les magazines

Si vous êtes à Osaka, regardez dans le Kansai Scene (vous pourrez aussi le lire en ligne). Vous le trouverez dans les hôtels/auberges pour gaijin.

D’autres idées ? Des précisions ? Laissez un commentaire.

Quelques conseils
  • Faites attention à votre apparence. Achetez un costard si vous n’en avez pas un, et n’allez pas à un entretien d’embauche avec une coupe de cheveu de hippie.
  • Faites des cartes de visite avec nom, adresse email et numéro de téléphone. Tout le monde a des cartes ici.
  • Les diplômes universitaires: ça peut faire la différence si vous voulez avoir un boulot de prof, car ils veulent en général des bacs +3/+4.
  • Étendez vos recherches ailleurs qu’à prof de français/serveur dans un restau. Il y a plein de boîtes qui recherchent des gaijin pour autre chose que ces métiers là. Pourquoi ne pas être mannequin ? distribuer des flyers ? devenir barman ?
Travailler au Japon: mon expérience

Pour ceux qui ont lu tous mes bilans de working holiday mois après mois vous avez déjà la réponse, pour les autres, j’ai été d’abord serveur dans un restaurant français puis prof de français privé, et enfin prof de français dans deux écoles de français (à temps partiel).

Mon premier boulot, je l’ai trouvé dans la rue deux jours après être arrivé en voyant une affiche qui disait ‘recherche personnel français’ (voir photo au dessus). J’y suis resté trois mois car le patron m’a saoulé et le taf était mal payé. Puis j’ai commencé à donner des cours privés de français. J’ai trouvé la majeure partie de mes étudiants via le site ‘enjoy lesson’, puis j’ai été contacté par les directeurs de deux écoles qui avaient besoin de quelqu’un pour enseigner le français et qui ont trouvé mon adresse email  via enjoy lesson. Voilà comment j’ai fini par bosser dans des écoles de langue.

Entre temps, j’ai aussi aidé à un déménagement (très bien payé) et j’ai eu d’autres idées de boulots que des potes m’ont proposé mais que je n’ai pas fait.

Bref, je dirais que si vous êtes flexible, connaissez les bonnes personnes et avec un poil de chance, vous trouverez du boulot au Japon sans problème.

Merci de laisser un commentaire pour partager votre expérience de recherche de travail au Japon.




français au japon

10 trucs que j’aime au Japon et qui vont me manquer

Après le top 10 des choses que je déteste au Japon (cliquez-ici pour le lire), voyons désormais le top des choses que j’aime le plus ici et qui vont me manquer.

1 – Les combini

Conbini Japon

 

Un grand classique, aimé de tous les gaijin qui viennent au Japon. Ouvert H24, on peut y acheter à bouffer, des magazines, des boissons, des glaces, retirer de l’argent (merci 7eleven). On peut aussi y imprimer des documents, ce qui est pratique quand on donne des cours de français. Ce sont aussi les rares endroits d’Osaka où vous trouverez des poubelles. Family Mart, 7Eleven, Lawson… je vous aime !

2 – Les distributeurs de boisson

Distributeurs japon

Au début je trouvais ça complètement débile de mettre autant de distributeurs partout, mais j’ai compris: ils servent à survivre à l’été. Combien de fois je me suis jeté dessus aux mois de juillet/aout, pour acheter ma boisson préférée… et ils ne sont pas forcément chers.

3 – La sécurité

sécurité Japon

Un plus énorme: la sécurité. Bon ce n’est pas non plus safe à 100% mais par rapport à la France c’est le pays des bisounours. Pas de problème pour dormir dehors, en pleine rue (déjà fait). Pas de pickpocket. C’est calme dans le métro. Les gens sont respectueux, c’est propre… on peut sortir son Ipad ou sa PSVita dans la rue, aucun problème. Il y a même des wagons spécialement pour les femmes. On a droit parfois a un salaryman bourré qui pose un dégueuli dans le train ou en pleine rue mais rien de bien méchant.

4 – la bouffe

Ramen japon

HAAA ça aussi ça va me manquer: les ramens, les cheese gyudon, les sushis… et dispo à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

5 – Faire du shopping

shopping japon

Vous trouverez de tout ici, mais j’aime particulièrement les magasins d’occasion genre Book Off, ainsi que les grand magasins d’électronique où on peut tester les dernières nouveautés et surtout, où on peut ramener son appareil photo et tester les objectifs. Et il y a bien sûr les 100 Yen shops (hyaku hen shop) où vous trouverez quasiment tout.

6 – Spa World

onsen japonais

 

Au début c’est vrai que c’est étrange de se retrouver à poil entouré de gars, mais les sento et onsen c’est génial pour se relaxer. J’ai mis Spaworld en particulier car ils ont une salle de sport et c’est immense, avec des bains et spa européens et asiatiques. C’est le truc à essayer absolument à Osaka.

7 – Les toilettes japonaises

wc japonais

En général les toilettes publiques sont propres et disposent de washlet, ces toilettes spéciaux avec chauffe fesse et le jet pour se rincer le fion. On peut même choisir la pression !

8 – Mon vélo

vélo japon osaka

Le truc ultime si vous habitez à Osaka: avoir un vélo. Le mien va me manquer énormément. C’est vrai qu’au début je le trouvais moche et pas classe du tout… mais qu’est-ce que c’est pratique, avec son panier, le porte bagage et le porte boisson. Et solide en plus ! J’ai payé le mien dans un magasin d’occasion et il est toujours en très bon état.

9 – Etre français

français au japon

Parce que c’est quand même cool d’être français ici: la France à plutôt une bonne image au Japon, il suffit de voir le nombre de magasins ayant un nom en franponais (quelques exemples ici).

10 – Donner des cours

Honnêtement je pensais pas que ça allait me manquer d’être prof. Il y a bien parfois des étudiants relous, qui ne veulent pas parler, ou qui s’endorment, mais en général c’est fun et ça permet d’apprendre plus de la culture japonaise.

musculation japon osaka

Faire de la muscu au Japon (en particulier à Osaka)

J’aime bien faire de la muscu même si ça se voit pas trop en ce moment, car j’ai arrêté complètement depuis six mois (j’ai la flemme tout simplement). Je dois avouer aussi que c’est hyper difficile pour moi de prendre du poids à condition de bouffer comme un porc et de pousser de la fonte tous les jours, ce qui devient crevant mentalement.

Cela dit à mon arrivée au Japon j’ai cherché quel serait le meilleur moyen de faire de la muscu ici, donc voilà quelques conseils et idées que je partage avec vous.

Comme de nombreux français qui viennent au Japon, j’ai perdu beaucoup de poids à mon arrivée: environ cinq kilos en un mois ! rassurez vous ça arrive à tout le monde ici. Faut dire que la nourriture est moins grasse.

J’ai donc cherché à faire de la muscu en salle: je suis allé me renseigner dans plusieurs salles de sports et à chaque fois l’abonnement était hors de prix et il fallait donner une adresse, numéro de téléphone, avoir un compte en banque etc… choses que je n’avais pas à mon arrivée.




Première solution: acheter son propre matos

J’ai voulu acheter mon propre matériel de muscu: tout ce dont j’avais besoin c’était d’une barre droite, deux haltères et des poids. J’ai donc cherché les différents magasins qui vendent du matos de muscu mais il n’y en a pas mille à Osaka: vous pourrez trouver du matériel de sport et de la fonte à:

  • Don Quijote (donqui): celui de Dotombori et celui d’Umeda
  • Konan: grand magasins avec fourniture de maison, matos de camping etc…
  • Sport Depot: un grand magasin de sport genre Decathlon

Si vous connaissez d’autres magasins de sport merci de laisser un commentaire.

Les prix sont en général assez chers pour les haltères, barre etc… j’avais décidé de faire mon propre matos de muscu: j’ai acheté deux gros bidons de flotte de 20 litres, deux de 10 litres et une barre de rideau de douche à Konan. J’ai payé environ trois fois moins cher que si j’avais du m’acheter les haltères et tout le bazar. J’ai ajouté à ça un élastique (pas mal pour faire les épaules/triceps), des poignées à poser par terre pour faire des pompes et voilà ! j’avais à peu près le matos essentiel.

Deuxième solution: faire du street workout

muscu japonVous trouverez de nombreux parc où il y a des jeux pour les gosses, avec des barres métalliques. Vous pouvez vous en servir pour faire des tractions. J’utilisais aussi l’angle des barrières autour des balançoires pour faire des dips. Il y a parfois dans certains parcs des vraies barres de traction mais vous devrez fouiner un peu pour les trouver.

D’après mon expérience le street workout est très fun à faire, et j’ai eu une bonne marge de progression (je n’arrivais même pas à faire deux tractions et je suis passé à dix-vingt à la suite). C’est marrant car il faut avoir de l’imagination pour utiliser ce qu’on a autour de soi. Vous trouverez plein de vidéo pour vous donner de l’inspiration sur youtube (tapez ‘street workout‘).

Troisième et meilleure solution: les salles de sport des piscines municipales/sport center/gymnases municipaux

Il y en a deux où j’allais souvent à Osaka: celle de Nanba (Naniwa Sport Center) et celle qui se trouve près du quartier coréen (Sport Center Nanba Okunai).

Pour la première, l’entrée coûte 600 yen. Lors de votre première visite on vous demandera de remplir une fiche avec nom, adresse et téléphone puis on vous remettra une carte de membre que vous devrez apporter à chaque fois. Assez simple.

Il faudra aussi amener avec vous une serviette et vos chaussures de sport à part: ne venez pas avec aux pieds ! vous devrez les portez uniquement dans la salle de sport (il faut qu’elles soient en bon état, bien sur que vous pouvez utiliser des baskets que vous mettez tous les jours à condition qu’elles soient clean, bref vous connaissez la propreté légendaire des japonais).

Les tickets d’entrée se payent via des machines qui vous donne un coupon après avoir inséré l’argent (pièce ou billet de 1000). Si vous n’avez pas de pièces de 100 yen il y a des machine qui font la monnaie des billets de 1000 Yen à côté.

Les adresses exactes:

  • Naniwa sport center (600 Yen, inscription gratuite – on vous file une carte) réception et vestiaire au 6ème étage, la salle de muscu est au 7ème. Accessible depuis le métro Nanba station sortie 6. Site web.

ET

  • Sport center Nanba Okunai (situé dans la rue coréenne) – 600 Yen – possible de s’abonner pour 6000 Yen le mois, ou 11 tickets d’entrée pour 6000 Yen. La piscine de 25 mètres coûte 700 Yen, 4900 Yen le mois (accès illimité) ou 7000 Yen pour 11 tickets d’entrée.

Dans ces deux salles de muscu vous trouverez du matos basique: presse à cuisse, barre de traction, tapis de courses, machines pour les épaules… par contre il n’y a pas de banc de DC et les haltères vont jusqu’à 20 kg seulement.

Les deux ont un vestiaire avec douches et toilettes. Par contre il faut prendre son propre savon et shampoing.

J’avais rencontré un américain qui m’avait parlé d’une salle de muscu pas cher situé dans un gymnase olympique ou un bâtiment municipal mais j’ai oublié le nom… bref il faudra fouiner un peu si vous voulez trouver une salle de sport qui vous convient.

Spa World a aussi une salle de muscu (1000 Yen l’entrée avec accès au Spa+salle de sport). Il est possible d’emmener ses propres chaussures et fringues de sports, sinon ils ont des baskets à la location (200 Yen) mais je trouve ça crade de porter des baskets que des centaines d’autres auront porté avant moi.

Enfin, ce site donne les adresses des piscines municipales à Osaka dont:

  1. Ogimachi pool (vers Kita-ku)
  2. Miyako jima
  3. Simo fukushima
  4. Konohana Indoor Pool (vers Konohana-ku)
  5. Nishi
  6. Sanadayama (vers Tenoji)
  7. Nishi yodogawa
  8. Higashi nari
  9. Ikuno
  10. Morinomiya
  11. Jyohtou
  12. Abeno
  13. Suminoe
  14. Sumiyoshi
  15. Nagai
  16. Hirano
  17. Nishinari
  18. Naniwa
  19. Higashi Yodogawa
  20. Osaka City Asahi Indoor Pool

Vous pourrez peut-être y trouver des salles de muscu !




Nutrition

Le deuxième point important en muscu après l’entraînement:

Bien sur ne vous attendez pas à trouver au Japon les mêmes aliments qu’en France. Le point positif c’est que les oeufs et le blanc de poulet sont très bon marché ici. J’ignore pourquoi mais la viande de poulets est vraiment pas cher à Osaka. Mais ne vous attendez pas à trouver du bio !

Les oeufs sont vendus par taille: petit, moyen ou gros (L). Une boite coûte environ 200 yen.

Le lait n’est pas cher non plus mais il il y a peu de choix en fromage et yaourt. Récemment ils ont sorti des yaourts grec qu’ils vendent en combini (Family Mart, 7Eleven…). 10 Grammes de protéine par pot. Ils coûtent un peu cher mais sont délicieux (entre 130 et 150 yen soit 1€le pot !).

Vous trouverez des boites de thon en supermarché pour 250 Yen environ la boîte de 100 grammes. D’ailleurs le poisson est vraiment la source de protéine principale ici au Japon, les rayons poissonnerie des supermarchés sont immenses.

Pour ce qui est de la viande rouge, je trouve que c’est cher et la qualité pas terrible (sauf si bien sûr c’est du boeuf de Kobe!). Beaucoup de pavés de boeufs sont importés des USA.

Vous trouverez des amandes séchées dans les 100 yen shops, un petit paquet pour 108 Yen et les bananes ne coûtent quasiment rien si vous allez dans les supermarchés comme Tamade (98 Yen les cinq!).

Les flocons d’avoines coûtent la peau des fesses au Japon et je n’ai trouvé qu’une seule marque qui vend des gros paquets de flocons d’avoines de 800 grammes (900 Yen !!!), vous les trouverez dans les magasins de nourriture importés. Vous pourrez aussi trouver dans ce genre de magasin des gros pot de beurre de cacahuète skippy pour 600 Yen.

musculation japonEnfin, la protéine en poudre est aussi HYPER CHERE ici. Vous en trouverez en magasins spécialisés, pharmacie, quelques supermarchés et aussi dans les magasins de sport genre Sport Depot. Ils ont une marque à eux qui a un prix abordable mais la qualité est bof.

La meilleure solution pour acheter de la protéine est le site Iherb.com (en anglais), c’est un pote néozélandais qui m’en a parlé car il commandait souvent des produits sur ce site américain.

J’ai commandé plusieurs fois de la whey, des gros paquets d’amandes et de flocons d’avoine pour bien moins cher qu’au Japon. En plus ils sont hyper rapide, genre livraison en quatre jours.

Je vous le recommande ! (voir leur site)

À SAVOIR

Dans de nombreux supermarchés il y a des promos sur la bouffe à partir de 19h-20h (genre jusqu’à -70% sur les bentos, les steacks, poissons etc…). Profitez-en car de nombreux japonais connaissent le truc et il faut parfois faire la queue pour obtenir un bon produits.

protéine japon muscu

Vous serez probablement tenté comme moi d’acheter ce truc qu’il vende en combini et en supermarché: c’est de la merde ! seulement 5 grammes de protéine par paquet. Ça coûte 198 yen en plus, de la grosse arnaque.

À savoir aussi, l’été au Japon sera votre pire ennemi si vous voulez faire de la muscu car il fait tellement chaud que l’on a aucune volonté pour bouger. Voilà, c’est dit !

Bilan Japon pvt Japanoob

Bilan après un an au Japon en Working Holiday Visa

Ça y est, mon working holiday visa est officiellement terminé. J’ai passé plus d’un an au Japon, et j’y suis encore pour trois mois en visa touristique. Il est temps de faire le bilan de mon année passée au Japon.




Mes objectifs de départ

Mon objectif numéro un était de voir si je serais capable de ‘survivre’ au Japon. J’ai déjà passé plusieurs années à l’étranger en working holiday visa, mais dans des pays anglophones. Le Japon représentait donc un gros challenge pour moi vu que je n’ai que quelques bases en japonais. Pour être honnête je pensais qu’il serait très dur de trouver du travail ici, et que j’aurais beaucoup de difficultés niveau logement, administration etc…

Objectif numéro deux: apprendre le japonais.

Enfin, mon objectif numéro trois: travailler sur mes blogs de voyage et essayer de gagner un peu d’argent grâce à ça.

Boulot et argent

Pour le boulot, j’ai eu du ‘bol’ de trouver en arrivant même si c’était vraiment un travail à l’ambiance et au salaire merdique. Quitter mon travail au restaurant a été une très bonne décision car en une heure de cours de français je gagne autant qu’en trois heures de travail là-bas.

Il faut dire aussi que les salaires minimum à Osaka sont vraiment bas: 800 yen de l’heure… de quoi me payer un repas à Yoshinoya et une glace au 7Eleven du coin. Pas étonnant que les japonais travaillent beaucoup avec des salaires aussi faibles.

Concernant les cours de français: j’ai démarré de zéro. Aucune expérience, formation, rien du tout. J’ai tout appris sur place. Le fait d’avoir été embauché pour donner des cours dans deux écoles différentes m’a bien aidé car ça m’a permis d’apprendre deux-trois trucs et d’être plus organisé.

Pour ceux qui souhaitent donner des cours privés de français (ou d’anglais) au Japon, regardez mes articles sur le sujet, vous y trouverez plein d’infos utiles.

Je me suis fait aussi un peu d’argent grâce à mes blogs de voyage, ce qui faisait parti de mes objectifs de départ donc mission accomplie. Ça m’a bien aidé et à l’avenir je continuerais à bosser sur d’autres blogs. D’ailleurs j’ai mis du temps à pondre cet article car je devais en faire pour Noobvoyage.fr… et peut-être parce que c’est comme un adieu au Japon que je n’ai pas envie de faire !

La vie au Japon

Le Japon a des côtés hyper pratiques et il y a une tonne de trucs qui vont me manquer en France: les conbini, les 100 yen shops, les distributeurs, les restau ouverts toute la nuit… il y a aussi deux points qui vont absolument me manquer en France: la propreté, et la sécurité. Ici on se sent vraiment tranquille, il n’y a personne pour vous embrouiller, vous pouvez rentrer a 2h du mat’ en étant bourré il ne vous arrivera rien. Dans le métro on entend les mouches voler tellement les gens sont tranquilles. Pas de pickpocket, pas de tag ou d’incivilités, pas d’odeur de pisse… le retour va être dur !

Par contre, le truc que je déteste vraiment ici c’est l’été. Une horreur. Mais bon, si vous avez la clim’ chez vous ça peut passer.

J’ai failli oublier: je n’ai jamais autant bu d’alcool qu’au Japon. On ne dirait pas comme ça mais les japonais sont de sacrés fêtards et ils aiment bien boire bière, whisky, etc…

Rencontres

J’ai bien fait de rester en backpacker plusieurs mois car ça m’a permis de rencontrer pas mal de monde et de faire de bonnes soirées. En plus vu que le staff du backpacker était japonais j’ai pu progresser un peu en langue.

J’ai aussi rencontré beaucoup de français très sympas à Osaka. Il y a une grande communauté de français ici, dont certains sont installés depuis longtemps.

En revanche je me suis fait très peu d’amis japonais, peut-être à cause de la barrière de la langue. Cela dit j’ai aussi rencontré beaucoup de japonais qui parlent anglais et français, soit parce qu’ils sont partis en working holiday en Australie ou au Canada, ou parce qu’ils apprennent par passion (même s’ils n’ont jamais mis les pieds ailleurs qu’au Japon).

Enfin, pour les relations avec les japonaises… je n’en dit pas plus. Et de toute façon j’avais dit que je ferais un article dessus, donc je développerais plus tard car vous êtes nombreux à m’avoir posé la question.

Voyages

Durant cette année passée à Osaka je n’ai pas trop bougé dans le Japon, j’ai surtout visité autour d’Osaka et à Kyoto. Je le répète mais Osaka est la base idéale pour explorer le Kansai (Kyoto, Nara, Kobe). Le fait de vivre à Osaka m’a permis de visiter Kyoto plusieurs fois et à différentes saison, et j’ai fait de nombreuse ballades vers Kobe et dans le Kansai.

Langue

Epic fail ! A ce niveau là c’est pas la joie… je suis toujours aussi nul en japonais ! Il faut dire aussi que je n’ai pas fait beaucoup d’effort. La clé c’est d’étudier tous les jours, et de fréquenter des japonais le plus souvent possible. Cela dit je continuerais à apprendre petit à petit.

Questions posées sur Facebook:

Est ce qu’une situation comme celle que tu as expérimenté peut s’envisager à long terme ?

  • Oui, si vous tombez amoureux du Japon, et à condition d’avoir le visa nécessaire pour pouvoir rester ici !

Quelles sont les choses que tu regrettes de ne pas avoir pu faire pendant cette année?

  • Voyager en vélo autour du Japon (ou du moins une partie) et étudier davantage le japonais.

Et maintenant ?

Maintenant, je suis toujours au Japon mais en visa touriste. Fin mai je devrais quitter ce pays. Peut-être que j’irais faire un tour en Asie (Malaisie, Népal…) mais je considère Osaka comme ma deuxième maison. J’y ai des amis, je connais les endroits à visiter, les endroits où manger… je suis triste de devoir partir.

L’avenir du site

Il n’y aura plus de bilans, c’est terminé ! Par contre j’ai encore une flopée d’articles sur Osaka et le Japon à rédiger et à mettre en ligne, mais aussi sur les cours de français au Japon, les trucs à visiter, des bons plans et conseils… une fois que j’aurais fait tout ça, je garderais le site en ligne mais forcément il sera mis-à-jour moins souvent.

Peut-être que je continuerais à poster des liens de vidéos débiles ou des articles amusants sur le Japon, et des interviews de français en working holiday au Japon.

J’espère en tout cas qu’il sera utile à ceux qui souhaitent venir ici en working holiday visa. Vivre un an au Japon aura été une expérience incroyable.

Merci à tous de m’avoir suivi durant cette année.




Setsubun: la fête du lancer de haricots

Le 3 février au Japon, c’est le Setsubun: il s’agit d’une fête nationale célébrée chaque année pour l’arrivée du printemps.

Qu’est-ce que ça signifie, Setsubun ?

A l’origine, le Setsubun est un fête chinoise qui est arrivée au Japon au VIIIème siècle. Les Setsubun sont les nœuds qui séparent chaque section d’une tige de bambou. Chaque section symbolise une saison, donc le Setsubun représente le moment charnière entre chaque saison.

Autrefois on fêtait quatre Setsubun mais actuellement seule celle du printemps est encore célébrée.




Comment fête t-on le Setsubun ?

Le rituel de Setsubun le plus connue est le mame-maki ou ‘lancer de haricots’, qui consiste à lancer des graines de haricots par les fenêtres des maisons en criants ‘Oni wa soto ! Fuku wa uchi !’, ce qui veut dire ‘Dehors les démons ! Dedans le bonheur !’

Le but est de faire fuir le malheur incarné par les oni (‘démons’) qui veulent envahir les maisons lors de la nouvelle année, et pour attirer la chance chez soi.

Mais le Setsubun est aussi fêté dans certains temples où des prêtres ainsi que parfois des célébrités (des acteurs de drama, geishas, sumos, chanteurs…) jettent des haricots sur la foule, ainsi que des bonbons, des enveloppes avec de l’argent mais aussi des haricots enveloppées de feuilles d’or ou d’argent. Il y a aussi des danses et chants. Les plus gros événements sont diffusés à la télévision, où vous verrez les gens tendre des sacs plastique pour recolter le maximum de haricots et de cadeaux jetés.

Certains se déguisent en démons pour faire peur aux enfants qui leurs jettent des haricots pour les faire fuir. Des masques pour enfants sont aussi vendus en magasins avec des sachets de haricots.

Enfin, après le rituel du jet de haricot, chacun doit manger le même nombre de haricots que son âge pour être en bonne santé an long de l’année.

japon setsubun
Oni portant un ehomaki à Family Mart

Une autre tradition du Setsubun consiste à manger des gros maki (appelé ehomaki) en silence et d’un seul coup. Cette tradition là est particulière au Kansai et a démarré à Osaka mais se répand de plus en plus dans le Japon.

Photos: Super potato, le magasin de retro gaming à voir à Osaka

J’adore les jeux vidéos depuis que je suis gosse, et Den Den Town est un de mes quartier préféré à Osaka. C’est un peu l’équivalent de Akihabara à Tokyo, avec des maid café, magasins de mangas, anime et jeux vidéo.

Aujourd’hui je vais vous parler d’un magasin en particulier: Super Potato.

C’est un magasin de retro-gaming, c’est-à-dire qu’ils y vendent des anciennes consoles et jeux vidéos: Nes, Super Nes, Megadrive, Game boy, Neo Geo, Playstation, Saturn… mais on y trouve aussi des machines un peu plus récentes genre Gamecube et Dreamcast ainsi que leurs jeux et accessoires.

Toutefois, Super Potato ressemble davantage à un musée du jeu vidéo qu’à un magasin

Donc si vous êtes un fan de jeux vidéos comme moi, vous devez aller y jeter un oeil.

Voici l’adresse sur Google Map (lien)

Si vous recherchez un jeu en particulier, je vous recommande aussi d’aller dans les magasins d’occasion Book-Off car les prix sont un peu chers à Super Potato, mais vous trouverez sans aucun doute le jeu qu’il vous faut.

Il y a aussi un autre magasin de retro gaming sympa qui s’appelle Game Tanteidan et qui mérite aussi le coup d’oeil, mais il est plus au Sud (voir sur Google Map) :

Game tanteidan retro gaming osaka

Comment y aller:

  • Prenez le métro et allez jusqu’à Nipponbashi Station
  • Avec la JR: sortez à Nanba Station
  • Avec la JR Loop Line => Sortez à Shinimamiya, prenez la Exit East et remontez au Nord le long de la rue. Il y a environ 5-10 minutes de marche pour arriver à ‘l’entrée’ de Denden Town, après le Yoshinoya qui se trouve du coté gauche de la rue (d’ailleurs en face il y a un super restau indien !)

Quelques photos prises à Super Potato:

denretro01
L’entrée, gardée par Mario
den den town osaka japon (5)
Des jeux en veux-tu en voilà
Un mur entier de jeux gameboy.
Un mur entier de jeux gameboy.
den den town osaka japon (14)
Des pads de Dreamcast et Saturn
den den town osaka japon (16)
Zelda Ocarina of Time sur N64. Et les boîtes sont comme neuves.
den den town osaka japon (24)
Des jeux Saturn
den den town osaka japon (29)
On peut acheter les accessoires de chaque console séparément (cables, manettes, cartes mémoires…)
den den town osaka japon (32)
Des piles de Gamecube
den den town osaka japon (33)
… et des super famicom (super Nes)
den den town osaka japon (35)
Une jaguar, collector
shenmue dreamcast japon
Shenmue 2 sur Dreamcast, quasi neuf
retro gaming osaka japon
L’entrée de Game Tanteidan, un autre magasin de retro gaming sympa
Tags: magasins jeux vidéo osaka, boutique jeux vidéo osaka, jeux vidéos osaka japon, où acheter jeux vidéo à osaka, magasins de jeux à osaka au Japon,

10 choses que je déteste au Japon

Et zou, top 10 des trucs que je déteste le plus au Japon:

1 – Les gens qui fument dans les restaurants et cafés…

Sérieusement, c’est le truc qui me gonfle le plus ici. C’est juste horrible quand vous devez donner un cours dans un café pendant une heure et que vous devez subir la fumée de cigarette du voisin: à chaque fois j’ai mal à la gorge et les yeux qui piquent, même s’il y a bien un côté fumeur et un autre non-fumeur attendez-vous à en prendre plein les poumons.

2 – Collectionner les sac plastiques et emballages

Ça, je ne comprend pas non plus… mais pourquoi faut-il qu’ils emballent tout systématiquement ? Vous devriez voir la superbe collection de sac plastiques que j’ai. Que ce soit la viande au supermarché ou le moindre petit truc, TOUT est emballé et suremballé  !

Mais certains supermarché font quand même payer les sac plastique (2 Yen ! quand même !).

3 – L’été

Le pire du pire: l’été au Japon. Croyez-moi, évitez de venir au Japon en Juillet/Août/Septembre, c’est horrible. Le véritable problème vient en fait de l’humidité. Ça rend l’atmosphère tellement invivable que l’on a aucune volonté pour bouger. Et heureusement qu’il y a des distributeurs de boisson un peu partout, ça sauve des vies ces trucs là.

4 – L’isolation des bâtiments

En plus d’être mal isolés, les systèmes de chauffages font un peu pitié et font plus office de gadget qu’autre chose (couverture électriques chauffantes par exemple.)

5 – Les tremblements de terre

Une seule fois ça m’a suffit, merci.

6 – Les gens qui préfèrent renifler plutôt que de se moucher en public

Parce qu’ici c’est mal vu de se moucher en public, mais jouer au yoyo avec ses glaviots devant tout le monde, aucun problème !

7 – Des poubelles nulle part

J’ignore si c’est pareil dans le reste du Japon mais à Osaka il n’y a quasiment pas de poubelles dans la rue, sauf devant les combinis. C’est chiant si vous avez un papier d’emballage à balancer, ou une canette de chuhai.

8 – Les mecs en boite qui agrippent les filles

C’est comme ça que ça marche la drague ici ? Le pire c’est qu’elles se laissent faire… ça je ne comprendrais jamais, et pourtant à chaque fois j’en vois faire ça.

9 – L’architecture ultra moche

Disons que ce n’est pas quelque chose qui m’énerve vraiment, mais la plupart des bâtiments récents sont très moches ici.

10 – Les films qui arrivent quinze ans après la sortie mondiale

Tout le monde a déjà vu la suite du Hobbit… et moi je dois attendre.

Et vous, qu’est-ce que vous détestez le plus au Japon ?